L'espionne et moi (11, à suivre) (15/07/2022)

 L'espionne et moi Hank Vogel.jpgSes yeux se mettent de nouveau à clignoter, telle la fameuse figurine du plus fantasmagorique de mes souvenirs hollandais. Et ce pour un laps de temps, forcément.

 Puis, le regard restandardisé, cette inclassable rencontre, qui m’offrit aux heures creuses de ma crise de la  cinquantaine, et à plusieurs reprises, son fromage préféré et sa poire sans pépin en guise d’amitié, me propose:

 - Suis-moi et tu auras des couilles en or jusqu’à la fin de tes jours. Oserais-tu?

 Du coup, ma caméra, que j’ai coincée entre mes cuisses en entrant dans ce salon de thé très bourges, après m’être bien installé bien entendu, tombe par terre.

 - C’était quoi ce bruit sourd? s’inquiète-t-elle presque aussitôt. 

 - Rien qui puisse nuire à notre santé, j’ironise pour la rassurer. Ma panasonic a préféré la fraîcheur agréable du carrelage que la chaleur étouffante de mon entrejambe.

 - Alors, tu as attends quoi pour la ramasser? s’insurge-t-elle.

 - Que vous me le permettiez, Madame la Marquise! je temporise, je plaisante.

 - A quoi tu joues Raoul?

 - Je ne joue nullement mais je ne souhaite guère passer pour quelqu’un qui a fait exprès dans le but de plonger sous la table afin de découvrir enfin l’origine du monde.

 - Je ne te suis pas.

 - Tu connais le peintre Gustave Courbet?

 - Aucun artiste n’a jamais adhéré à ma communauté ou clientèle... 

 - Aucun Africain ni Arabe non plus, n’est-ce pas?

 - C’était jadis.

 - Et maintenant?

 - Je ne suis plus une proie pour eux. Pas assez fraîche...

 - En somme, tu es toujours raciste.

 - Pas du tout... Je ne supporte pas leur brutalité lors des rapports sexuels. Tout sauf ça. C’est personnel. Et j’y tiens, bordel!... J’imagine, beaucoup d’anti-racistes me voient déjà attachée à un poteau d’exécution. Qu’importe! Revenons à ton cher ami.

 - Si seulement!

 - Qu’a-t-il peint de si spectaculaire?

 - La même chatte noire que je risque de découvrir en récupérant mon caméscope.

 Elle sourit et me dit d’air espiègle:

 - Récupère, récupère ton outil de voyeur professionnel! Mais ne le branche surtout pas. Même cassé. Car, d’après un sondage, je ferais partie des quarante-deux pour cent des bonnes femmes qui ne portent jamais de culotte... O.K.?

 - O.K.

 Je m’exécute, plus ou moins, je paye nos consommations et nos quittons l’établissement...

800px-L_Origine_du_Monde-Courbet-Orsay-cadre.jpg

L'Origine du monde de Gustave Courbet au Musée d'Orsay

(pour plus d'info... cliquez sur le tableau)

07:47 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |