Un maral nommé Vova (8, à suivre) (06/07/2018)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgAu pays du mensonge*, la femme qui ne ment jamais, ou presque, est une sainte.

J’ai meilleur temps de jouer à la loterie, me dis-je. Ma perle rare n’est pas pour demain. On mérite le fruit de son arbre.

- Quelle arbre? me demanderait mon inoubliable bignole.

- L’arbre de ma vie, je lui répondrais.

- Lequel?

- Celui que j’arrose tous les matins avec l’eau pure de ma conscience.

- Poète un jour, pouette pouette toujours.

- Vous êtes vache avec moi.

- Alors cesse d’interpréter un rôle qui ne convient pas!

- Toi... vous aussi qui croyez à ça?

- Je ne crois pas à ça, je le sais pour l’avoir constaté dès que j’ai franchi la frontière de ce pays.

- Mais le monde est monde partout.

- C’est ce que l’on dit! Mais... mais...

- Mais?...

* Une canalisation pète ou pire... et les autorités interdisent la baignade

en vous expliquant que l'eau est trop froide.

15:56 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (12) |  Imprimer |  Facebook | | | |