Le démon de treize heures (7, à suivre) (11/02/2021)

Le démon de treize heures, Hank Vogel.jpg  Quelle folie! A quoi joue-t-il le Bon Dieu?

 Hier, enfant, j’étouffais de chaleur au royaume des pharaons. Aujourd’hui, à un mois de mes soixante-quinze ans, je me les gèle au pays des tsars éternels.

 Hier et aujourd’hui: deux façons de vivre, deux périodes de ma vie totalement aux antipodes l’une de l’autre.  

 A l’instant, à Pouchkine, où je suis en train de taper sur mon ordinateur, il fait moins vingt-quatre degrés Celsius (-24°C), dehors bien entendu.

 Je regarde par la fenêtre et je me dis:

 - Quel courage incroyable ils ont dû avoir ces peuples du passé pour venir jusqu’ici  et créer tant bien que mal de nouvelles civilisations dans un environnement si hostile à l’homme! Mais quel étrange rêve aussi ils ont dû faire pour oser quitter l’épicentre de humanité, permettez-moi cette expression, lieu paradisiaque et propice à toute évolution, et risquer de se perdre à jamais dans le brouillard et le froid! Des surexcités  et des hyperactifs sans aucun doute. Les  peureux et les fainéants sont restés sur place.

 Petite pause cérébrale, permettant ainsi à mes neurones de mieux se connecter.

 OK!

 D’après certains scientifiques, très sûrs d’eux, l’être humain a vu le jour quelque  part en Afrique, je poursuis. Donc, logiquement, notre première ancêtre à toutes et à tous était noir ébène ou noir d’encre. Et notre premier ancêtre à tous et à toutes était noir charbon ou noir de fumée. Ou inversement. Personnellement, je ne suis pas contre, j’accepte cette thèse. Mais mon cousin, qui est un raciste patenté, la réfute totalement. En évoquant des récits bibliques et d’autres histoires à dormir debout, bref! C’est son droit. La liberté de penser, de raisonner est peut-être encore la seule des libertés intellectuelles à ne pas avoir été bafouée par les autorités de la plupart des nations et de nombreux intellos aux idées extrêmes. Pour la préserver: le silence absolu. Ainsi, ni les anti-ceci tous azimuts et les pro-cela et tout le bazar ne pourront jamais nous l’arracher des limbes de notre cerveau. A moins qu’un savant fou ne découvre un moyen efficace pour nous contrôler et nous manipuler à distance. Du genre: vaccin obligatoire muni d’une ou de plusieurs micro-puces électroniques, les gendarmes du futur.

 Spot! Avant que l’on me colle sur le front l’étiquette du parfait complotiste. C’est à la mode!

 Cogito, ergo sum, répétait souvent mon copain René à son meilleur ami Descartes...

08:30 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |