Tell une hirondelle sans nid (4, à suivre) (29/04/2022)

 Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgPour l’instant, pour l’instant! Il y a des mots qui cachent bien des choses. Le repos du guerrier, un désir de tranquillité et de stabilité ou la mise à mort d’une fuite éternelle? La réponse est au fond de chacun de nous. Et non pas ailleurs.  

 J’ouvre une parenthèse:  

 Les experts de la santé mentale qui prétendent tout savoir sur la psyché humaine feraient mieux de courir le monde au lieu de s’endormir dans leur beau fauteuil en se gargarisant avec leurs connaissances toutes faites, sophistiquées et inculquées par des maîtres trop théoriques ou en écoutant les rêveries de leurs patients follement embourgeoisés. Car la douleur a de la peine à montrer son vrai visage dans un cabinet joliment feutré. C’est mon avis.  

 Je la ferme... cette parenthèse, bien entendu.  

 Me voici de retour en Suisse, officiellement. Aux pays de mes braves ancêtres. J’aménage donc allègrement pour la énième fois dans ma rocambolesque existence. Un lit, une table et deux chaises pour commencer. Le nécessaire existentiel pour vivre convenablement, dignement et non pas tel un mollusque. Le reste suivra. Bien que de nos jours, sans portable ni ordinateur, on se sens totalement largué, surtout au niveau des transports publics dans certaines régions lémaniques.  

 A cause ou grâce à ce sacré virus qui s’est échappé d’un buibui chinetoque, d’un laboratoire franco-chinois ou des souliers crottés de Satan, les chauffeurs d’autobus ne veulent plus ou ne peuvent plus vendre de  tickets. Quelle aubaine pour les resquilleurs patentés!   

 Et la plupart des guichets ont disparu au profit d’un ou de plusieurs logiciels de billetterie. Quel casse-tête pour les pépés et les mémés!   

 Seigneur! J’espère que mon prochain médecin de famille ne sera pas une image virtuelle déconcertante ou un robot trop inquiétant...       

19:30 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |