J'ai aimé et tué ma soeur (21, à suivre) (09/03/2021)

 J'ai aimé et tué ma soeur, Hank Vogel.jpg- Anne Bouille, tu t’embrouilles! je crie soudainement.

 Puis à voix basse:

 - C’était un autre slogan. A vendre à votre futur adversaire. Au cas où.

 - Au cas où? s’étonne-t-elle, les yeux hors  de sa tête.

 - Ou si.

 - Ou si?... A quoi jouez-vous?

 - Au petit train qui ne s’arrête pas à toutes les stations.

 - Où voulez-vous en venir?

 - Aux primordiaux!

 Et j’élucide:

 - Toutes vos subventions, raclées au peuple, vont pour les artistes connus ou reconnus du grand public et aux copains des copains ou les pistonnés. Et vous primez ceux qui ont déjà été primés. Malheureusement, des décisions peu louables identiques aux vôtres sont prises au sein de la plupart des soi-disant nobles institutions... Il y a deux sortes de créateurs artistiques. La pute et le sincère. Le premier est pire qu’un rat désorienté, il adhère au mouvement le plus en vogue, cherche à s’allier d’amitié avec un max de célébrités dans son domaine et baisse facilement sa culotte pour atteindre le sommet de sa gloire éphémère. Le second ne réclame rien à personne. Il n’a rien à foutre ni des critiques ni des compliments. Il crée comme le Bon Dieu, un point c’est... C’est vers ce type d’individu que vos regards devraient plutôt se porter.  Et non pas comme d’habitude vers ces saltimbanques des festivals aux compétences souvent douteuses. Outre cela, le théâtre est quasi mort. Le cinéma l’a largement devancé. Pourquoi jetez-vous tant d’argent par les fenêtres, pour un art épuisé et agonisant?  Mieux vaut alors éclairer les cimetières en plein jour. J’attends de votre part une réponse juste et non partisane.

 Étonnement, la conseillère municipale chargée de la culture se lève d’un bond et quitte le bar à café avec précipitation...

14:41 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |