Schiberen (4, à suivre)

Imprimer

13
 Retour en Suisse. Sur ma terrasse. Les montagnes sont belles à regarder. A y vivre, c’est une autre histoire. Il faut avoir beaucoup de courage pour un citadin... Un bourgeois de mon espèce. Avide de curiosité. De nouveautés. La montagne, c’est bon pour les montagnards et les rapaces. Seulement. Le citadin, ou le bourgeois de mon espèce, n’aime pas le silence, il préfère le bruit de la ville au souffle de Dieu. C’est vrai, Dieu est montagnard sourd aux lamentations des enfants des plaines. Dieu aime ceux qui lui ressemblent. C’est-à-dire: ceux qui grimpent sans se plaindre. Ceux qui avancent sans se retourner.

14
 On ne peut pas contempler le beau toute sa vie. Ce serait injuste. Le laid mérite une part du gâteau. Sa part, ses heures. Le laid nous encourage à protéger le beau. Il nous met sur nos gardes. Attention! Le laid détruira la terre et ses terriens, dirait ma concierge. Notre société. Notre civilisation. Le laid ne connaît aucune limite de destruction. Aucune loi. Ses horizons se perdent à l’infini. Le laid s’est approprié les mots: liberté, démocratie et humanité. Au nom de ces mots, il nous pousse à flirter avec le diable et ses démons. Grâce au sexe, il a ouvert les portes de l’enfer. Les flammes de Satan réchauffent les coeurs endormis. Endormis par trop d’éducation. Trop de recommandations. Trop de conseils inutiles. En brandissant le drapeau de la liberté, les pervers ont pris le pouvoir. Bientôt, je pourrai épouser mon chien, dirait ma concierge. Ou mon singe. C’est un cousin éloigné. Les politiques à la mode adhèrent sans vergogne à la philosophie du laid. Ce qui compte le plus pour eux, c’est d’être élus. Élus pour satisfaire leur ego. Pour atteindre le sommet de la gloire. Ou s’assurer une retraite à l’abri de la misère. L’Autre n’est qu’un prétexte. Un outil de travail. Le laid rivalise sans cesse avec le beau. Tel un serpent, il se glisse dans le camps des faibles. Jamais dans celui des forts. Car il sait que dans ce lieu protégé, le beau est invincible. Le beau est divin... à suivre

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Très beau texte sur la laideur recélant elle, des qualité que la beauté n'aura jamais. Cette dernière n'attire que mesquineries et jalousies alors autant être laid et posséder des vertus identiques à l'histoire de la grenouille qui une fois embrassée se transforma en prince galant
    Quand au mariage avec un animal votre concierge peut être rassurée,cela se fait déjà il suffit d'entendre des voisins parler d'amour à leurs animaux alors que Monsieur lui ne reçoit que des grossièretés sitôt rentré du boulot
    toute belle journée pour Vous Monsieur

  • Merci du fond du coeur pour vos encouragements, chère Madame. Même à mon âge, face à la bonté, on se sent un petit garçon...

Les commentaires sont fermés.