Un salaud de bonne moralité (16, à suivre) (18/04/2020)

Un salaud de bonne moralité, Hank Vogel.jpgMa mère m’a terriblement surpris, me dis-je, une fois dans le bus en direction du centre-ville. C’est vrai, j’ai pu enfin avoir une discussion sérieuse avec elle. Mais c’était comme si... j’ai eu parfois l’impression de parler avec quelqu’un d’autre, une femme beaucoup plus jeune qu’elle ou plutôt avec un jeune homme blessé qui s’est échappé d’une mystérieuse prison... Pourquoi mes parents ne m’ont jamais parlé de leur vie amoureuse, de leur rencontre ou de leurs premiers baisers? Pourquoi ont-ils laissé le soin aux autres, à l’école et à mes copains plus âgés et avertis, pour parfaire intellectuellement mon éducation sexuelle? Tabou, secret défense, moralité oblige, des poids écrasants sur leurs épaules!... Bien que vous soyez le chef de famille, Monsieur Joseph Murchadha, il vous est formellement interdit d’offrir à votre fils sa première capote! C’est gravé au carbone 14 dans vos gènes. Une cigarette passe encore, un préservatif jamais. Paradoxe des paradoxes! Tout est si arbitraire dans notre triste société. Règles et lois. Toutes arrangées et promulguées par une minorité qui dirige et écrase toujours la majorité. Comme tu as dû souffrir et tu souffres encore, mon cher Papa, dans ce monde sauvage et injuste! Qui a fait de toi un soumis, un parfait mollusque. Le souvenir de ta faiblesse sera ma force. Je l’espère!...

09:36 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer |  Facebook | | | |