Un amour entre les gouttes, suite (1, à suivre) (22/03/2022)

 Un amour entre les gouttes (suite) de Hank Vogel.jpgJe suis scout-routier et encore puceau malgré mes dix-huit ans. C’est normal, je  suis dans la norme.

 En apparence seulement! Aux yeux de ceux qui me regardent et m’écoutent. Et de ceux qui ont lu la première partie de cette ouvrage peut-être.

 Car j’ai omis de vous dévoiler mes plus intimes secrets.

 D’un côté, cette façade me concernant est trompeuse et de l’autre, elle reflète bien l’animal inexpérimenté que je suis. Considérant que, dès notre naissance, le sexe est en nous mais qu’il n’acquière une sérieuse compétence, sexuelle forcément, qu'en se baladant ailleurs, avec sa grande complice la bouche. C’est-à-dire, pour un homme, à l’extérieur et à l’intérieur d’un corps féminin. L’anus n'est qu'un refuge fortuit habituellement mal considéré. Bien qu’il soit très prisé chez les bisexuels et jugé primordial chez les homosexuels qui forniquent toujours avec des femmes.

 Donc, pour dissiper ce brouillard qui a tendance à persister autour de moi:

 Mon zizi a déjà pas mal voyagé. A Alexandrie, entre les doigts de ma petite copine Saïouda et à Paris, entre et au-delà des cuisses de deux prostituées, l’une algérienne et l’autre française. Mais ma bouche, elle, est encore totalement vierge. Jusqu’à aujourd’hui, aucune lèvre n’a effleuré les miennes. Et je ressens cela comme une frustration, un handicape. 

 D’où ma tronche d’enfant de cœur, probablement.

 Pour moi, le baiser c’est tout. C’est l’invitation à l’amour, au vrai amour...

Un amour entre les gouttes (suite) de Hank Vogel*.jpg

Invitation à l'amour, graphique de Hank Vogel

11:35 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |