Schiberen (6, à suivre)

Imprimer

17
 Attendre, dirait ma concierge. Mais qui est donc cette femme dont tu nous parles si souvent? me demanderait mon fils ou ma fille. Et en bon père, je serais obligé de répondre. Et je répondrais: Ma concierge, c’est la femme la plus naïve que j’ai connue de ma vie. C’est quelqu’un qui a mis la presse sur le même piédestal que les évangiles. La presse, c’est la vérité. La pravda. C’est l’oeil gauche de Dieu. L’oeil sensible où les larmes ne cessent de couler. Ma concierge, c’est aussi cette femme qui a toujours dit oui à son père et au curé du village. Cette jeune fille obéissance qui a toujours refusé de se masturber et de se faire sodomiser, par peur de se voir, le jour de sa mort, refuser l’accès au paradis. Mais c’est surtout la femme la plus fidèle et la plus pure de la terre. Elle n’a jamais trompé son mari. Elle n’a jamais vendu la moindre parcelle de son corps. Et ça, c’est rare, dirait ma concierge. Car il ne faut pas oublier que naïf ne veut pas dire aveugle.

18
 A l’opposé de ma concierge, il y a le faux cul. Le lèche-bottes. Le mendiant de la culture. Le fonctionnaire de l’art. Le mignon de la princesse. Le fils à papa du système. L’infiltré. Le salaud des régimes. Cet étrange individu qui applaudit les dictateurs en pleine gloire et qui insulte les dictateurs déchus. Ma concierge est donc loin de cette faune. C’est pour cette raison-là que j’aime cette femme au comportement singulier. D’un amour réservé, bien entendu... à suivre

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.