Un salaud de bonne moralité (27, fin) (27/06/2020)

Un salaud de bonne moralité, Hank Vogel.jpgQue de questions inutiles sur mon titre de voyage ou passeport d’étranger! Et que de réponses insensées de ma part, à se cogner la tête contre les murs!

Nous descendons tous de la même guenon. A quoi bon savoir sur quel arbre mes ancêtres se balançaient? Et pourquoi se sont-ils échapper du cirques des traditions?

Je suis un enfant de nulle part. Mais cela ne m’empêche pas de me sentir chez moi partout, au contraire.

La Terre est à tout le monde et, elle seule, je la défendrai contre ceux qui ne cessent pas de la fractionner en de minables petits jardins privés.

A Amman, je loue une voiture avec chauffeur. Direction: Pétra.

Et au bout de quelques heures de route à travers des paysages désertiques idylliques, le véhicule s’arrête brusquement et son conducteur, un Jordanien ou un Palestinien fort sympathique, m’explique dans un anglais approximatif et beaucoup de signes que pour atteindre le site archéologique on doit faire le reste à pied en suivant l’étroit passage entre les parois rocheuses qui se trouvent en face de nous.

Allègrement, je descends du tacot et je m’engage dans le canyon, nommé le Sîq.

Dieu qu’ils se sont bien cachés ces sacrés Nabatéens, me dis-je, en marchant et en admirant tel un géologue en extase cette gigantesque gorge creusée par les eaux durant des millénaires.

Et me voici enfin face à la Khazneh, appelé aussi Trésor du Pharaon, le fameux tombeau dont la façade est taillée dans le gré.

Soudain, j’ai l’étrange impression que la vie n’est qu’une incommensurable sinusoïde dessinée par un savant secret à l’imagination débordante.

Trois mots me viennent alors à l’esprit: vide, beauté et éternité.

Pourquoi spécialement ces termes-là et pas d’autres? je me demande. Sommes-nous parfois des robots malgré nous?

Et je me réponds en chuchotant, pour me rassurer probablement:

- Rien n’est important. Tout n’est suite aléatoire d’improvisations, d’arrangements et d’accidents... C’est fou comme je me sens libre et hors du temps.

Une jeune et belle touriste, s’écarte de son groupe, s’approche de moi et me dit curieusement:

- Il y a plus de deux mille ans, ces braves gens ont su donner du relief et une âme à la pierre et un sens stable et judicieux à leur société. La femme était l’égal de l’homme... Je suis architecte comme vous, puis-je vous accompagner un bref moment?...

Une année plus tard, elle porte dans son ventre notre premier enfant.

220px-PS-Petra_6158_tonemapped.jpg

Le Sîq (cliquez sur la photo)

800px-Al_Khazneh.jpg

La Khazneh (cliquez sur la photo)

08:38 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (12) |  Imprimer |  Facebook | | | |