Extrême (8, à suivre) (27/09/2020)

Extrême, Hank Vogel.jpgToc, toc! Chinta entra dans ma chambre sans la moindre gêne, quasi violemment.

Je me redresse aussitôt.

Elle est toute de rouge habillée, plus belle que jamais.

- Vous partez déjà? je lui demande, un peu estomaqué.

- Pas tout de suite, me répond-t-elle sèchement.

- Alors?

- Alors, alors, alors... on prétend que l’habit ne fait pas le moine. Chez vous c’est tout le contraire. Il suffit qu’un mec se mette une cravate et une nana une robe flamboyante ou un plumeau sur la tête pour que votre langage devienne plus sophistiqué. Adieu les tu, bonjour les vous!...

- C’est pour me dire ça que vous êtes là? Vous avez interrompu ma séance méditation...

- Ma nudité, le déchirement et les balbutiements, ce sont mes affaires et pas les vôtres!

- Ma parole! Vous lisez dans mes pensées et à distance maintenant...

- Non, c’est vous qui cherchez à lire dans les miennes en pensant à haute voix.

- Comment ça?

- On dirait que vous êtes aussi sourd que mon grand-père.

- Je ne vous suis pas?

- Le vieil homme est persuadé que de tous ses pets sont silencieux. Même ceux qui le font vibrer.

- Donc selon vous, j’ai parlé en méditant, n’est-ce pas?

- Non, en réfléchissant.

- Non?

- Oui.

- Certaine?

- Presque à cent pour cent.

- Alors la méditation, c’est quoi pour vous.

- C’est se laisser bercer par l’harmonie de l’instant présent et non pas par faire de vaines plongées dans le dépotoir du passé, à réveiller tous les singes de la forêt.

- Et?

- Et quoi?

- Je dois m’inquiéter?

- Surtout pas, vos monologues risqueraient d’augmenter... Cela arrive souvent chez les solitaires.

Et?

- Pour qui me prenez-vous? Je ne suis pas votre doctoresse mais votre négresse.

- Justement! Ça tombe bien.

- Exprimez-vous amplement!

- Je parie que vous avez déchiré votre blouse de boucher hospitalier, arraché votre masque adoré des staphylocoques dorés et jeté le tout à la poubelle uniquement pour protester contre les diktats du vilain sieur Extrême qui me traite souvent aussi de sale nègre... Non? Je me trompe?

- Eh bien! Il y a beaucoup de matière grise dans votre petite cervelle de Blanc. Malheureusement, trop souvent chargée d’idées noires.

- Vous plaisantez?

- Non, je suis sérieuse, vous me surprenez.

- Vous voyez, tout n’est jamais tout noir ou tout blanc.

Elle me lance un regard complice et retourne à ses tristes labeurs...

06:55 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |