Le démon de treize heures (18, à suivre) (02/06/2021)

 Le démon de treize heures, Hank Vogel.jpgLe nez dans les étoiles et mon cul sur le sol, j’attends. J’attends quoi au fait? Que mes neurones de la révolte ou de la survie se mettent à gigoter? Peut-être!

 - On dirait que je prends ces cellules nerveuses pour une armée de petits soldats, je chuchote.

 Mes soldats! je corrige aussitôt en mon âme et conscience. Car je n’appartiens à personne. Ni l’état ni au clergé. Ni aujourd’hui ni demain. Jamais! Jamais à ces deux minorités de petits prétentieux.

 - Faussaires et fossoyeurs! je hurle.

 C’est vrai, me dis-je, ils cherchent à nous fourguer des salades mille fois fatiguées, remuées. Dans le seul but de nous voir ramper à leurs pieds et de crever la gueule ouverte avant eux.

 Mais heureusement! Tout n’est pas gangrené par le pouvoir et l’argent au pays de mes ancêtres et ailleurs. Il existe quelques élus, par le peuple uniquement,  qui échappent à cette masse de blancs-becs. 

 Ces êtres tombés presque du ciel, ils œuvrent forcément dans le domaine du social et surtout pas dans celui des paradis fiscaux. Tout le contraire des esprits pervers qui admirent, imitent ou soutiennent les dictateurs. Car ils songent avant toute chose à venir en aide aux plus démunis, aux veuves et aux orphelins. 

 Hélas, ils ne courent pas les rues!

 J’aimerais bien citer quelques noms mais, pour ne pas offenser ceux qui auraient temporairement disparu de ma mémoire, je préfère n’en signaler aucun. Malgré que ma langue me démange tel le dard d’un agent double. Ne suis-je pas un double national, l’espion juré pour certains des deux nations?... 
 
 Subitement, fou de rage, le commandant des mousquetaires de mon cerveau, défenseur farouche de la liberté d’expression et de la transparence, m’ordonne de cracher au moins les initiales de quelqu’un. Ne serait-ce que pour offrir un tantinet d’attraction en plus à ceux qui osent fréquenter mon jardin d’enfants pour grandes personnes.

 Alors, ne pouvant nullement aller contre le désir et la volonté de mon propre chef, je dévoile avec un grand plaisir:

 P-Y. M.

 Et j’ajoute pour pimenter ma farce littéraire:

 Il, et non elle, est du même signe astrologique que moi...

10:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |