Tell une hirondelle sans nid (6, à suivre) (08/05/2022)

 Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgLa Suisse est archi propre et extra belle, à mes yeux. Un joyau de beauté naturelle et de sobriété architecturale, quand on arrive de l’étranger.  

 Cela met du baume au coeur, certes. Mais pas suffisamment pour jubiler, ou jouir quand on est accro au sexe, tel un Finlandais le jour de la Saint-Jean.   

 Autrement dit, avec plus de délicatesse et de neutralité: toute splendeur enchante, exalte mais ne rassure pas. Au bout du compte et du conte.

 Et quand on n’est plus dans la force de l’âge, l’esprit a vite tendance à s’inquiéter. A moins que cela ne soit un handicap génétique ou un traumatisme éducatif. Et il y a de quoi vu mes ressources financières au pied des Alpes.  

 Ici et là-bas, quelle différence!  

 Là-bas, dans ma deuxième patrie, je vivais dignement, quasi comme un roi.  

 Ici, dans ma première, le berceau de mes racines ancestrales, je me sens forcé de réclamer une aide sociale pour vivre honorablement.  

 - La prestation complémentaire n’est pas une aumône mais un droit en cas de  nécessité vitale..., me précisa un soir mon père, à l’aube de sa remarquable vieillesse, lors d’une discussion au sujet des retraités en Suisse qui sont trop fiers pour la demander.  

 Du coup, illico presto, le 28 mars 2022, le jour de l’anniversaire de ma mère, je me rends, avec ma chère épouse, à l’Agence d’assurances sociales de Morges où nous sommes chaleureusement accueillis par le sieur Julien Staehelin...  

 A qui j’ explique tout bonnement dans quel bourbier nous nous trouvons suite aux sanctions prises par Berne à l’égard de la Russie, et de tous ses habitants, y compris les suisses de Saint-Pète ou du Bolchoï. Et ce à cause, bien entendu, de son absurde et sanguinaire agression vis-à-vis du peuple ukrainien.

 Soit, me concernant personnellement:  

 Plus de SWIFT, plus de fric versé sur mon compte russe! Donc pas le moindre kopeck  pour boire ni bouffer.  

 De ce fait?   

 Le retour dardar au bercail, dans le canton de Vaud, où vivent en pleine harmonie ma fille, sa famille et mon grand frère. Avant que le fou du Kremlin ne s’en prenne aux enfants de Tell coincés dans un ascenseur de décisions.

 Fort étonné voir ébranlé par notre situation précaire inattendue, selon moi, le Préposé de l’agence décide d’ouvrir un dossier mais pour que cela fonctionne en bonne et due forme et  arrive à bon terme, j’espère, nous devons déposer nos papier à l’Office de la commune de Préverenges, là où nous avons pu nous réfugier, et de nous inscrire à une caisse maladie conformément à la Loi...  

 Choses faites, retour chez notre bon samaritain, une semaine plus tard, le 4 avril 2022, jour de l'anniversaire de mon paternel cette fois-ci, pour d’autres questions et l’apport d’autres documents... anciens de plus de dix et de vingt ans. Soit: attestation de libre passage et acte de divorce.

 Bureaucratie oblige! Le Préposé n’y peut rien.

 Heureusement, grâce à l’efficacité, professionnelle ou pas, de deux gentilles taxatrices du Département des finances et des ressources humaines de la République et du Canton de Genève et celle de mon ex-femme, ces vieilles paperasses ne tardent pas faire surface.  

 Du coup, plus lumineux celui-ci, je me pose la double question suivante:  

 - Nos morts sont-ils soucieux de notre l’avenir et se manifestent-ils à leur façon quand les ténèbres nous tombent dessus?..     

13:59 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |