Croyances

Imprimer

Dimanche, jour du Seigneur pour les chrétiens... bien entendu...

Lien permanent Catégories : Air du temps 43 commentaires

Commentaires

  • J'arrive d'un "weekend ratatiné" je vais sur les sites d'actualité économique en disant qu'après je vais aller me coucher...Et puis comme je traîne de la "patte" pour venir sur les blogs, je prends mon courage qui me reste à deux mains, et je clique..

    Je déroule le tapis des sujets et le mot -croyance m'apparaît sur votre blog. Tilt!! Un vrai sujet intéressant pour un dimanche soir, car lire est fatiguant même sur des sujets d'actualité....

    Accompagné de mon cigare et d'un petit verre de Bordeaux, je vous ai écouté attentivement. Je n'ai pas eut besoin de repasser la vidéo deux fois, vous êtes toujours très clair avec un franc parlé, ou l'émotion intérieur est intense. Ça, je sais le ressentir, votre typologie verbale, lorsque vous envoyez un message, pourrai servir pour raconter les plus beaux livres, les plus belles histoires. Le degré de chaleur humaine, dans une honnêteté intellectuelle sans faille vous situe cher Monsieur Vogel.Bravo!!

    La croyance ou plutôt -les croyances, car elles sont aussi nombreuses et lointaines que l'histoire des êtres humains qui date de plusieurs millions d'années...

    Le conscient et l'inconscient se sont développés en même temps que notre cerveau dans un monde en perpétuelle évolution.

    Nos lointains ancêtre n'avaient pas les mots et l'intelligence de l'homme moderne. Des grognements, des bribes de mots, des peurs, de l'incompris sur une planète qui a changé d'atmosphères à plusieurs reprises, qui est devenue une planète uniquement d'eau,cette eau qui est pour une part notre atmosphère aujourd'hui puis, pour plein de raisons, dont celle d'être une planète tellurique ni trop proche ni trop loin du soleil, la vie s'est construite au fil des milliards d'années..Comme sur des millions de planètes dans des milliards de galaxies, c'est immense..

    La vie est un bien petit mot pour expliquer à lui seul ce qu'est la vie.

    Ce blog est bien sûr pas fait pour décrire la vie dans son immensité tant elle est diversifiée, j'irai donc à l'essentiel.

    Les découvertes humaines ajoutées aux expériences personnelles depuis le néolithique, permettent depuis peu d'années en fait,de mieux comprendre le pourquoi de nos croyances et l'invention des religions et des divinités.

    Toutes les disciplines scientifiques, les vrais historiens qui ont travaillé notamment dans les pyramides d'Egypte (qui datent pour les plus anciennes d' environ 4000 ans avant notre ère, mais a-t-on tout découvert?) expliquent très bien comment la civilisation égyptienne comme d'autres ont inventé les divinités.

    L'invention de l'au-de-là , est bien inférieur car ce sont les chefs tribaux qui se sont identifiés aux astres, aux animaux les plus forts, les plus rusés, aux phénomènes divers de l'environnement donc de la nature. La peur, l'incompris ont "forcé" nos ancêtres à s'inventer inventé des rituels de toutes sortes.

    Prenez l'exemple de la lune et du soleil que nos fins religieux prenaient pour des objets plats, lorsque vous marchez dans la forêt la nuit avec le bruit du vent et des animaux, il nous semble que ces deux astres avancent avec nous..Cela nous fait peur encore de nos jours..

    Alors imaginons il y a soixante mille ans nos ancêtres, qu'elle perception en avaient-il?

    Dans ce monde du plus fort et du plus rusé le chef de clan qui avait plusieurs femmes-femelles, ses donné des modèles de représentation, qui ajoutés aux rêves eux aussi apparus avec l'être humain, c'est imaginé,et donc inventé (avec l'aide de la peur, de tous ces sens et des rêves),--d'autres -mondes,-ailleurs, ajoutez le scintillement des étoiles, des comètes et des météorites qui étaient plus nombreuses en ces temps très lointains, les orages, les tempêtes, les éruptions volcaniques dont celle des supers volcans qui ont modifié le climat à plusieurs reprises etc...etc..

    Le bruit, le -son en général, comme l'environnement ont façonné le conscient et l'inconscient de nos ancêtres et ce, pour chacune des différentes peuplades sur terre. La peur des eaux de la mer* immense n'a pas donné le même modèle de représentation qu'un environnement fait de sable et roches ou bien d'une forêt tropicale!

    *Il n'y a pas si longtemps quelques centaines d'années nos ancêtres à qui on avait fait croire que la terre était plate, pensaient que c'était le précipice à l'horizon de la mer. Il aura fallu attendre que des aventurier et des inventeurs partent avec des embarcations voir derrière l'horizon...

    La pluie vient du ciel, les plantes poussent vers le ciel, nos ancêtres pour ceux qui réfléchissaient avec leur modeste cerveau, ne sont pas restés insensibles que quelque chose venait de la terre et du ciel....

    La planète fait partie du système solaire comme d'autres planètes, il aura fallu attendre l'époque de Galilée, Giordano Bruno, Copernic pour commencer à comprendre que la terre n'était pas plate, et qu'elle n'était pas le centre de l'univers* contrairement à ce que les dieux-rois, papes et sous-papes avaient soi-disant eut de révélé de sous leur chapeau.

    * Je me suis bien amusé sur les sites spécialisés ou des historiens et scientifiques ont décortiqué ce que les "savants religieux" avaient découvert et comment ces bouffons expliquent la science et la nature !! Ça vaut le détour là vous pouvez me "croire" c'est à mourir de rire, et dire que des millions d'ignorants les "croient" mais c'est ainsi..

    " www.rationalisme.org" "association fabula" "hérétiques incroyants Rationalistes" -et bien d'autres..

    La chrétienté et d'autres religieux , qui connaissait soi-disant -tout- par les révélations, ont commis les crimes les plus odieux uniquement, pour défendre cette thèse débile de la terre et du soleil plats!

    Le paradis et l'enfer furent inventé par les premiers rois Pharaons d'Egypte et leurs "prêtres" bien avant l'invention des religions...Presque 4000 ans. En fait, peu après l'ère du néolithique, c'est dire..

    C'est enfin dans la vallée des rois d'Egypte que les milliers de divinités ont été inventées et on sait maintenant comment, les égyptologues nous expliquent tout ou presque sur différents sites."L'invention des dieux" ou bien d'autres comme le livre des morts ou il expliqué dans la grande pyramide comment fonctionnait le paradis et l'enfer avec les tribunaux etc...Il existe à ma connaissance également un livre des morts en Hébreux pour lequel je n'ai pas eut le temps de me pencher...

    La religion Judéo-Chrétienne est née là bas à cette période, tout est dans les hiéroglyphes..Le coran est né bien après il est une presque copie conforme des autres, adapté pour la guerre des dieux et des prophètes ...C'est une autre histoire..

    Pour finir il reste la grande question de la mort et de l'après mort(ou nous avons les réponses) même si une autre grande question commence à trouver des réponses c'est le fonctionnement de notre l'univers qui, soit dit en passant n'a pas été créé par le vieux barbu...Mais c'est trop long pour donner des explication ici, tellement le sujet est vaste, compliqué, il faut être un scientifique initié à l'astronomie, la physique des particules, de la matière etc, ce que je ne suis pas, même si j'ai lu et relu des dizaines de bouquins des centaines de revues scientifiques en quarante ans, sans compter les dizaines de documentaires scientifiques passés et repassés afin de comprendre toujours -plus et -mieux notre réalité..Des années de travail -jour et demi nuits...

    Je termine pour vous indiquer que j'ai réussit à me débarrasser de la -gangue des croyances liées au dieu.-Plus d'enfer ni de paradis un véritable soulagement; ce n'est pas facile de nettoyer son jardin de l'inconscient ou tout y pousse, les plus belles fleures comme les plus belles merdes.

    Si chaque jour on ne tire pas la chasse d'eau du cerveau afin d'évacuer les misères mentales et les images que nous gardons, la poubelle (ou chiotte) déborde, c'est la confusion, cela peut amener la déprime et la dépression, à la folie!C'est fou ce que nos ancêtres et les religieux nous ont cimenté comme merde au fil des siècles !

    Notre boîte de pandore ou boîte noire, que je nomme aussi, "poubelle mentale" doit être vidée chaque jour, comme la poubelle du bureau...

    Puis, lorsque l'on a fréquenté comme moi les grands hôpitaux passé à côté de la morgue sans jamais y rentrer, lorsque le fameux -dieu m'a donné rendez-vous -cinq fois en dix ans, je n'y suis pas allé. C'est pour cela que je suis toujours en vie et que je peux encore apprécier des "Hank Vogel" comme d'autres blogueurs, je peux continuer à m'instruire afin de mieux comprendre notre monde politique, économique et financier, c'est une autre passion "révélée" non pas par dieu, mais mon inconscient intérieur qui se prend de temps en temps -pour -dieu...Lui aussi..

    Bien à vous.

  • Merci Monsieur Pierre Noël. Merci du fond de mon âme.

  • Merci Monsieur Pierre Noël. Merci du fond de mon âme.

  • @Pierre Noel,ainsi donc vous avez fauté dites trois Ave Maria afin d'être absout pour n'avoir pas répondu à une certaine question,rire.Vous êtes génial,si,si ah ces hommes et pourtant!car arrêter de fumer et savoir se contenter d'un cigare le soir,le bon dieu vous a piégé ,les cendres se voient aussi dans la nuit!
    toute bonne journée à vous

  • @ Caramel

    Avec mon cigare je faute dix fois par jour..Environ..Pour le reste, je ne me souviens plus..Humm..Je sais que je mettais un grain de blé dans une boîte, puis un jour, j'ai donné le blé à manger aux oiseaux la boîte était pleine..(tiré d'une histoire)

    "Dans le temps" lorsque je fautais, j'allais voire mes copines en chantant cette prière:"je m'en vais voir les p'tites femmes de Paris.. Pas celles du bois ou de Pigalle...Non, celles qui comme moi voulaient passer un bon Weekend...C'était gratuit,-au moins pour cela..

    L'Amour de la vie avec le grand A, c'est ma croyance. Si je me suis trompé de femmes, dieu me pardonnera j'en suis convaincu, car il s'est amusé autant que moi puisqu'il était en moi, -avec moi!

    Bien à vous et bonne journée également..

  • Pierre l'athéisme est autant une croyance que la bigoterie, en faire un cheval de bataille peut aussi amener à une forme d'idolâtrie aussi banale que les religions.

    Croire n'est pas un acte de foi !

    Quand je parle de foi, je parle d'instants rares et délicats qui surprennent les êtres, tant les animaux que les humains, je dirais même, plus les animaux que les humains et même encore, plus les pantes que les humains et les animaux réunis, quant aux minéraux, personne ne peut affirmer qu'ils ne sont pas animés !

    Dans ce monde, la grâce ne laisse personne de glace, les extases s'attaquent à toutes les formes de présences, que nous les humains captons, sentons, et que nous seuls, les humains, malheureusement tentons de cueillir, de s'accaparer !

    S'accaparer, posséder, exploiter, corrompre à des fins intéressées, pour arriver à ces fins d’accaparement, il faut donner une forme à ce qui est informe, donner une image à ce qui est non définissable, contenir ce qui est omniprésent et insaisissable ! Ce qui est appelé, "le Secret de la Chaussure, du Citron et du Saumon" car la Finalité de la Sagesse est de Comprendre qu’on ne peut pas comprendre car il faut être Sage pour Comprendre cela !

    Rien n'est plus dur que d'être un homme et il ne faut surtout pas que le monde change ! et comment arriver aux même conclusion que ce que certains nomment D. ?

    En fait D., n'est que le travail que nous devons accomplir sur nous même, le but est en soi,ces instants de grâces sont en nous, ces extases de félicités sont en nous, nul besoin de les projeter sur des isoles en carton-pâte ou sur des despotes sanguinaires, à chacun de se trouver dans ces joyaux qui traversent les corps comme le temps et l'espace !

    Donc le mot croyance n'a rien à voir dans ce qu'il y a de plus intime et qui relie tous les composants de cet univers, ce n'est que du ressenti à la portée de tous !!! Sans hiérarchie, sans compromission, sans corruption de l'âme, et sans commerce sanguinaire !

  • "Pierre l'athéisme est autant une croyance que la bigoterie"
    Pour rendre justice aux mots et à ce qu'ils signifient, il faudrait au moins compléter votre énoncé de la manière suivante "l'athéisme peut être autant une croyance". L'étymologie du mot dit l'essentiel: "sans dieu" Cela n'implique pas que l'on nie la possibilité de l'existence de dieu, puisque d'un point de vue logique, rationnel ou scientifique, ou les trois à la fois, il n'est possible ni de prouver ni de nier l'existence de dieu, pas plus qu'il n'est possible de prouver la non existence de quoi que ce soit qui fait appel à une croyance ou une foi.
    L'affirmation de Laplace, que je cite ci-dessous suffit pour expliquer la position de la plupart des athées modernes, même si certains continuent à utiliser par prudence la dénomination de "agnostique"
    Napoléon : Monsieur de Laplace, je ne trouve pas dans votre système mention de Dieu ?
    Laplace : Sire, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse.
    Ainsi la plupart de ceux qui se disent athées, c'est en tout cas mon cas, ne trouvent ni satisfaction intellectuelle ni réconfort moral dans une croyance en l'un ou l'autre des dieux que les différentes civilisations et cultures leur ont proposé au cours des temps. Comme les croyants ils vivent, meurent, aiment et souffrent de ce qui advient au cours de leur existences à eux-mêmes et à leurs proches, et parfois même à l'humanité et au monde dans son ensemble. Comme eux ils essaient de faire face aussi bien que possible aux épreuves que cela implique et de jouir des beautés et des bontés qu'ils rencontrent parfois.
    L'histoire montre qu'en cela ils ne sont ni pires ni meilleurs en tant qu'individus, groupes, dénominations ou mêmes nations entières que ceux qui ont recours à une croyance ou une foi particulière, ni que ceux qui se conforment aux pratiques de ceux qui les entourent pour toutes sortes de raisons et sans approfondir les raisons et les modalités de leurs comportements "religieux".

  • @ Corto

    Je n' ai pas de croyances en l'athéisme. C'est plus compliqué que cela. L'athéisme en tant que croyance est aussi dangereux que le communisme, l'islamisme et autres.

    Je ne suis pas athée par convictions personnelles, mais par l'expérience personnelle, additionnée d'une lecture des sciences et de l'histoire.

    Ce que le peuple Juif appel D. que certains Juifs nomment Dieu(ne nous cachons pas) est pour moi, dans -ma -lecture, dans -ma -compréhension un idéal, une démarche, un comportement en faveur d'une entité de rêve qui comprend la création, le beau, le merveilleux, l'espoir, le bien être et bien d'autres qualificatifs...

    Dans cette démarche le mot Dieu, a toute son importance, sa splendeur puisqu'il est une démarche plus que positive pour le bien être humain.Cela ne me dérange pas qu'un Juif ai cette démarche, celle-ci pouvant être la démarche de n'importe quel être humain, -seul -être -mammifère ayant la possibilité de parler, et de s'organiser socialement avec une technologie qui a surpassé celle du brochet ou de la baleine du loup etc..Il est celui qui a résisté depuis que nos ancêtres -tétrapodes sont sortis de l'eau..

    Il n'y a pas que le peuple Juif qui a réussit cette prouesse. Celui-ci est dans le domaine du symbole, par son histoire au proche et moyen orient -et dans le -monde. Cet idéal ou croyance très forte, a permis au peuple Juif d'être aujourd'hui en haut de l'affiche dans bien des domaines, technologiques, Arts, Cultures, Philosophie j'en passe et des meilleurs..L'influence du Judaïsme dans ce monde en évolution n'est pas contestable. Ce monde a aussi été influencé par d'autres façons d'être et de faire, c'est indéniable également.

    Dans la pensée la plus intime, la réflexion nous vient de ce que nous appelons -inconscient, qui s'exprime avec la vie dans toute sa splendeur.Les rêves sont du domaine de l'éveil ils sont partie prenante de notre être, dans sa -complexité, même avec des drogues, ils peuvent nous amener là ou on ne le pense pas en bien ou en mal...

    Pour ne pas être trop long, il me semble après soixante trois ans d'existence et de confrontations personnelles dans des milieux très différents, et des acquis, que la démarche est prépondérante, d'ou, une éducation cinq étoile dans un système ou la liberté de penser et de faire doivent être misent en avant.Le tout dans une organisation sociale.

    Dieu créateur, si c'est pour avouer que nous ne connaissons pas comment l'univers s'est créé,cela est désué. Il faut donner du sens à notre vie notre existence, pourquoi pas, mais (objection) ce n'est pas suffisant en tant que modèle de pensée aujourd'hui après des milliers d'années d'expérience et d'évolution.

    Commençons par y voir plus clair sur cette bonne vieille terre, remettons un peu d'ordre...

    Il faut mettre la vie en avant, -dont l'être humain fait partie, mais il n'est que le maillon de la chaîne qui est très longue, et, en perpétuelle évolution. C'est donc bien une démarche, je me répète, qui doit prendre en considération les milliards d'informations de notre réalité.

    Par contre les divinités ne sont rien d'autres que des inventions humaines pour les bons moments comme pour les mauvais. Il suffit de s'instruire ou de s'informer, comment les pharaons et les prêtres, aidés des scribouillards (que le peuple écoutait) inventaient une divinité, ce qui est bien connu aujourd'hui.

    L'au de là fut inventé pour devenir un bouclier des rois face aux concurrences, mais surtout aux "compétitions" locales et régionales. Les prêtres et penseurs de l'époque on vite compris au fil du temps que cet "au de là" était une arme terrible en fonction de la puissance, de la domination et du maintien du pouvoir face au peuple en particulier.

    Les religieux se sont servis à outrance de cette arme pour ignorants, depuis des siècles à des fins de conquêtes, avec toute la panoplie de massacres, et d'esclavagisme que nous connaissons. "Bats toi pour le roi qui est ton dieu et fais ce que je te dis sinon tu iras en enfer..." Au fil des siècles et des guerres entre seigneurs rois et prophètes, la sélection s'est faite afin de ramener dans le giron les bonnes âmes chez le plus fort, le plus rusé..

    -Les Romains ont imposé le dieu de Rome qui, encore aujourd'hui, fait pâle figure en matière de référence et de pensée. Le vatican n'est qu'un modèle monarchique, sorte de grille de lecture pour les générations passées et futures..Les dynasties quelque soit leurs références religieuses...

    De la mort d'un individu ils s'en foutent "royalement" comme d'une famille d'ailleurs ou d'un peuple. Ce qui compte avant tout, c'est que la pensée et le modèle monarchique survive aux générations afin de conquérir la planète et les âmes. Mais leur dieu -dans leur caberluche atrophiée, n'avait pas vu arriver tous ces scientifiques et cette technologie qui, ajoutée aux évolutions des savoirs allait bouleverser leur ligne politique de fonctionnement.

    L'avenir n'est plus dans les religions inventées par les rois et leurs religieux sauf si on veut continuer les guerres de religion et de prophètes.Force est de constater que les religieux de tous poils même des rabbins (une minorité d'imbéciles) essaient de nous en jouer une, avec un soi disant terrain d'entente...Alors là, ils vont à la catastrophe -pour eux avant tout. Car le monde a changé, la misère qui arrive va dépasser toutes celles que celui-ci a connu depuis qu'il a inventé l'argent papier: "l'assignat"

    S'ils veulent imposer ces nouvelles croyances et stratégies, afin de garder main mise pour mieux influencer les pouvoirs dans un sens ou dans l'autre, ils font fausse route. Mais c'est un autre sujet.

    Une pensée peut influencer d'autres êtres humains, elles n'empêchera pas le soleil de briller demain, sauf si une dépression malfaisante se forme. De là à croire que cette pensée agit sur la fabrication des étoiles ou inversement, personnellement je suis septique, voir plus...

    Corto je te reçois cinq sur cinq, je termine mon commentaire avec ton paragraphe tellement il me convient...

    "En fait D., n'est que le travail que nous devons accomplir sur nous même, le but est en soi,ces instants de grâces sont en nous, ces extases de félicités sont en nous, nul besoin de les projeter sur des isoles en carton-pâte ou sur des despotes sanguinaires, à chacun de se trouver dans ces joyaux qui traversent les corps comme le temps et l'espace !

  • @ Mère-Grand

    Je découvre votre commentaire à l'instant ou je poste le mien, je reviens un peu plus tard..Excusez moi.

  • Pierre ! Pour commencé j'attaque le chapitre (1) (les 2 premiers n'en sont pas) de votre commentaire ;

    "Ce que le peuple Juif appel D. que certains Juifs nomment Dieu(ne nous cachons pas) est pour moi, dans -ma -lecture, dans -ma -compréhension un idéal, une démarche, un comportement en faveur d'une entité de rêve qui comprend la création, le beau, le merveilleux, l'espoir, le bien être et bien d'autres qualificatifs..."

    "le beau, le merveilleux, l'espoir, le bien être et bien d'autres qualificatifs..." "ainsi qu'idéal", sont à rayer de la liste, Maïmonide a écrit un des livres les plus extraordinaire afin d'expliquer ce phénomène, communément connu sous le terme "idolâtrie", ce chef d'oeuvre s'appel "le guide des égarés" et Maïmonide y consacre une centaine de pages dans la manière de comment ne pas tomber dans ces pièges dans lesquels le catholicisme est tombé.

    Pas de qualificatif ! Point barre, les termes flatteurs et flagorneurs sont à proscrire de la manière la plus stricte, car ce sont eux qui amènent le plus à une utilisation abusive de ce que pourrait être HM (HaShem "le nom"), les corrélats morpho-syntaxes et sémantiques doivent protéger toute forme de profanation du Nom, les cas de polyvalences actancielles établissent souvent des rapports bi-univoques entre différents paramètres et chaque Juif se doit de veiller attentivement à ne pas prononcer n'importe quelle parole, exemple ; des noms de malahrim (anges) pouvant, une fois interpelés, agir de façon conséquente sur le temporel. Mais le terme "Hashem" (Le Nom) (ha = le, Shem = Nom) suffit pour ne pas avoir à se perdre dans des explications infinies et incompréhensibles de notion non exprimable par nos sens reconnus comme tels !!!

    Chaque tentative de vouloir illustrer, qualifier ou quantifier "Le Nom" est insignifiant, infinitésimale vis-à-vis ne serait-ce que d'une miette d'émanation pouvant provenir de l'unicité dans sa totalité et là je me laisse déjà aller dans la profanation que HM m'en dispense !

    C'est comme l'histoire d'un roi qui proclama "qu'il n'y a rien de plus puissant que lui" et le sage de lui répondre après quelques échanges de mots " je suis, ce, rien" !

    Bon, comme je l'ai écrit plus haut "la Finalité de la Sagesse est de Comprendre qu’on ne peut pas comprendre car il faut être Sage pour Comprendre cela !".

    Concernant la pratique juive, restée fidèle à ses enseignements, nous pourrions en débattre des siècles, des milliards d'années, mais pour faire court, l'une des premières leçons de la Thora, c'est que quand HM dit à Adam Arishon, "tu pourras manger de tous les fruits de tous les arbres de ce jardin, sauf les fruits de cet arbre là" et que ce dernier n'attendit pas longtemps pour défier Celui Qui l'avait créé en mangeant ce fruit, nous apprenons que les saveurs, les apports quotidiens en vitamines, ne sont pas tout dans cette vie, que nous devons avec cette outils incroyable qu'est l'intelligence, le libre arbitre et ce que nous affirmons être la conscience, tous les fruits ne sont pas réellement comestibles, que le "tout" n'est pas fait pour l'homme, il doit aussi en laisser, tel-quels, intactes, !

    La sagesse n'est pas une orgie de "tout", la moindre des révérence est de bien se tenir dans ces lieux, c'est pour ça que le peuple juif trimbale ses 613 mitzvot, (bonnes actions) depuis le début de l'éveil de ce qui reste de notre conscience sur ce monde ! Cela fonctionne si bien que tout le monde en veut aux juifs, depuis le début des grandes "civilisations", soit parce-qu'ils trop ceci ou pas assez cela, ou les deux en même temps. Mais ils (les juifs) traversent le temps et les épreuves des autres peuples, sans broncher et sans changer, ne serait-ce que d'un iota ce qui leur a été enseigné, jadis !!! Que dire d'autre !!!!!

  • @ Mère-Grand

    - "Napoléon : Monsieur de Laplace, je ne trouve pas dans votre système mention de Dieu ?
    Laplace : Sire, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse."

    -Ce dialogue résume bien le sujet.Pendant des années nos croyances sont un appui psychologique pour tout. Je me souviens lorsque j'étais jeune chasseur, faire une prière pour que les canards sauvages passent près de moi pour ne pas rentrer bredouille..Malgré tout,je suis rentré le plus souvent bredouille et frigorifié en pensant que mes prières n'avaient pas été exhaussées.Je n'avais pas du bien prier?

    Lorsque ma cousine -préférée fut tuée dans un accident de scooter à 16 ans j'ai entendu le curé raconter que:" dieu avait rappelé -Yvette auprès de lui d'une manière brutale, peut être, mais que maintenant elle était heureuse dans cette autre vie auprès de dieu...blabla,blabla.."

    J'ai fais les troncs de l'église et j'ai collé son gros bouquin, j'ai bu son vin blanc avec un pote, ensuite j'avais pris mes aises dans le clocher pour avancer la pendule ou retarder celle-ci, je tirais les lustres pendant la messe et je frappais les cloches avec un caillou à toutes heures, pour me venger de l'école ou j'étais puni en permanence, du curé, de l'instituteur et du village...J'ai beaucoup prié pour qu'elle soit bien la-haut. Quelque temps après je perds un autre copain et ami voisin 16 ans dans un accident de voiture, trois morts décapités par un camion, ils roulaient pour l'époque à 140kms/heure sur une petite route des années 1960..

    Et l'autre corbeau, toujours dans son discours affûté :"dieu à rappelé -Daniel afin qu'il soit à ses côtés, la manière brutale...Blabla..

    Comme tout le monde, ma panoplie de faits douloureux est extrêmement longue, j'habitais un presbytère au pied de l'église et deux cimetières...

    Cinquante ans après je n'avais plus besoin des services de dieu.D'ou, mes études sur les croyances et le pourquoi des religions.Car il faut comprendre à quoi ça sert..Comme tout le monde j'ai cherché pourquoi dieu et les prières ne fonctionnait pas..

    Aujourd'hui, je m'en passe, mes pensées et mes réflexions sont libérées, lorsqu'une idée me vient, ou lorsque je réalise une modeste oeuvre d'Art, sans pour autant y avoir réfléchit, elle vient de l'ensemble de mon être, mon imagination qui ne vient pas de anges ou autres fantômes légendaires. Notre cerveau, bien entraîné à la créativité est à même d'imaginer les choses les plus folles, les plus sordides ou les plus merveilleuses.Cela sans dieu, mais par l'émotion, l'amour de réaliser, de concrétiser une pensée...avec une pat de rêve..

    Vous avez raison Mère-Grand, les athées sont ni pire ni meilleurs que les croyants et "ritualistes"


    - "Ainsi la plupart de ceux qui se disent athées, c'est en tout cas mon cas, ne trouvent ni satisfaction intellectuelle ni réconfort moral dans une croyance en l'un ou l'autre des dieux que les différentes civilisations et cultures leur ont proposé au cours des temps."

    Effectivement, nous en sommes au même point. Nous aimons ce qui est bien, honnête, bien fait, cela fait partie du savoir être et du savoir faire. (je dis -nous)Comprendre, avoir une démarche intelligente et civilisée..

    Est-il possible de vivre et de fonder une famille, un groupe, une nation sans dieu ou sans croyances religieuses? Oui, il n'y a pas lieu de faire appel à des théories Marxistes Léninistes.Beaucoup de croyants pensent qu'un athée est automatiquement communiste, "ou autre" ce qui est faux bien évidemment.

    Aimer la vie, en respectant les règles afin de respecter les autres. Cela me paraît simple...Croire en soit en fonction de ses capacités et de ses anticipations.Se cultiver afin d'avoir un cerveau qui décode parfaitement ce que tous nos sens lui font parvenir...

    Ai-je tout dis?

    Bien à vous et bonne soirée.

  • @ Corto

    Je répondrai demain car "la cafetière bouillonne" et la fatigue me prends..En attendant bonne continuation et bonne nuit..

  • @ Corto

    A la naissance un bébé a une conscience et un inconscient héritée de ses parents. Avant la naissance le cerveau, l'ensemble de son corps est en construction.

    Dans le ventre de la mère ce futur bébé, est en "apprentissage pré-natal..." Il se construit en tout.

    Dès la naissance, il va prendre conscience (éveil) il va mémoriser dans son inconscient, tout ce que ces sens peuvent lui apporter. Son inconscient non palpable enregistre tout inconsciemment. L'éducation avec tout ce que ça comporte est enregistrée sans pour autant qu'il en prenne conscience car il est toujours en construction, en apprentissage.

    Si ton enfant est éduqué en Chine il parlera et écrira Chinois alors que toi, tu parlera le "petit chinois" peu ou pas incompréhensible des Chinois d'ailleurs..

    S'il fait un séjour prolongé chez les Inuits vers huit ans, il parlera l'Inuit en plus de parler le Chinois et le Français-Suisse..

    Avec ces trois langues il y a fort a parier que les mots que tu considère qu'ils ne peuvent être employés le seront sans pour autant créer chez lui une interférence ou un effet de "raisonnance" de type religieuse en rapport ou non avec une divinité.

    Ce n'est pas tout, car il faut tenir compte des autres enfants qu'il va côtoyer qui eux aussi emploient des mots des phrases d'une autre culture héritée des parents, des milieux fréquentés, de l'éducation nationale et de l'environnement..

    L'apprentissage en tout de la vie permet aux êtres humains de pouvoir employer tous les mots à condition de connaître leur définition, leur sens ce qui permet d'ailleurs de construire des phrases pour comprendre et communiquer avec l'autre.

    Suivant les héritages parentaux, éducations, et milieux fréquentés notre cerveau est unique tout comme les empreintes digitales. D'ou l'inégalité dès la naissance, je mets de côté les héritages d'ordre physiques ou maladies héréditaires etc...C'est un autre domaine.

    Le conscient et l'inconscient sont également unique, mais ils ont les mêmes possibilités d'une manière générale à recevoir des milliards d'informations et à émettre autant de milliards d'infos...Tout cela va donner un comportement, une typologie dont chaque être humain hérite et façonne au fil des ans pour les raisons indiquées auparavant, milieu parentale, éducation, milieu fréquenté....etc..

    Si l'enfant est dans un milieu de non croyants, recevant une excellente éducation, parentale, éducation nationale, (écoles) étant dans un bon milieux son inconscient à la même valeur que l'autre enfant qui lui, aura été -soumis- à l'entrainement des croyances religieuses.

    Pour l'enfant issu de parents non croyants, l'éducation doit être très explicative, informative afin de ne pas créer des difficultés avec les "copines et copains" qui sont entraînés à croire et a fréquenter d'autres milieux..

    Pour cela encore faut-il expliquer à l'enfant des non croyants comment il peut fonctionner, qu'est-ce que le cerveau, qu'est-ce que l'inconscient, le conscient, bref c'est une éducation différente, un peu plus complexe d'ou l'importance de ne pas faire n'importe quoi avec l'inconscient des enfants.

    Je mets en avant la culture, les Arts car je suis convaincu que le développement personnel est fonction de l'Art et non de l'instruction. Je suis partisan de transformer les cantines scolaires en oeuvres d'art, ainsi que les écoles afin d’entraîner les enfants à imaginer, créer et agir plutôt que de les entraîner aux croyances et à la société de consommation.

    C'est d'ailleurs ce qu'ont compris la chrétienté depuis des lustres,en créant des édifices religieux avec des formes, des images afin que l'inconscient s'imprime de la croyance religieuse, au point que, -même un illétré recevait -inconsciemment une éducation religieuse en latin, ou il ne comprenait rien, mais compensé par des images et les formes.

    L'architecture des édifices religieux est aussi un long sujet, je ne vais pas plus loin, ce serait trop long également.

    Un berger qui a passé la plus grande partie de sa vie dehors en contemplant la nature le jour et les étoiles la nuit avec ce remue ménage cosmique peu avoir autant de sagesse que quiconque, cela n'en fait pas un "prophète" pour autant. D'ailleurs le mot prophète est terroriste pour le conscient et l'inconscient, car nous pouvons être tous des prophètes...

    En résumé, pour comprendre, il faut chercher, s'informer, s'instruire, être cultivé, pratiquer un Art, quelque soit cet Art, faire travailler -tous ces sens, être très proche de la nature afin de la goûter, de mieux la comprendre, c'est tout un Art....

    Corto tu remarqueras que je n'ai quasiment pas commenté, ou peu ton commentaire, j'ai "essayé" d'avoir une autre approche des croyances, pour apporter une infime contradiction par une autre définition des croyance et d'un dieu.

    Certains parlent du dieu intérieur, je ne m'interdis rien et je n'interdis rien. Tout est sujet à discussion, avec toutes les pistes possibles et nécessaires.

    Le monde est constitué de sept milliards d'individus aussi différents les une des autres, mais issus de peuplades différentes, de cultures différents, le mot culture dans bien des cas s'assimile à une croyance (pourrie) aux meurtre sur les autres.-La charia.Contraire au bien être humain qui trouve écho chez un milliards d'ignorants.

    La chrétienté qui nous raconte tout et n'importe quoi au sujet de l'être humain en fonction des informations glanées de gré ou de force au fil des siècle. Rest un Jésus dont on a aucune preuve d'existence il reste donc une légende, une invention, "mais s'il n'avait pas existé il aurait fallu l'inventer" c'est ce que nos ancêtres ont fait! Et puis il y a l'histoire de cette espèce d'homme, prise dans sa globalité, elle devient complètement différente pour chaque individu....C'est très complexe, et ingérable.

    Gardons ce qui est intelligent pour l'être humain, agissons afin que nos enfants continuent le chemin, parcouru depuis des millions d'années.Leur avenir est un mélange de l'histoire dont les croyances font partie.Si la démarche est positive il n'y a pas à avoir peur de rénover les fondations qui s’effritent.

    Mais en se tournant vers l'avenir immédiat, il faut constater que nous sommes à la croisée des chemins dont certains mènent dans une impasse ou un piège.

    Eh oui, que dire de plus? Pas facile de faire cours pour un sujet aussi vaste....

    Bonne journée.

  • Pierre, relit bien mon com précédent, car dans le tien, il y a pas mal de questions auxquels j'ai répondu.

    Pour commencer, chaque enfant se confronte à des questionnements intérieurs bien plus authentiques et significatif que n'importe quel adulte. Rappels toi, quand tu était enfant et les questions ou les convictions qui ont guidé ton cheminement !

    Le problème, si tu es né dans une famille chrétienne, c'est que rien ne venait conforter tes intuitions naturelles, les dogmes catholiques sont venus comme des massues dans le paysage de ton imaginaire et tu n'as jamais pu faire de lien entre ton imagination, tes conclusions d'enfant et les absurdités confisquant ton esprit avec des images fixes et figées.

    L'esprit d'un enfant ne doit jamais cesser de rester un esprit d'enfant, là réside toute la question, contrairement aux religions, le judaïsme n'apporte pas de réponses, mais de plus en plus de questions, chaque grand maître de la pensée juive est venu contredire les conclusions de son prédécesseur, chaque juif est avant tout confronté à son libre arbitre en matière de comportement et les certitudes ne font que transiter dans cette espèce de philosophie sans dogme.

    Pierre, tu prends comme exemple celui d'enfant qui voyage et parle plusieurs langue, sache que les religions (le judaïsme ne doit pas être une religion), sont les première à venir corrompre le langage, toi même, tu utilises des mots sans les relier à leurs racines, "croyances" ou "croyance" en est l'exemple le plus parlant, prend ce terme et analyse le, essaye bien de comprendre pourquoi il es devenu autant sacralisé par les religions, oui, les religions sont des croyances, mais des croyances obligatoires !

    Tu utilise aussi le mot "religion" et "religieux", sache que ces mots, malgré leurs racines commune ; La littérature latine de l'Antiquité a transmis deux étymologies de religion : 1). relegere signifiant « relire » et, 2). religare signifiant « relier ».

    Donc pas de quoi se pâmer ! ce terme fut inventé par les grec et abandonné pour être sanctifié par les "latins" romains catholique du IVème siècle, ce terme était particulièrement apprécié par les romains fraichement catholique car le terme "relier" signifiait principalement "relier" des livres, c'était la nouveauté, peut être la seule venant contredire les coutumes juives qui elles continuait et continue jusqu'à ce jour, de transcrire ses textes liturgiques sur des rouleaux, ce qui permet aisément de passer de la première à la dernière page sans effort et ce faisant affirma que le christianisme était plus moderne de le judaïsme, c'est comme si aujourd'hui la scientologie proclamait être la pratique la plus spirituelle car elle imposerait la lecture de ses propagandes sur des tablettes LCD, voilà pour le terme religion, j'y reviendrait, mais le devoir m'appelle !!!!

    à suivre !

  • @ Corto

    J'en reste couac!! Très bon commentaire qui interpelle; c'est très bien...J'y reviendrai également.

  • @Pierre Noël
    Merci de vous donner tant de peine à répondre à mes banalités. Permettez-moi d'ajouter un petit commentaire à votre affirmation suivante
    "Est-il possible de vivre et de fonder une famille, un groupe, une nation sans dieu ou sans croyances religieuses? Oui, il n'y a pas lieu de faire appel à des théories Marxistes Léninistes."
    D'autant plus que les hommes ont vécu en groupes, fondé des familles et élevé des enfants quelques centaines de milliers d'années avant que ce genre de choses soit devenu un objet d'étude, de discours et de croyance ou d'oppression. Bien avant tous nos prophètes et sages de toute espèce, et donc bien avant Marx aussi.
    Bien à vous et n'oublions pas de rire ... des autres et de nous-mêmes aussi, bien sûr.

  • Mère-Grand, si vous ne boudiez pas mes commentaires, vous verriez que c'est exactement de quoi nous traitons avec Pierre, pourquoi ne pas le faire tous ensemble.

    Etymologie de croire, ethnologie de croire

    Si au lieu de chercher croire dans la philosophie Hume en avait pisté la trace dans l'étymologie, il serait parvenu à la même conclusion. Les bouts de pistes abandonnées, ou surgies de nulle part, sans coordination ni logique entre elles, creusent un paysage de certitudes et de doutes qui figure plus qu'il n'explique le concept.

    Dans la pensée occidentale, la filiation la plus ancienne semble être le "mn" (méamin) de l'Ancien Testament. Croire est ici à la fois crainte et confiance, c'est par l'autorité que s'affirme ce qui est cru. L'ordre paternaliste et esclavagiste dont Dieu est ici l'image glorifiée, en exigeant qu'on croie, exprime deux choses singulières : d'abord que croire n'est pas immédiat ; ensuite, ce qui paraît assez étonnant aujourd'hui, que croire peut être imposé. Les Grecs utilisent deux mots : nomizein, qu'ils appliquent à leurs divinités, multiples et joueuses, et qui a les connotations de reconnaître et admettre ; mais pour traduire l'Ancien Testament, au IIIe siècle avant Jésus-Christ, c'est Pistein qu'ils choisirent, mot plus lourd, plus tourné vers l'abandon dans la foi.

    Un autre mot grec doit ici être cité, parce que, lorsque croire est recherché chez les philosophes grecs, c'est ce terme-là qui s'en rapproche le plus : doxa, c'est-à-dire opinion, rumeur, et dont seuls deux dérivés se sont faufilés dans toutes les langues courantes occidentales, orthodoxe, paradoxe. Doxa se situe entre sensation et savoir, réfléchit le probable, est un terme médian, entre le faux et le vrai, un variateur d'intensité, qui donne des nuances. Mais Platon et Aristote n'ont pas à proprement parler pris croire pour objet. C'est seulement au XXe siècle que leur doxa est rapproché de croire, faute de mieux. C'est seulement parce que Husserl a eu besoin de nommer ce qui s'oppose à son épistémê, et que les petites coteries universitaires qui s'en réclament ont constitué du néologisme à base de doxa (doxatique), que ce mot vient davantage brouiller qu'éclaircir ce qu'est croire.

  • @ Mère-Grand

    J'ai une très grande estime pour vous, vous le savez. Cela fait deux ans environ que nous avons échangé en "quinconce" des points de vues avec deux ou trois petites confrontation pas bien grave...

    Avec vous, j'ai du repartir aux informations et rabattre mon caquet (je caricature) car vous avez le talent et des connaissances que je n'ai pas.J'écris comme je parle ou presque....

    L'intérêt des blogs est de faire évoluer les mentalités afin qu'elles se retrouve sur un terrain "éclairé" en apportant des points de vues et des arguments. Il m'a fallu me remettre en cause c'est valable aussi pour celles et ceux qui nous lisent, ou qui viennent se greffer dans les discussions.

    C'est une façon de faire évoluer le monde, à une petite échelle. -Bien des inventions ont germé dans des garages ou des caves,avant elles n'étaient que pensées, savoirs, idées... elles ont bouleversé le monde. -Seul le "petit groupe est génial" c'est de là que sortent les meilleurs idées, qui, reprisent par d'autres, améliorent le savoir être et le savoir faire.Les plus grands comédiens se sont frottés aux planches devant une vingtaine de spectateurs...

    Soyons modestes..Il me semble qu'à force de débats même acerbes, avec de la volonté et un peu de courage, il en ressort toujours du bon.

    C'est lorsque les commentaires ne sont pas censurés qu'il est possible d'évoluer et de faire bouger les choses.Lorsqu'il n'y a pas d'insultes et de racisme, la censure ou le découpage des commentaires n'ont pas lieu d'être.

    Alors Mère-Grand, encore merci d'échanger avec moi le vieux cow-boys au mauvais caractère, surtout lorsque l'on s'en prend aux enfant de cette planète, ou lorsque le taux d'hypocrisie a dépassé les limites...

    Je soutiens au mieux les peuples qui sont respectueux de la liberté des femmes en particulier, elles m'ont tellement apporté..

    Je soutiens au mieux ce peuple d'Israël qui lui aussi a tellement apporté et souffert dans ce recoin du désert devenu un jardin démocratique...

    Je soutiens tout ce qui peut apporter le bien être et le bonheur des autres..

    Je ne veux pas donner de leçons loin s'en faut, il m'arrive d'en donner mais que voulez vous on ne se refait pas...

    Comme vous, Corto, Patoucha, le père Vogel, tous les autres que je ne cite pas, car ce serait trop long, (elles ou ils se reconnaîtrons) nous avons l'obligation d'éclairer les jeunes ou les moins jeunes, d'apporter la substance leur permettant d'avoir un regard à 360° sur l'actualité de ce monde bouleversé.

    Nos talents réunis servent au minimum les lecteurs j'en suis convaincu, moi-même j'en apprends beaucoup avec vous, -Corto (je ne suis pas Juif) -Patoucha, -Homme Libre etc...Je viens sur les blogs lorsque c'est -intéressant, je suppose que les autres ont la même réaction.Et puis ça fait plaisir lorsqu'un visiteur comme -caramel- et autres vous font part de leur satisfaction..C'est de la bonne substance pour continuer les discussions..

    Comme nul n'a la science infuse le débat reste immense....Avec l'humilité nécessaire..

    Bonne continuation

  • En hébreu, "croire" enfin si l'on peut s'approcher une éventuelle définition du mot "croire", qui, puisqu'il le faut, pourrait se traduire par "lé amin" beaucoup plus connu sous "Amen", si l'on tente d'analyser cette racine composée de deux consonnes (le corps) et 2 voyelles (animé ou l'animation), nous trouverons quantité d'explications concernant une éventuelle origine du concept ou de la notion de ce qu'est peut être et bien plus tard devenu quelque chose de proche et synonyme de "croire".

    ça vaut la peine de se pencher sur ce terme utilisé à tort et à travers et surtout lorsque l'on traite du sujet de ce blog.

    Eh oui, lorsqu'un musulman, un catholique ou un juif ponctue une citation liturgique, il le fait avec le mot "amin" ou "amen", pour le musulman et le chrétien, ce mot ne revêt pas exactement la même signification (pour changer !!!), pour les chrétiens ce mot se traduit avec "ainsi soit-il" signifiant une formule approbative, alors que pour les musulmans il se traduirait par "fidèlement / loyalement", plutôt confirmant une soumission et si nous nous donnons un peu de peine pour allez dans les multiples contenus de cet acronyme, nous allons trouver une réponse dans les explications données et traitées par les Maître du judaïsme, car, une fois de plus, les sciences linguistiques hébraïques ouvrent de nombreux espaces permettant certains et divers éclairages sur un concept aussi vaste et malheureusement souvent banalisé.

    AMEN AMN, trois lettre en hébreu, avec un Aleph, un Mem et un Noun

    Et une phrase à l'origine de cet acrostiche ; "El Melech Neeman" (D.ieu, Rois, Fidèle), avec "Neeman" signifiant Fidèle dans ce cadre, mais étant un mot de la même racine que "Emouna" (foi), "Amana" (confiance) et "Amna" (assurément), si l'on s'arrête à cette étape, on constate, que les chrétiens penche plutôt pour "Amna" (assurément avec une colorations moins ferme que Amna, approbative) et l'islam tendrait plutôt vers "Amana" (loyalement).

    Et si le phénomène "croyance" regroupait la foi, la confiance et l'assurance de, ? Pourquoi ces 3 ingrédients ne serait-ils pas inséparable afin de cimenté cette notion on ne peut plus abstraite ?

    Et bine non, les choses sont encore plus complexe, car le "Amen" peut s'articuler en plusieurs déclinaisons dans la conjugaison hébraïque, une forme primitive, une forme concluante et une forme déliée, ceci par rapport à divers manières de décliner "Amen" dans les différents passages du Pantateuque.

    Commençons par un petit tour du coté de la "Gématria" (géométrie) hébraïque, ce système extraordinairement précis permet de saisir les relations et la signification mathématique du langage.

    Aleph est la première lettre de l'alphabeth, nombre 1, signifiant l'unicité et d'individualité.
    1 représente la Divinité, contenant tout et d'où tout découle. Le 1 surgit du néant en maintenant son silence, il est la plénitude du vide du néant. A partir du mouvement de 1 peut jaillir l'univers.
    L'écriture pleine d'Aleph (Aleph-Lamed-Pé), révèle la valeur 111, ce nombre conforte l'unité car c'est la valeur numérique de l'expression "Eh'ad Hou Elokim": D-ieu est Un.


    Le mem symbolise le retour vers l'intérieur. Le nom mem vient de "maïm", l'eau, mot composé de ma (quoi) qui regarde son reflet inverse im (avec) pour nous enseigner que dans chaque question se trouve le reflet d'une autre question. Cette lettre est celle de l'introspection qui nous pousse à descendre en nous et à nous interroger sur notre existence.
    Le mem est la lettre de l'eau, symbole de l'écoulement de la vie et de la sagesse divine. La lettre mem suggère simultanément le révélé et le caché, c'est pour cela que cette lettre est l'initiale de Moïse, qui révèle la loi et de Messie, qui demeure caché. Ainsi, le mem ouvert (au début d'un mot) représente la thora révélé et le mem fermé (à la fin d'un mot) représente la thora cachée.


    La lettre noun représente le poisson mais aussi le serpent. Noun est la réversibilité et l'émergence, l'harmonie des mixtes, tout ce qu'une graine produit.
    La lettre noun est aussi le symbole du fondement "sefer habahir" (livre de la Clarté). Il faut souligner que le noun évoque ce qui est caché ou englouti dans les profondeurs. Il a souvent une connotation féminine, et signale une intimité que l'on cherche à préserver des regards indiscrets.


    Quelques nombres pour illustrer les liens existant entre les mots et leurs racines !

    La valeur numérique de Amen AMN est 91 = Aleph 1, Mem, 40 et Noun 50, 40+50+1=91, également Aleph est la première lettre de l'alphabet 1, Mem 13 et Noun 14, ce qui aboutit à (1+13+14=28 (nombre de jours lunaire dans un mois hébraïque) 28 et également 2+8=10 et 10 1+0=1 comme 9+1=10 1+0=1, 91 est aussi un multiple de 13 et 7 (13x7=91) également multiple de 2 nombres premier et sa somme est aussi égale à 2 (13+7=20, 2+0=2.

    Il y a 5 autres mots ayant la valeur numérique de 91 avec le facteur 13 x 7 ; "אבעיח" melon, "אביעוב" Abitub (personnage Abi-Thub signifie ; père de la bonté), "אילן" Arbre, "אלין" Celui-ci/Celle-ci et "אפוד" Ephod (vêtement).

    Hachem (26), Israël (546) et la Tora (611) ont une guématria égale à 13 fois 91 soit (13 fois Amen). 26+546+611=1183 13x91=1183, 13 fois Amen, car 13 fois présents dans le Deutéronome (Dvarim) !

    à suivre....

  • Les religions sont bâties sur un ensemble de croyances, et fonctionnent grâce à des dogmes, ou à des doctrines auxquels le croyant adhère. Le croyant est alors celui qui a la foi, c’est-à-dire qu'il se situe dans un état d'adhésion réfléchie et active aux éléments fondamentaux de sa religion.

    Les croyances fondamentales varient selon les religions. Selon Tylor, la croyance en une âme immatérielle et subsistant après la mort est à l'origine de toutes les religions, et constitue donc l'élément primordial. De même, Paul Diel6 présente dans La Divinité un enchaînement logique, sous l'angle psychanalytique, reliant l'animisme au monothéisme, avec l'effroi métaphysique comme moteur principal.

    -L'angoisse de la mort- serait donc à la base de la croyance en une divinité.

    -La paléoanthropologie situe l'apparition des rites funéraires dans les sociétés préhistoriques dès - 300 000 ans par des marques de rituels autour des morts, puis avec plus de détails avec des sépultures dès - 100 000 ans. Les concepts d'âme et d'au-delà seraient donc nés dans cet intervalle.

    Les croyances relatives aux mythes, légendes et divinités sont alors des croyances secondaires sur lesquelles sont bâties les doctrines spécifiques de chaque religion, dont l'observation par les individus conditionne leur sort dans l'au-delà.

    Selon D'Holbach, "seule la peur suscitée par les puissances imaginaires est responsable de l'attitude religieuse."

    -La part de chacune de ces croyances, âme, mythes, êtres divins, varie selon les religions. Par exemple, le Taoisme et le Bouddhisme ne nécessitent pas une croyance en un ou plusieurs dieux, alors que dans les religions monothéistes, la croyance en Dieu est l'élément primordial. Dans tous les cas, cependant, la croyance que la conformation de l'individu à l'ordre des choses révélées par les mythes, ou aux révélations divines, conditionne ce qu'il advient de l'âme après la mort constitue la base du fonctionnement de la religion et de l'application de ses dogmes.

    -L'athéisme est le refus de croire à l'existence d'un Dieu.

    -Amen est généralement considéré d'origine hébraïque, où sa racine a donné les noms de « foi » (Emouna), « confiance » (Amana) et l'adverbe « assurément » Amna. Il aurait été introduit dans les langues occidentales par les théologiens grecs qui traduisirent la Bible, et adopté par les musulmans.

    On trouve peut-être dans les langages berbères une explication et confirmation de sens: en langue kabyle, le terme « am-in » signifie « comme ça » dans le langage courant mais dans le langage liturgique signifie « ainsi soit-il », "il" se référant à ce qui a été dit auparavant1.
    Il a également été proposé une origine égyptienne à Amen, par déformation du nom du dieu égyptien Amon

    -Les divinités inventées ont servit de bouclier, sorte de rempart à la concurrence des proches, des ennemis ou du peuple.

    -Elles servaient également à la mémoire d'un fait heureux comme gagner une bataille, ou revenir d'une chasse avec de quoi manger. Chez les rois, cela pouvait marquer une naissance, ou le jour d'un rituel à un oiseau qui devenait une divinité...

    -De nos jours nous avons ce problème de la peine de mort qui est une hypocrisie* totale, une méconnaissance totale de l'histoire, ou bien un système de pensée qui consiste à "croire" qu'un monde sans guerre, sans armes est possible, donc refusons la peine de mort, c'est un des chemins pour y parvenir...

    *-Une hypocrisie de la chrétienté pour indiquer que seul dieu décide de la mort, ce faisant, comme ce n'est qu'une croyance dont les fondement ont pour origine le rempart, la manipulation etc, il est facile pour les religieux de continuer de nous faire croire que dieu existe! Et ça marche.

    La mort est bien "l'évènement" que nos ancêtres, rois, chefs tribaux, seigneurs de toutes sortes, prophètes de tous poils (au service des rois)nous ont "volé" afin de garder le pouvoir.

    -"Tu ne tueras pas" s'adresse en fait à l'individu soumis à la féodalité; "tu ne tueras pas ton seigneur" c'est donc un bouclier rien de plus.

    -"tu aimeras ton prochain comme toi-même" s'adresse à l'individu soumis afin qu'il aime son roi-dieu comme son prochain afin d'éviter les coups fourrés, les batailles des familles et des individus entre eux...La paix sociale des pharaons et des prêtres...

    On peut les prendre tous, ils nous viennent des pyramides, seuls endroits ou ont été décodés avec précision la vie de cette civilisation de la vallée des rois...Ce sont des concepts pour édifier des sous-monarchies ou des monarchies à part entière, ce n'est pas pour rien que le vatican est une monarchie d'hommes ou la femme là aussi, n'est qu'une serpillière au service des hommes-dieux ./

    Ils nous ont volé notre mort, notre naissance, et notre vie à des fins de soumissions.

    Alors mon cher Corto, ne connaissant pas la religion Juive, je te "crois" j'accepte tes explications, sans conditions. -Mais, car il y a toujours une -objection qui -sommeil en moi, c'est le comportement (typologie) du peuple Juif qui retient toute mon attention.

    Cette typologie regroupe les comportements essentiels qui ont permis à ce peuple de traverser les âges.Il en est de même pour d'autres peuples de cette planète, et lorsque l'on y regarde de près, les méthodes, les pratiques de bases sont -concentriques sans être -identiques...C'est normal, la croyance est humaine, les peuples sont devenus différents tout comme les continents, mais au départ il n'y en avait que -1-

    Ce chiffre -1- est-il resté dans l'inconscient collectif? A-il influencé nos inconscients au fil des millénaires, ce faisant il aurait rejaillit dans nos différentes typologies et croyances?

    C'est bien -1- mystère...

  • Oubli: "Quelques paragraphes ont pour référence Wikipédia"

  • Pierre, j'essaye ne pas tirer de conclusions dans ce débat, dis-moi, je suis dans un démêlage de ce terme "croyance", ses origines, ses significations, ses interconnections et cela au travers la seule voie permettant de tracer le plus possible des liens entre la linguistique et des pratiques et leurs orientations.

    Pierre, comme tu le souligne également, ce n'est pas tellement l'existence ou pas d'Un D.ieu qui est vraiment en cause dans ce débat ouvert par Hank, nous le voyons, les origines de tous type de phénologies liés à certaines pratiques sont liées à des mécanismes, des mécanismes où même la terminologie a été enfumée dans les grandes religions, dans le judaïsme, tout à été inspecté de manière drastique, si il y a bien une chose, c'est qu'on ne peut en aucun cas on ne peut accuser cette culture d'opacité ou de silences malsains, dans les enseignements juifs, tout y est scrupuleusement disséquer, synthétisé, analysé avec des outils d'une puissance incomparable.

    Pierre, les "athées" craignent peut être autant que les "croyants" les démystifications et éclaircissements, la recherche pouvant élucider tout indice permettant de dévoiler certains mythe sous couvert de mystère ou d'ignorance institutionnalisée ne sont pas nos alliés, alors que dis-tu de continuer dans cette aventure singulière et enrichissante ?

  • @ Corto

    Il nous faut continuer. Etre bien informé, afin que le racisme, l'antisémitisme fondent comme neige au soleil.

    Les informations que tu donnes volontiers sont argumentées et cohérentes.J'espère que les miennes, les nôtres, trouvent également leur cohérence. Comme je l'ai indiqué pour "Mère-Grand" chaque argument oblige à aller sur tous les sites d'informations à disposition.C'est un travail prenant..

    Nous sommes dans une démarche qui n'empêche personne d'avoir ses propres convictions, celles-ci n'ont jamais été "faites" pour détruire.(normalement)

    Qu'elles que soit celles-ci, elles doivent être au service des plus hautes valeurs morales -dont l'être humain ferai bien de reprendre les rennes et ce, à tous niveaux, même dans les lieux de cultes.

    Ne laissons pas des criminels ou ces gens mal intentionnés, s'accaparer du mental des "petites gens" qui par honnêteté ou ignorances, s'engouffrent dans la gueule du serpent, ou le caresse, tel l'enfant qui caresse le petit chat...

    Soyons les nouveaux pionniers qui n'acceptent pas de se faire écraser par des croyances pourries, qui elles mêmes, génèrent des comportements guerriers au nom d'une -fausse démarche et d'une divinité qui n'a pas sa place dans la barbarie, les massacres, les meurtres, ou l'isolement des individus -femmes ou -hommes, vieillards ou enfants.

    On continue, sauf si le "père Vogel" nous vire! Et comme on dit, soyons utopistes s'il le faut, si c'est pour la bonne cause!

  • @Corto
    Ne vous offusquez pas si je ne m'adresse pas directement à vous. Mon énergie et ma patience sont parfois très limitées, et dès que j'ai trouvé le stimulus nécessaire à une prise de position, une argumentation ou simplement un commentaire, je me lance souvent sans m'embarrasser de la lecture du reste, quelle que puisse être sa qualité par ailleurs. J'ai aussi pris des habitudes de lecture qui m'épargnent notamment de ce qui est trop étranger à ma culture et à mon propre langage.
    Cela ne signifie pas pour autant que je reste indifférent aux autres interventions ou que je les trouve sans intérêt. Disons qu'elles sont un peu en réserve au frigidaire, pour l'instant du moins.

  • Donc nous pouvons admettre que la "croyance" est la manifestation de la non manifestation, c'est la porte ouverte à tous les commerces et a toutes les corruptions, d'autant plus que hormis les origines hébraïques sur les étymologies et autres symbolismes remontant à des origines très anciennes et donc plus proches de la naissance d'un concept, ni les grecs, ni les latins ne nous éclairent sur ce terme largement jeté dans les yeux des aveugles !

    Le fait de dire que quelqu'un croie en D.ieu est une aberration en soit, une juxtaposition, le concept de D.ieu restera une énigme insoluble pour l'esprit humain et le fait de l'emballer avec une couche de croyance ne fait qu'épaissir du vide sans fondement, si quelqu'un déclare ; "je crois en marteau", cela va t-il modifié l'objet, le marteau ? Certes non, le marteau, l'objet restera un marteau, cela changera l'utilisation que l'on fera du marteau en cas de croyance en marteau, très possiblement, oui ! Par contre qi il est dit ; je crois que le marteau pour planter ce clou, c'est également une aberration non moins pathologique que de "croire en marteau", puisque le marteau a été développé pour planté des clous (entre autre), maintenant le sujet déclare ; je crois que le marteau mange trop de bananes, alors nous pouvons observer que le mot "croire" ne permet que d'arriver à des constat absurdes et stériles !

    De quelque manière que vous utilisiez le terme "Croyance", il conduit vers une forme d'absurdité, il ne reste que la forme interrogative ; "crois-tu qu'il pleuve", et même là, c'est aussi une absurdité, ou la personne sait si il pleut ou elle l'ignore, le fait de croire est une perte de temps pour les deux interlocuteurs et aussi pendant qu'on y est, une perte pour la pluie, soyons fous !!!

    Différentes cultures ont dû se servir de cet outils absurdes uniquement afin de pouvoir illustrer l'immensité de leur vide ! D'un terme venant de mot Amen, signifiant une ascendance de El sur Melech et de Melech sur Néémane, des mystificateurs ou travesti un concept en un vide total.

    La notion de croyance est venue s'accaparer de l'ensemble d'une mécanique mystique en se basant sur une absurdité et dans ce vide, en fait tout repose sur un terme digne des Shaddoks, qui eux ne croyaient pas, amis pompaient !!!

    André Breton et les surréalistes et les dadaïstes ont très bien marqués les frontières de l'absurde et les limites du langage tel qu'imposés par nos "penseurs" et autres marchands de sornettes au beurre !

    Je ne vais pas revenir avec mes projection gématriaïques dans notre échange, car ça n'a pas l'air de beaucoup vous stimuler, néanmoins dans cette logique de nombreuses clé se trouvent cachées, mais je vais quand même (en français dans le texte) rapprocher d'autres synonymes mis en vente par les grands supermarchés de la spiritualités en capsules, tels que la "foi", la "sagesse" et (attachez-vous) la "compréhension", là, nous touchons également à des attitudes immatérielles, sans pour autant verser dans le vague absurde des "croyances". La "foi", nous parlons d'une posture impliquant un mouvement temporel allant du présent au futur, la foi exprime un souhait non réalisé, la foi implique une dévotion totale (si possible) dans une conduite particulière n'impliquant que le comportement dans les cas les plus aigus, avoir la foi pour quelque chose ou quelqu'un, ou avoir la foi en quelque chose ou en quelqu'un, part d'un sentiment expriment un espoir "en" ! Avoir la foi en D.ieu n'implique que Celui-ci existe ou pas, mais implique une attitude et un comportement vis-à-vis de D.ieu, cela signifie que pour cette personne ayant la foi, il n'est pas question de prétendre quant à l'existence de D.ieu mais de consacrer une partie de potentiel en le dédiant à D.ieu, face à une action, le jugement n'a pas la même signification que vis-à-vis d'une conviction, la conviction est beaucoup plus pernicieuse que l'action, car en fait, libre à chacun de faire ce que bon lui semble tandis que vouloir imposé une conviction, implique un éventuel comportement chez l'autre, ce qui s'assimile à un prosélytisme et non à une démarche personnelle.

    Une des façons les plus courantes de manifester sa foi se traduit au travers d'un comportement personnel, comme un juif qui prie devant le mur de l'ancien temple, il est dans une action individuelle, il ne se pose pas de question, ni émet des doutes sur quoi que ce soit, il se dévoue à une pratique, mais cela n'implique une tentative envers les autres, la croyance par contre, n'a qu'un seul but, agir envers les autres, le juif qui prie n'est pas en train de croire, il pratique un acte de foi, un rituel. Toutes les sociétés humaines et même animal ritualisent leurs fois, c'est inévitable, l'athée a aussi ses rituel basés sur une foi en ne se donnant à aucune forme de rituel, c'est aussi un rituel. Si le monde entier ne pratiquait aucune forme de rituel, cela ne serait-il pas en soi une forme de rituel ? Qu'est qui m'empêcherait de ritualiser le non rituel au travers d'une non action ou d'une action de non-action ? Rien ni personne !!!

    Donc nous pouvons constater que l'athéisme et lié à la croyance et non à une forme de foi se manifestant par des rituels ! D'accord ????

  • "Donc nous pouvons constater que l'athéisme et lié à la croyance et non à une forme de foi se manifestant par des rituels ! D'accord ????"

    C'est la dernière phrase, elle vaut sont pesant d'or. J'y reviens à la fin de mon commentaire.

    "La croyance est la manifestation de la non manifestation c'est la porte ouverte à tous les commerces et à toutes les corruptions.."

    C'est évident il suffit d'aller à Lourdes pour comprendre à quel point ils se moquent des malades. je mets la "croyance" à part, car elle peut dans certains cas, être le "placebo" qui guérit les maladies psychologiques -ayant des conséquences physiques insoupçonnables..

    "je crois au marteau"

    Cela suppose que le marteau existe? Si "le marteau existe" nous ne sommes plus dans le domaine des croyances, mais dans le domaine -bien -physique de -notre -perception, celle-ci étant en fonction de nos héritages héréditaires,le développement personnel, associé au milieu parental en premier, le milieu de l'éducation nationale en deuxième et en parallèle les milieux fréquentés.

    L'exemple du marteau qui est un très bon exemple (je me répète) c'est savoir qui est l'objet su sujet ou le sujet de l'objet. L'objet est existant. Il est donc l'objet du sujet. La démarche "de croire en un dieu ou d'une divinité" est un sujet dont l'objet est: "existe-t-il ou non" il est vrai que l'on s'en fou complètement. -Dans ce cadre bien sûr.

    " Je ne vais pas revenir sur mes projections -gématriaïques- dans nos échanges car ça n'a pas l'air de vous stimuler..."(La littérature talmudique reconnaît l'intérêt de la gematria « classique » mais met en garde les profanes contre le risque de superstition.) même site..

    -C'est le moins que l'on puisse dire car notre échange doit être compris, pour cela il faut mettre de côté les aspects trop complexes hors de portée des lecteurs et de moi-même d'ailleurs..

    La définition de la foi est d'autant plus intéressante qu'elle qu'elle surpasse et de loin la notion de croyances. Tu en donne une définition très exact puisque liée à un comportement, une démarche. Ça c'est de l'éclairage pour le sujet des "croyances"

    Lorsque la foi se retrouve dans un contexte religieux, elle perd de sa valeur dans le sens ou le mot foi peut servir à l'être humain pour se prononcer sur un rapport à l'environnement immédiat, comprenant l'être humain, la flore et la faune, la nature dans sa diversité. Cette foi peut aller vers l'inconnu,par exemple, l'existence d'une entité supérieure à la nature ce faisant, aux êtres vivants dont l'être humain.

    Ça ne fait de mal à personne de penser qu'une entité supérieure aurait créé l'univers. Mais dès lors que cette façon de penser, indique que tel ou tel a eut des révélations "martelées" par des chefs de guerre ou des gardiens de chèvres ou bien, par des scribouillards ou encore, des -assureurs de "l'au-de-là-mort" qu'étaient les "prêtres" -gardiens des rois pharaons, ce n'est -plus l'histoire.

    Les rituels sont aussi anciens que le -mammifère -Homme. Nous sommes d'accord que les animaux ont également des rituels de tous genres. Le rituel religieux est né dès lors que les chefs tribaux ont conscientisé que la mort la naissance et la vie de tous les jours comme quelque chose dont ils pouvaient s'accaparer et manipuler.

    Ce n'est pas venu comme cela par l'opération du saint esprit, loin de la..C'est aussi du domaine de l'évolution et de la compréhension des comportements du plus fort sur le plus faible. On est dans la typologie (science des comportements) du dominant, du dominé et de l'indépendant.

    Corto lorsque tu parle du Juif qui prie devant le mur de l'ancien temple je comprends très bien ce que cela signifie, et la portée de ses "rituels et prières" c'est un acte très énergisant car les -émotions -sont -telles, qu'elles donnent ou redonnent du sens, du courage et de l'espérance...-et plus.

    Vol ma propriété, la vie d'un proche, l'émotion sera telle, qu'elle me donnera une puissance en énergie d'une densité incroyable, au point que je n'arrêterai pas de "me dire" -que justice sera faite coûte que coûte, même si celle-ci doit durer une éternité.... C'est consciemment, avec la foi, que je parle à mon inconscient qui est en moi."Le dieu intérieur" comme le nomme certains.

    Cela est parfaitement clair, et c'est compréhensible. Les mots employés n'ont pas trop d'importance, le tout est d'être compris.Tout du moins, je l'espère.

    Tu termines par:"Donc nous pouvons constater que l'athéisme est lié à la croyance et non à une forme de foi se manifestant par des rituels."

    Mon point de vue est différent. Il faut savoir pourquoi nous -devenons athée malgré l'entraînement aux croyances et ce dès la naissance ou presque.

    Le refus d'un dieu, peut se comparer à une évolution dans les comportements face aux injustices dans le milieu parental, dans l'éducation nationale, les milieux fréquentés et, l'actualité, les évènements proches ou lointains...N'oublions pas que les informations de -l'époque -biblique mettaient des années pour être transmises! La perception extra-sensorielle ou, intra-sensorielle du même type que les baleines dans un gaz liquide comme l'eau, n'a pas été signalée sur terre.La physique et la chimie sont prépondérante à ce niveau là.

    Au de là de la terre le son ne passe plus, donc nul ne peut s'entendre parler par le manque d'atmosphère...Les ondes électro-magnétiques, c'est un sujet extrêmement scientifique non répertorié par les écrits.

    Tout cela pour dire que l’athéisme est un mille feuille; il y a mille façons d'être athée. Il me semble que la non croyance d'une manière générale ne s'appuie pas sur la réalité de l'histoire humaine, mais sur de -l'empirique*. (je ne sais pas si ma phrase est bien construite, pourvu de me comprendre..) Du coup, l’athéisme en général perd un peu de sa valeur, sans pour autant être un rituel.

    L'athée est quand même quelqu'un qui réfléchit et qui constate, c'est une remarque chez les gens qui n'ont pas spécialement fait d'études pour cela. Ce n'est pas une lacune.

    Il n'y a pas de prières pour ne pas croire en un dieu.Il n'existe pas de lieux de cultes pour devenir athée ou pour baptiser un bébé sans son consentement afin de lui donner une appartenance..

    L’athéisme n'est pas un rituel quelque soit sa place dans nos sociétés d'aujourd'hui et quelqu'en soit les raisons....

  • Pierre, laissons tomber le marteau, disons que le personnage "croit" que la terre est plate, j'y reviendrais, Copernic, Ptolémée et Galilée est un sujet passionnant pour illustrer notre sujet !
    revenons sur la liaisons entre la "croyance" et l'athéisme, sans croyance pas d'athéisme ! L'athée n'est pas concerné par l'existence d'un éventuel dieu, ni de quelconque rituel touchant à la foi.

    Si un athée se prononce pour la non existence d'un dieu ou d'autres forme de croyance sacralisée, il tombe dans le même jeu que le croyant, simplement il inverse son orientation, le fait-il vis-à-vis d'un phénomène invérifiable ou est il athée en réaction à un comportement humain ?

  • @ Corto

    En me prosternant devant mon "saint ordinateur" comme chaque jour et chaque nuit, j'ai vu que c'était le nouvel an Juif!

    Bonne année à tous les Juifs de la planète en espérant que chaque centimètre carré de votre propriété soit reprise afin de redevenir une terre fertile et démocratique..

  • Pierre, le terme consacré est ; Shana tova, (bonne année) !

  • -Shana tova! A Gilad Shalit qui aurait pu être libéré pour l'occasion. Ne pas le libérer est un acte de guerre.Pas de discussions avec les palestiniens avant sa libération!

    Merci Corto pour ces précisions..

  • Pierre si vous étiez Juif, en fait vous l'êtes, ce n'est pas uniquement une "tare" génétiquement transmissible (ah ah), vous ne pourriez pas être athée, car il ne peut pas y avoir de juifs athées, c'est ce que j'avais répondu à une juive pro-palestinienne n'ayant rien comprit à la cémentite, ce que je ne lui ai pas dit, c'est qu'il ne peut y avoir de juifs athées, car il n'y a pas de juifs croyants ! En fait dans le judaïsme le fait d'être croyant est un blasphème mille fois pire que d'être athée !

    Shana tova Pierre !!!

  • @ Corto

    Merci mon frère...

    Si j'ai bien compris tu me mets "au pied du mur" je prends cela pour un honneur..Surtout venant de "Corto" !

    Je reviendrai plus tard A+

  • Pierre, cela fait deux ou trois ans que je pratique le blog TDG, trouvez une seule phrase où je dis "je crois" sans " " !

    C'est une pure perte de temps, je peux "croire" qu'il va pleuvoir demain, mais en quoi ça m'avance, tout au long de l'existence de ce non-sens, nous ne pouvons qu'observer une seule chose, c'est que tous ceux qui exploite ce terme, l'ont fait et continue de le faire à des fins douteuses ou avec des dessins carrément malhonnête. Jésus n'avait-il fait préfacer son livre par "l'ancien testament" ?

  • @ Corto

    Pour te remercier de cet échange cordial et constructif je joins un "copié collé" du discours d'un député historien.


    Mardi 27 septembre 2011

    "La civilisation doit au judaïsme une dette qu’elle ne pourra jamais rembourser
    Le député britannique : « La civilisation doit au judaïsme une dette qu’elle ne pourra jamais rembourser »

    janvier 3rd, 2011 Daniele - Europe-Israel.org
    Andrew Roberts, membre du Parlement, discours à la Chambre des communes (Royaume Uni)…
    ==========
    Je voudrais m’adresser à vous aujourd’hui en tant qu’historien, car il me semble que l’État d’Israël a cumulé plus d’histoire au cours de ses 62 années que de nombreux autres pays de la planete n’ont eu en six cents. Il y a beaucoup de choses surprenantes à propos de cette minuscule, héroïque, courageuse nation de la taille du Pays de Galles, mais le plus étonnant, c’est qu’elle a survécu à tout. Le lendemain même quand l’ONU a déclaré l’état d’Israël en 1948, cinq pays arabes ont attaqué, et depuis ce temps il ne cesse de lutter pour son droit à l’existence. Et c’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui, à réaffirmer le droit d’Israël à la légitime défense, inhérent à tous les pays légitimes.
    Du Maroc à l’Afghanistan, de la Mer Caspienne à Aden, 5.25 millions de miles carrés de territoire appartenant aux membres de la Ligue des pays arabes abritent plus de 330 millions de personnes, tandis qu’Israël couvre seulement huit mille miles carrés et abrite sept millions de citoyens, un cinquième de ce que sont les Arabes.
    Bien que les Juifs de la Terre Sainte soient ainsi entourés par des Etats hostiles 650 fois la taille de leur territoire et soixante fois celle de leur population, et que leur tout dernier et grand espoir est de mettre fin à deux millénaires de persécution internationale, l’État d’Israël a d’une manière ou d’une autre survécu. Lorsque au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’île de Malte a passé trois années terribles de bombardement et de destruction, elle a reçu à juste titre, la médaille George pour sa bravoure, et aujourd’hui, on devrait décerner une décoration similaire à Israël pour défendre la démocratie, la tolérance et les valeurs occidentales contre un meurtrier assaut qui a duré vingt fois plus longtemps.
    Jérusalem est le site du Temple de Salomon et d’Hérode. Les pierres d’un palais érigé par le roi David lui-même sont encore actuellement déterrées juste à l’extérieur des murs de Jérusalem. Tout ce qui rend un État-nation légitime, l’effusion de sang, le sol labouré, deux millénaires de résidence continue, les accords internationaux, plaide pour le droit d’Israël à exister, mais qui est toujours refusé par la Ligue arabe. Pour beaucoup de leurs gouvernements, qui sont assez riches et auraient pu résoudre sur le plan économique depuis des décennies le problème des réfugiés palestiniens, il est utile de disposer d’Israël comme bouc émissaire pour détourner l’attention de la tyrannie, l’échec et la corruption de leurs propres régimes.
    La vérité tragique est que cela convient très bien aux Etats arabes d’avoir les Palestiniens qui endurent le statut de réfugiés permanents, et chaque fois qu’Israël a mis en avant des solutions réalistes, elles ont été contrecarrése par ceux dont les intérêts visent la destruction d’Israël avant le véritable bien-être des Palestiniens. Tant le roi Abdallah Ier de Jordanie et Anouar el-Sadate d’Egypte ont été assassinés alors qu’ils tentaient de parvenir à une forme de compromis avec un pays que la plupart des gens sains d’esprit acceptent maintenant qu’il ne devra pas disparaître.
    Winston Churchill en 1920, a écrit:

    .../...

    La suite arrive..

  • @Corto

    N'ayant pas réussit à faire un copié/collé je joins le lien de ce député Historien qui à fait un excellent discours au parlement Britannique en Juin.

    Ceci pour te remercier des échanges courtois et constructifs concernant les croyances. Je remercie au passage Hank Vogel pour sa sympathie et sa largesse d'esprit.

    La discussion continue...

    http://www.eli-d-ashdod.com/

  • Pierre, je connais très bien Eli d'Ashdod, je suis aussi très souvent à Ashdod !!!

  • .../...

    « Nous devons aux Juifs, un système d’éthique qui, même s’il était entièrement séparé du surnaturel, serait incomparablement le bien le plus précieux de l’humanité, valant en fait le fruit de la sagesse et de l’expérience réunies. La contribution juive à la finance, la science, dans les arts, les universités, le commerce et l’industrie, la littérature, la philanthropie et la politique a été étonnante relativement à leur nombre infime. Bien qu’ils constituent moins de la moitié de un pour cent de la population mondiale, entre 1901 et 1950 les juifs ont remporté 14% de tous les Prix Nobel de littérature et des sciences, et entre 1951 et 2000 les juifs ont remporté 32% des Prix Nobel de médecine, 32% de physique, 39% de l’économie et 29% pour la science. Ce, en dépit de tant de leurs plus grands esprits qui sont morts dans les chambres à gaz. »
    La civilisation doit au judaïsme une dette qu’elle ne pourra jamais rembourser, et soutenir le droit a l’existence d’une patrie juive est le strict minimum que nous puissions fournir. Pourtant, nous avons tendance à traiter Israël comme un lépreux sur la scène internationale, en le menaçant de boycott universitaire, alors que s’il a construit un mur de séparation uniquement pour se défendre, ce qui a jusqu’ici réduit les attentats-suicides de 95% depuis trois ans.
    C’est une honte qu’aucun haut membre de la Famille Royale n’ait jamais entrepris une visite officielle en Israël, comme si le pays était encore en quarantaine après six décennies. Sa Majesté la Reine est sur le trône depuis 57 ans et aux cours de toutes ces années, elle a effectué 250 visites officielles dans 129 pays, alors qu’elle n’a pas encore mis les pieds en Israël. Elle a visité 14 pays arabes, de sorte qu’il ne peut pas être dit qu’elle n’a pas été dans la région. Bien que la mère du prince Philip, la Princesse Alice, soit enterrée sur le mont des Oliviers en raison de son statut de Juste parmi les Nations, le Foreign Office a ordonné que la visite sur la tombe de sa mère en 1994, doive être faite uniquement à titre privé....

  • .../...

    -Les visites royales sont l’un des moyens pour conférer la légitimité des nations, et le Gouvernement de coalition devrait avec le Ministère des Affaires y mettre fin – de facto boycotter.
    Après l’Holocauste, le peuple juif a reconnu qu’il devait avoir son propre État, une patrie où il pourrait toujours être à l’abri d’une répétition de telles horreurs. Le fait de faire confiance à la Civilisation occidentale de nouveau, n’allait pas suffire. Depuis, Israël a dû se battre pas moins de cinq guerres pour sa propre existence.
    Il a été sur la ligne de front dans la guerre contre le terrorisme en luttant pour l’Occident, des décennies avant que le 9/11 ou le 7/7 ne se produisent. L’Islam radical n’acceptera jamais l’idée d’un État israélien, de sorte que la lutte est susceptible de continuer pour encore soixante ans, mais les Juifs savent que cela est moins dangereux que de confier leur sécurité à quelqu’un d’autre.
    Très souvent, en Grande-Bretagne, en particulier lorsqu’ils sont confrontés à une écrasante majorité anti-israélienne qui est endémique dans nos médias libéraux et à la BBC, nous n’arrivons pas à nous demander ce que nous aurions fait à leur place ? La population du Royaume-Uni constituée de 63 millions de personnes, est neuf fois supérieure à celle d’Israël. En juillet 2006, pour prendre un exemple au hasard, le Hezbollah a franchi la frontière du Liban, pénétrant en Israël, tuant huit patrouilleurs et en enlevant deux autres, et cet été là, il a tiré quatre mille roquettes Katioucha sur Israël, tuant quarante trois civils de plus.
    Maintenant, si nous multiplions ces chiffres par neuf pour obtenir l’équivalent britannique, imaginez ce que nous ferions si une organisation terroriste basée au plus près de Calais faisait feu avec six mille roquettes sur le Sussex ou le Kent, tuant 87 civils britanniques, après avoir tué soixante-douze militaires britanniques lors d’une embuscade et après en avoir capturé dix-huit. , notre gouvernement ne reculerait devant rien, pour protéger les sujets britanniques dans de telles circonstances, et il aurait tout à fait raison. Pourquoi devrait-on s’attendre à ce que Israël se comporte différemment ?

  • Suite et fin..

    -Au cours de recherches pour mon dernier livre sur la Seconde Guerre mondiale, j’ai récemment visité Auschwitz – Birkenau. En marchant le long d’une rangée de cabane et le long de la voie de garage du chemin de fer où leurs aïeuls avaient été obligés de travailler, où ils avaient été affamés, battus, gelés et gazés à mort, il y avait un groupe d’écoliers juifs, dont l’un portait sur son épaule le drapeau israélien, une étoile de David sur fond blanc. C’était un spectacle très émouvant, car c’était l’indépendance souveraine qui était représentée par ce drapeau garantissant que l’obscénité de génocide qui avait tué six millions de personnes dans Auschwitz et d’autres camps – n’arriverait jamais plus au peuple juif, auquel le reste de la civilisation doit tellement.
    J’ai dit au début que je vous parlais comme un historien et donc je déclare :
    Aucun peuple dans l’Histoire n’a eu besoin autant du droit à l’autodéfense et à la légitimité plus que le peuple juif et Israël et c’est ce que nous demandons, nous les représentants de Initiative des Amis d’Israël, ici et aujourd’hui.

  • Merci Mr Hank Vogel..

    "Pierre, je connais très bien Eli d'Ashdod, je suis aussi très souvent à Ashdod"

    Corto, les grands esprits se rencontrent...Pur hasard?

    A bientôt..

  • Ben... non Corto, Pierre NOËL n'est pas Juif mais un sympathisant, bien Chrétien, des Juifs et d'Israël. Si vous baptisez tous nos amis.....


    Shana tova vmétouka, bonne et douce année, Corto, comme me l'a appris Rose :)
    et rappeler surtout que nous fêtons l'AN 5772. Pour un Peuple qui n'existe pas, qui est un "¨mythe.... Il fête quelle nouvelle année le Shlomo Sand? la 1700 et des poussières ou 2011? Sans doute aucune, car il a dit aussi:

    "«Inscrite dans les textes fondateurs de l’Etat d’Israël, la notion de «peuple juif» est un mythe. Il n’y a pas plus de peuple juif que de peuple chrétien ou musulman.»

    Je ne lui souhaite pas la Shana tova, mais un prompt rétablissement pour sa folie.

  • Pierre, continuons sur ce débat tentant de trouver des repères autour de cette litote de l'esprit (pour autant qu'il y ait un esprit) (blague, savez-vous pourquoi il n'y a pas de fantôme en Suisse ?) litote de l'esprit disais-je, consistant à croire que la croyance ait un sens !

    Donc croire en quoi que ce soit, n'est pas une posture juive, à proprement parler, au contraire, toutes formes de croyances et surtout en matière de ce qui toucherait à l'Innommable, sont a exclurent définitivement, laissons cette spécialité au christianisme et la l'islam, maintenant il se peut que des juifs, par mimétisme, soit tombés dans un tel non-sens et répètent comme des perroquets les absurdités proférées pendant des siècles par d'autres prosélytes acharnés, soit pour des raisons que nous pouvons imaginer soit pour des raisons faisant qu'également au sein du peuple juif des idolâtres inconditionnels perpétuent ce que fut l'histoire du veau d'or !!!!

    La foi, n'a rien à voir avec tout ça, le fait de consacrer sa vie à des pratiques et des études touchant également à l'Innommable, est à l'opposé de la croyance, d'ailleurs l'un des commandements les plus sévères concerne ceux qui pratiqueraient le judaïsme dans le but de convoiter le Divin, pour autant que cela puisse influencer d'éventuelles récompenses "spirituelles", est-ce que le fait de consacrer une bénédiction avant et après avoir jouit d'un bien consommable aurait quelques but autre que de bénir cette terre nous donnant ses biens ou de remercier l'Innommable de nous avoir accordé tant de bienfaisance ?

    Certains scientifiques, prétendent que le fait de pourvoir de bonnes intentions envers des objets, comme de l'eau, changerait structurellement la chimie moléculaire de cette substance.

    Le fait de bénir le pain que l'on mange, est-ce un acte de croyance, ou plutôt une marque de respect vis-à-vis d'un don, d'où qu'il provienne ?

    Le fait de se purifier les mains avec de l'eau, avant ou après une action, n'est-il pas bénéfique et une marque de respect de ce que l'on connait ou connait pas ?

    La vie d'un juif pratiquant respectant les 613 mitzvot, est elle nuisible à la nature, le fait que de ne tuer que certaines espèces d'animaux pour se nourrir, soit pour les mammifères, uniquement ceux qui ont le sabot fendu et ruminants, capables de se reproduire en captivité, n'est ce pas une saine attitude ? Une marque d'humilité face à la nature et en quoi cela s'apparente t-il à des croyances ? Le fait de laisser les vergers en jachère sans récolter les fruits des arbres, n'est-il pas bénéfique pour la régénérescence du verger ?

    Je pourrait vous énumérer l'ensemble des mitzvot et vous verrez que ce ne sont pas des croyances mais des prescriptions simplement appelées "bonnes actions", des consignes, des précautions et fait de respecter ces prescriptions ne laissent plus de temps à leurs pratiquants de "croire" !!!

  • @ Corto

    OK pour continuer le débat mais cette semaine va être très chargée...Je dois partir, je prends mon "saint ordinateur" et ferai en fonction...

    En attendant tes explications sont claires et rassurantes car -je, (ou bien nous les mauvais chrétiens, non initiés -devenus athées...) ne connais pas ou peu cet aspect de la religion Juive. Je me suis plus attardé sur le Judaïsme et ses typologies, mais c'est un vaste sujet de travail...et de compréhension.

    J'espère que d'autres apporteront leur sagesse et leur point de vue...Suivez mon regard..

Les commentaires sont fermés.