Pondichéry un jour d'automne (11, à suivre) (05/11/2019)

Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgBrusquement, je me lève et lui propose:

- Venez, allons déjeuner quelque part... dans un restaurant français de préférence. Bien que j’adore les idli, j’en ai mare des chapatis et du dal.

Elle se lève à son tour en s’apprêtant à me dire quelque chose mais je la devance:

- Non, ce n’est pas la toute première fois que je séjourne dans ce sacré pays... Je vous raconterai tout après avoir entendu et approuvé votre projet... Tuk-tuk ou pousse-pousse?

*

Les voyages forment la jeunesse, dit-on. C’est pourquoi j’ai vieilli trop vite, murmurait souvent mon grand-père en allant se coucher.

Ce Gaulois, libéré et distingué, avait traversé la Suisse à pied et l’Afrique en hydravion. Toujours en costume et en cravate. Un vrai dandy! C’était un homme très instruit et d’une intelligence hors du commun. Avant de mourir, il chuchota à l’oreille de mon père:

- Si je dois revenir sur terre, je préfère renaître idiot.

Qu’avait-il compris? Qu’avait-il découvert? La clé de l’existence?...

09:03 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |  Facebook | | | |