Le démon de treize heures (5, à suivre) (02/02/2021)

Le démon de treize heures, Hank Vogel.jpg  Ô Ricky Nelson! Tu es mort dans un accident d’avion abandonnant ainsi, malgré toi, à jamais femme et enfants. Tu n’avais que quarante-cinq ans. La grande faucheuse était forcément jalouse de ta gloire, la salope! Je sais que tu sais tout ça et sûrement d’avantage. C’est pour cela que je m’adresse à toi. Au cas où tu serais à la droite du Seigneur, qui est devenu sourd comme un pou, manque de pot.

 Désolé, cher Eric, de me comporter comme ces grenouilles de bénitier qui passent en révision tous les saints pour leur quémander la même faveur. Excepté Saint Christophe, le patron des voyageurs, qui, de nos jours, vu le nombre élevé de décès sur les routes, ne se préoccupe plus que des chauffards et des fous du volant. Et, à la sortie de l’église, je vois mal une ces baveuses de prières enjamber sa décapotable et mettre à fond les gaz. Ainsi soit-il et amen!

 Je critique ces bonnes femmes mais vaux-je mieux? Pas du tout. 

 Passer d’un saint à autre ou passer d’un défunt à autre, c’est kif kif bourricot. Bien que cela m’amuse énormément! Comme sauter du coq à l’âme. En tout cas, ces gymnastiques-là, cérébrales bien entendu, me paraissent moins déraisonnables voire moins diaboliques que de reconnaître, au nom de la neutralité par exemple, des dirigeants, des soi-disant adeptes fervents de la démocratie, qui empêchent leurs opposants de s’exprimer en les foutant en taule ou en les faisant tout simplement disparaître. Reconnaître veut dire aussi: accepter de mettre à l’abri les fortunes de cette racaille. Et oui, malheureusement, je ne suis pas fier de mon pays. La belle Suisse! Cet dame distinguée qui porte toujours des pampers sur elle, comme disait ma concierge apatride. La plupart du temps sales, vu qu’elle est rapia. Sais-tu pourquoi, camarade de l’au-delà? Non? Alors cherche! Tu as tout l’éternité pour ça.

 Et maintenant, c’est l’armée birmane qui entre en scène! Les flics et les militaires, c’est du pareil au même. Ce sont les démons de toute heure. Pauvre Birmanie! Quelle guigne pour son peuple si doux. Grâce surtout aux femmes. En effet, elles sont affectueuses et travailleuses. Tandis que les hommes sont machos et fainéants. Je parle toujours en connaissance de cause, je ne suis pas un béni-oui-oui du copier-coller. Tel de nombreux journalistes et blogueurs. J’ai séjourné à deux reprises dans cette région si bien pagodée. La première fois: en tant que touriste. La seconde: en tant que guide...

12:25 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |