Extrême (28, à suivre) (08/11/2020)

Extrême, Hank Vogel*.jpgTout va à merveille entre ma voisine et moi.

Quand elle a besoin de se faire soulager, elle me siffle et je cours vers elle comme un chien.

Quand c’est moi qui a besoin de me faire soulager, je la siffle et elle court vers moi comme une chienne.

Mais quand, miraculeusement, l'envie de nous entrelacer harmonieusement nous chatouille au même moment les neurones adéquats, nous marchons l’un vers l’autre tels deux Casques bleus prêts à mourir pour la paix et à vous d’imaginer la suite.

Vu du ciel et pour les badauds, ma voisine c’est ma voisine et rien de plus. C’est-à-dire une honorable personne qui, pareille à la lune, alimente sa face cachée. Et c’est déjà trop.

Par contre pour moi, elle est le contraire d’une voisine banale qui vous dévoile son pédigrée et vous réclame le vôtre avant même de franchir sans gêne le seuil de votre porte lors de la première rencontre.

La preuve, je ne connais ni son nom de famille ni son vrai prénom. Et ni son âge, bien que féminité oblige! Et c’est mieux ainsi. Et elle, aussi, rien de tout ça me concernant. Égalité oblige!

Sans doute, les quelques habitants de ce paradis perdu, moi y compris, ont tous été impressionnés voire conditionnés, un jour ou l’autre, par une drôle de pancarte près du port où il est inscrit:

Hommes et femmes de bonne volonté, vous n’êtes pas des bouteilles ni des boîtes de conserve, que je sache! Alors ne collez aucune étiquette trompeuse sur votre visage avant d’avoir goûté au fruit du bonheur pour la dernière fois.

Signé: Raoul qui se les roule.

Un petit texte absurde pousse parfois le commun des mortels plus à réfléchir et à réagir qu’un long et sensé serment bien rédigé.

Ce qui me conduit à me dire:

Les meilleures leçons scolaires sont probablement les plus confuses. Ce sont celles qui obligent les élèves à penser d’avantage par eux-mêmes...

07:03 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |