Flash-back (27, à suivre) (03/04/2019)

Flash-back, Hank Vogel.jpgDans la rue, je croise Arne, un cinéaste suédois que j’avais rencontré dans un festival aux heures glorieuses de mon existence.

Glorieuses, c’est trop bien dire. Mais quand on rêve de succès, de célébrité ou simplement de reconnaissance, le moindre applaudissement dans une salle obscur vous propulse à cent mille lieues de la réalité. On lâche des vents à faire rougir le Vésuve, dirait Marcello, le cousin de Pagnol. Et on s’y croit déjà! Où ça? Difficile de le savoir.

- Ça va?

- Ça va. Et toi, ça va?

- Couci-couça.

- Couci-couça? Tu as des problèmes?

L’ami se gratte la tête, le nez, la joie droite... puis il m’explique, profondément inquiet:

- Notre cinéma va bientôt disparaître.

- Notre cinéma? je lui demande tout étonné. Le mien n’est pas encore né.

- Je parle techniquement.

- Comment ça?

- Il n’y aura plus de pellicule. Sa mort est proche, très proche.

- Tu plaisantes?

- Non, c’est la vérité. Qui vivra, verra!... Et à part ça, quoi de neuf?

- Rien de particulier. Et toi?

- J’ai engagé une jeune assistante qui semble avoir de bonnes connaissances sur le métier...

- Conchita... ?

- Oui, pourquoi, tu la connais?

- Vaguement. Elle a postulé chez moi... mais comme tu sais, je suis fauché comme un clou.

- Bon, à bientôt!

- Bonne chance!

Futée la petite, me dis-je en pensant à Conchita. Pour se faire embaucher, elle a dû déballer tout je lui ai enseigné... Avec malice et beaucoup de charme, certainement. Elle ira loin la salope...

Extrait Désert

(mon dernier film en 35mm, pellicule)

16:39 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer |  Facebook | | | |