Ma Mère, cette Italienne (22, à suivre) (21/06/2021)

 Ma Mère cette Italienne, Hank Vogel.jpgDu 9 au16 septembre de cette même triste année (1941), c’est l’invasion italienne de l’Égypte. La Regia Aeronautica bombarde entre autres Alexandrie. Les Italiennes et les Italiens, qui ont passé entre les filets de la police britannique, crient déjà victoire!

 Pourtant, Antoinette Vogel, toujours Antonieta Banfi dans ses veines et convaincu à mort des promesses bénéfiques de son Duce, se met à trembler comme une feuille morte après chaque alerte. 

 Quant à Edgar, lui, il ne bouge pas d’une oreille. Malgré qu’il doute sur l’existence de Dieu, il fait confiance aux Cieux. Même quand ceux-ci sont noirs de fumée et en feu. Ses nombreuses lectures philosophes et légendaires, notamment celles concernant  le Valhalla, lui avaient sans doute évité d’avoir des réflexes trop conditionnés.        

 Un jour de cette fameuse quinzaine terriblement cacophonique, lors d’une accalmie apparente entre les belligérants,  juste avant la traditionnelle sieste de l’après-midi, Edgar regarda par hasard par la fenêtre de son beau bureau bibliothéqué et aperçut avec enchantement un bel objet métallique, accroché à un splendide parachute quasi doré, tomber harmonieusement du ciel.  

 - Très sympas tes compatriotes, ils nous envoient des médicaments et du chocolat,  cria-t-il en bon Suisse, à Noussy qui se trouvait au salon en train de jouer avec Freddy.

 Mais dès que le cadeau céleste toucha le sol égyptienne: patatras boum boum! 

 Soit: toutes les vitres et les persiennes de la maison partirent violemment en éclats et le fan présumé de Tell se trouva assis le cul râpant le carrelage, dix mètres en arrière, tel Aladin expulsé de son tapis volant par une vilaine sorcière.

 Abasourdi comme jamais, le Glaronais courageux, et forcément intègre, se relava et, malgré ses jambes flageolantes, courut aussitôt vers les siens.

 Heureusement! Que des dégâts matériels. Femme et enfant étaient sains et sauves.  

 La mère protégea son fils en se jetant sur lui et le mur de la veranda la brave maman en ralentissant et en renversant à moitié l’onde de choc de l’explosion. 

 La maison, ma maison natale, construite sur les vestiges d’un cimetière gréco-romain était protégée des dieux, me semble-t-il!

 Mais dehors, dans la rue, en face... c’était plus que l’honneur! C’était le vide chaotique, l’absence de tout. La bombe, une mine marine destinée à faire sauter un pont entre Alexandrie et le Caire, avait pulvérisé un immeuble tout entier et anéanti plusieurs familles...

10:44 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |