La liberté d’expression est-elle sous haute surveillance?

Imprimer

  Hier soir à la télévision (RTSR), lors de l’émission Infrarouge que je regarde souvent et avec beaucoup de plaisir, car j’ai l’impression d’assister chaque fois à un match verbal où deux équipes, adverses bien entendu, s’affrontent  sur un sujet d’actualité sans se blesser, je l’espère, et repartent comme elles étaient venues, c’est-dire convaincues de détenir la vérité, j’ai constaté que certains invités se sont permis de juger l’humoriste Dieudonné, que le gouvernement français essayer de le balayer à jamais de la scène artistique par n’importe quel moyen, sur la base de quelques extraits et non pas sur l’intégralité de ses spectacles et j’ai entendu dire que des personnes, des pseudo inspecteurs, allaient l’enregistrer prochainement à Nyon...

 Mais dans quel monde vivons-nous? Les Américains, et sûrement ce ne sont pas les seuls, nous surveillent déjà sur Internet et voilà que certains, au nom de la démocratie et de la survie de l’humanité, se mettront à enregistrer tout spectacle soupçonné de divulguer des messages anti cela ou pro ceci. La liberté d’expression est-elle sous haute surveillance? Le rire commence à me rendre triste!

 Hier soir, Infrarouge m’a permis aussi de me ressouvenir d’une petite anecdote que j’avais lue dans un livre bouddhiste lors d’un voyage dans l’Himalaya...

 Un jour, un homme s’approcha de Bouddha et lui dit avec violence:

 - Tout ce que tu nous racontes, ce ne sont que des foutaises.

 Bouddha ne répondit pas mais sourit.

 Alors, fort étonné de son sourire, l’homme lui demanda:

 - Mais quel type d’homme es-tu donc? Je t’insulte et tu me souris.

 Et Bouddha lui répondit simplement et calmement:
 
 - Si tu fais un cadeau à une personne et cette personne refuse ce cadeau, à qui appartient le cadeau?

 - À moi.

 - Alors, je refuse tes insultes.

  Malheureusement, nous ne sommes pas Bouddha, me diriez-vous. Pourquoi pas? C’est pourtant si simple... Il suffit pour cela  d’être attentif à soi, observer, sans préjugé, sans jugement, ses propres réactions, ses propres pensées... La réponse est en nous et nulle part ailleurs.

 Le racisme! À force de vouloir, à tout bout de champ et à tout prix, anéantir ce monstre qui déchire le monde, ne serait-on pas au contraire en train de le rendre encore plus monstrueux?  Et l’antiraciste, qui s’acharne sur les racistes, ne serait-il pas plus raciste que le raciste?   

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Je pense comme vous que l'acharnement des antiracistes, avec des mots convenus et une grosse charge émotionnelle, ne propose aucune pédagogie. Il se peut qu'il aboutisse à l'envers du but recherché. Ce n'est pas en désignant les "bons" et les "méchants" (surtout en se rangeant bien sûr du côté des bons) que l'on va déraciner en l'humain sa part d'ombre.

    Que les incitations directes à la violence soient pénalisées, je suis d'accord. Mais les mots, les propos, même dérangeants, ne devraient pas l'être. Je pense l'argumentation contradictoire, aussi longue soit-elle, dépouillée des émotions stigmatisantes, est préférable à la pénalisation.

    Pour ce qui est d'aller enregistrer Dieudonné, on croirait revenir à des époques et des pratiques que justement les antiracistes dénoncent...

  • Merci pour votre commentaire.

    Cordialement, Hank Vogel.

  • Vu cette émission et constaté que le meilleur orateur, le plus convaincant, est une oratrice bien connue de nos services d'écoute: Martine Brunschwig-Graf.

    Que les plus craintifs délèguent à son spectacle des témoins potentiels des débordements annoncés du pseudo-humoriste, paraît de bonne guerre. Mais s'en vanter publiquement est stupide !

    Quant à l'enregistrement clandestin planifié et avoué, c'est encore plus bête car il s'agirait là d'une infraction grave à la législation sur le copyright. Le Maldonné-Mbla-Mbla pourrait ester en justice, obtenir des dommages-intérêts pour ce vol de copyright ...et payer ainsi enfin ses amendes. En fait, on vient de découvrir par perquisition un pactole en espèces à son domicile. Des fonds bien suffisants pour qu'il paie ses amendes en souffrance...

    Plus grave encore, l'un des participants REPETE verbatim tous les propos calomniateurs anti-sémites qui ont valu à Maldonné-Mbla-Mbla d'être condamné neuf fois par les tribunaux français ! Cet écervelé ne comprend-il pas qu'en répétant les propos condamnés, il commet à son tour une violation de la loi ?

    Nous ne doutons pas que, grâce à INFRAROUGE, la salle de Nyon sera comble et qu'il jouera à guichets fermés. Décidément, l'air de la calomnie est une industrie juteuse.

    Les femmes à barbe et veaux à deux têtes ne cesseront jamais d'attirer la tourbe, toujours prête à savourer de tels délicieux spectacles tératologiques.

  • " - Alors, je refuse tes insultes."

    Les insultes jugent ceux qui les profèrent.

    Pensons aux accusations de "xénophobie" qui font florès en ce moment.


    "grâce à INFRAROUGE, la salle de Nyon sera comble et qu'il jouera à guichets fermés."

    IR n'y est pour rien, c'est lui faire trop d'honneur, les guichets sont déjà fermés depuis plusieurs jours.

Les commentaires sont fermés.