La Nubienne (2, à suivre) (11/04/2019)

La Nubienne, Hank Vogel.jpgA cinq mille kilomètres de mon lieu de naissance, là où les Négroïdes ont en apparence totalement blanchi au fil des millénaires, j’entre dans un bar bondé et commande en hurlant, vu le bruit:

- Une boisson! Pourvu qu’elle soit alcoolisée! Très alcoolisée!

La barmaid, une belle fille du type scandinave, coiffée d’une perruque rose et vêtue d’une chemisette quasi transparente s’approche de moi en se dandinant et me demande:

- Pourquoi, tu cherches à noyer ton chagrin, beau gosse?

- Quel chagrin? Non, j’ai l’intention de tirer un coup sans moralité.

- Alors un verre de piquette, c’est largement suffisant.

 - Va alors pour le rouge!

On bois, on fume, on se drogue, on danse, on gesticule plutôt, on s’embrasse, on se caresse, on se pelote, les fesses surtout, on frime sous les flashs et les projecteurs multicolores... c’est déprimant tout ça parfois mais c’est ma jeunesse et j’aime ça, bordel.

- Encore un autre? me crie la barmaid... Tu as fait ton choix?

Je ne réponds pas.

Elle se faufile dans la foule déchaînée, si vous permettez cette expression, en zigzaguant et se dirige vers moi.

- Quelle folie! je lui dis... Tu es toute seule pour servir?

Elle esquisse un sourire douteux.

Puis elle m’explique:

- Nous sommes deux d’habitude mais ma copine est malade.

- Personne ne la remplace?

- Personne... Le patron ne le souhaite pas. Trop compliqué administrativement... Les temps sont durs pour tout le monde.

- On se croirait au Moyen Âge.

- Tout le contraire... Il y aurait au moins quatre belles pucelles autour de chaque chevalier vaillant.

- Mais c’est ce qui se passe ici...

- Sans aucun doute mais ces gamines n’ont pas connu la moindre ceinture de chasteté.

- Heureusement!

- Pour qui?

- Serais-tu du genre...

Elle me coupe la parole:

- Je m’appelle Harriet Anderson et toi?

- Comme la fameuse actrice suédoise des films de Bergman?

- Presque... mais mon patronyme s’écrit avec un seul s... Et toi?

- Ramy.

- Ramy comment?

- Officiellement, c’est Ramsès... Toucourt.

- Ramsès tout simplement?

- Non... Toucourt, c’est mon nom de famille.

La belle Harriet reste trois secondes bouche bée puis elle éclate de rire.

J’assume, je suis de marbre. Tel la plus sublime des statues égyptiennes du Musée du Caire.

Surprenante pensée!

Pas autant que ça pour le fils d’un archéologue, finalement.

- Pardon, je suis vraiment désolée, c’était plus fort que moi, s’excuse la miss en essuyant ses larmes...

08:12 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (15) |  Imprimer |  Facebook | | | |