Pondichéry un jour d'automne (18, à suivre) (19/11/2019)

Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgChangement d’air, changement de salon qui sent moins l’humidité ou je ne sais quoi.

En attendant Ram, l’opérateur politisé et farceur selon moi, je dis à Krishna:

- Un chasseur moustachu ne change pas facilement de fusil d’épaule, il est trop aveuglé par sa fierté. Au fait, pourquoi la plupart des Indiens portent-ils la moustache? En signe de quoi? Pour prouver quoi?

Le lion personnifié me sourit.

- Question de mode ou de tradition? je lui demande.

Il hoche la tête dans tous les sens.

Trop de réponses: aucune réponse, me dis-je. Ainsi la liberté de penser, de juger et de fantasmer est nullement bafouée. Très futé, l’animal.

Je soupire.

- Si nous êtes pressé, nous pouvons passer à la presse écrite, me propose Krishna. Singam travaille également pour un journal régional.

- Seule la voie du direct transgresse la censure, je signale. C’est pourquoi je ne comprends pas la réaction de votre ami qui a pris la fuite. Les radios coupent, les télévisions coupent... Il y a plus d’informations dans les poubelles que sur les antennes.

- C’était une panne, précise le journaliste.

- Alors sortez vite votre bloc-notes avant que je change d’avis! je grogne...

21:17 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |