Extrême (10, à suivre) (29/09/2020)

Extrême, Hank Vogel.jpgJ’aide mon hôte à s’asseoir confortablement sur une chaise. Comme si c’était un prince ou un pacha en visite dans les Caraïbes. Et, sous son regard curieux et avide, à la vitesse grand v, je pose sur la table, recouverte d’une impeccable nappe blanche, des merveilles gastronomiques venues des quatre coins du monde qu’il découvre l’une après l’autre avec stupéfaction.

Soit, dans un ordre aléatoire: du caviar d’Iran, des huîtres de Normandie, du foie gras de canard du Périgord, du salami de la République Dominicaine, de la mortadelle de Milan, du gruyère de Gruyère, du schabziger de Glaris, de la féta de je ne sais d’où, peut-être d’Albanie, du beurre de Bretagne, de grandes olives violettes de Kalamata, du pain frais français, anglais et syrien, du gewürztraminer d’Alsace, du bourgogne, du bordeaux, du rhum de Guadeloupe, du whisky écossais et de la vodka de novokouznetsk, en Sibérie.

Puis, localité oblige, un énorme panier de fruits frais et de légumes crus.

Malheureusement, les plats mijotés manquent à l’appel.

Malgré cela, face à un tel festin, les gens d’ici diraient à haute voix:

- Diable! Il y en a pour tous les yeux et toutes les bouches.

Fier de moi, je me frotte les mains, je m’assied à côté de l’homme le détesté de l’île et j’annonce:

- Attaquons! Bacchus n’attend que ça!

Et nous nous mettons à boire et à manger comme des ogres. Chacun pour soi et Dieu pour tous. A rendre jaloux et à faire sortir de leurs tristes tombeaux les plus gourmands rois de France et de Navarre suivis de leurs épouses et de leurs nombreuses maîtresses.

- On se tutoie maintenant! m’ordonne gentiment Extrême, après avoir sifflé une bouteille de vin rouge... N’est-ce pas?

- Bien entendu, je réponds en rotant... Pardon!

- Accordé... Comment fais-tu pour avoir tout ça, si facilement?

- Quoi par exemple?

- Le schabziger, mon fromage préféré.

- Je comprends maintenant pourquoi tu t’es jeté sur le petit cône explosif et tu l’as fait disparaitre en moins de deux.

- Désolé! C’était plus fort que moi. Le sang glaronais qui coule dans mes veines m’ a poussé à agir contre ma volonté.

Je secoue ma caboche...

08:37 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |