Tarbouche (3, à suivre) (01/05/2020)

Tarbouche, Hank Vogel.jpg- Qu’est-ce que vous avez à me regarder comme ça? Vous n’avez jamais vu un Africain blanc avec un tarbouche sur son crâne?

- ...

- C’est fait maintenant!... Que voulez-vous, contrairement aux habitants de ce pays, moi, j’aime les Turcs et les Arabes. Si cela vous dérange, allez vous faire voir chez les Grecs ou chez ceux qui détestent les abricots et les lentilles et vous verrez que ce n’est guerre mieux. Oui, guerre avec deux r en non pas guère avec un seul, bordel!... Ce n’est pas de ma faute si certains mots prêtent souvent à confusion. Aucune langue n’est parfaite. C’est pourquoi le bilingue a un double regard sur les êtres et les choses ou une vision plus élargie et plus précise sur le monde. A condition qu’il le soit dès sa petite enfance, bien entendu. Pour moi, par exemple, qui en parle deux et en baragouine plusieurs autres, certains termes et expressions que j’ai appris en italien, grâce ma mère qui était une vraie Milanaise, traduits en français perdent toute leur puissance voire du sens. Exemple: sei un stonzo! Tu es un connard! A vous de voir la différence, Docteur! Tout est une question de poids et de volume dans la vie, dirait mon épicier du coin...

- Et?

- Où étais-je?

- A l’épicerie ou au cabinet.

- Quel cabinet? Vous pensez au vôtre?... Non, revenons à mes chers amis qui me rappellent malgré eux les saveurs de l’Orient. Les uns: les loukoums à la rose. Et les autres: les foules et les falafels...

10:25 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |