L'espionne et moi (5, à suivre) (17/06/2022)

 L'espionne et moi Hank Vogel.jpgNous entrons dans un tea-room très sophistiqué, faute de pouvoir trouver dans l’immédiat un café populaire digne de nous. C-à-d: qui conviendrait mieux à nos désirs et probablement à nos manières. Nous nous installons l’un en face de l’autre, bien entendu, dans le coin le plus sombre de la salle, allez savoir pourquoi, et nous commandons, elle un cappuccino et moi un expresso.

 - Tu as vu comme elle m’a regardé, la serveuse? me chuchote Louise en se penchant vers moi.

 Aussitôt, je me redresse en grimaçant.

 - Qu’y a-t-il, je pue de la gueule? me demande-t-elle, farouchement étonnée.

 - Désolé, c’est un reflex de vieux garçon, je mens.

 - Tu est toujours célibataire?

 - Non, je suis marié.

 - Depuis quand?

 - Depuis plus de vingt ans.

 - Et tu m’as caché ça?

 - Comment aurais-je pu te l’annoncer, tu as disparu du jour au lendemain sans laisser la moindre trace...

 - En effet, quelle époque!... Et maintenant?

 - Et maintenant quoi?

 - A part de jouer au vicelard, tu vas encore au concert, au théâtre et au cinéma?

 - C’est fini tout ça... Lorsque j’ai une envie folle d’écouter du Vivaldi, j’allume mon ordi et ni une ni deux la musique du grand maestro jaillit des entraves de  YouTube...

 La barmaid se pointe à ce moment-là. Elle dépose nerveusement nos boissons sur la table puis, en me fixant des yeux, elle me ou nous déclare d’un ton malicieux: 

 - Avant mon ex se ruinait dans les sex-shops, aujourd’hui il économise grâce à l’Internet. Tout passe par lui. Stripteases, ballets roses, putes, maîtresses... même les copains. Tout est à porté de main par la faveur d’une petite souris. Y compris le petit Robert.

 Et elle se retire sur la pointes des pieds, telle une ballerine du Bolchoï.

 Louise et moi, nous tombons sur le cul...

15:46 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |