J'ai aimé et tué ma soeur (27, à suivre) (25/03/2021)

J'ai aimé et tué ma soeur, Hank Vogel.jpg  Du coup, furax à l’extrême, je saute du lit et, le cul à l’air, je leur déclare:

 - J’en ai rien à foutre de vos promesses à la  grecque et de vos assurances obligatoires qui engraissent les petits copains de la princesse! C’est à cause de votre système tortu que je suis allé vivre ailleurs, loin de mon propre pays... Je ne vous rien demandé. Ni à vous ni à personne. Ma mort n’était qu’une mort provisoire, momentanée et expérimentale. Volontairement et consciemment  provoquée. Par moi-même. Tout était sous contrôle. Comme au Kremlin, à la Maison Blanche ou au Palais fédéral. Quand aucune faille n’est apparente ou sous-jacente, bien entendu. Le pouvoir de la ma pensée, de la mienne en tout cas, est tel que je peux également aussi bien guérir qu’anéantir, occire quelqu’un, à distance. Malheureusement, j’ai constaté, une fois de plus, qu’après une tentative métaphysique, réussie ou pas, un silence désolent s’installe au fond de mon âme, pendant un certain temps. Afin que les pendules se mettent à l’heure, en quelque sorte.  Alors à quoi bon désobéir aux règles établies par le Grand horloger!  Oui, c’est vrai, pourquoi Jésus a-t-il ressuscité Lazare pour qu’il meurt quelques années plus tard? C’était absurde. Le miracle est une provocation à l’ordre des choses, au bon fonctionnement des évènements en cours, non?... C’est à Skardou dans L’Himalaya que j’ai compris que la vie se répète telle une sinusoïde qui s’ étend vers l’infini. Le Beau, le Vide et l’ Éternité. C’est ça, le secret de l’existence, son  aphorisme... Et maintenant, donnez-moi mes vêtements pour je me tire d’ici...

Hank Vogel au Cachemire.jpg

Dans l'Himalaya... On dit que l'homme qui est parti pour ses hautes montagnes n'est plus le même homme à son retour.

13:32 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |