Un maral nommé Vova (6, à suivre) (01/07/2018)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgBref! Coupure! Morsure de l’esprit!

Stagner dans des eaux tièdes et parfumées pour le plaisir du corps, comme se baigner dans un bouillon de bois de maral, c’est donner trop d’importance à sa minable personne.

Dieu qu’elles souffrent ces pauvres bêtes quand on leur scie les cornes!

Certaines tombent parfois en syncope et ne se réveillent plus. Crise cardiaque! Elles finissent alors dans les assiettes des curistes. Midi et soir.

Tout est pour l’homme civilisé. Rien pour l’animal sauvage.

Quant au végétal, il se laisse dominer et bouffer par le roi des singes pour mieux l’abattre un jour.

Malheureusement, mes cartouches d’encre ne suffiront pas à maîtriser la situation. Ou plutôt à mettre en garde cette race de montre, dont je fais partie, contre les dangers d’un élément naturel terriblement vexé...

- Alors retourne dans ta coquille et à tes coquillettes, faux Saint Jacques! me dirait celle que vous connaissez très bien.

- Je ne suis ni un mollusque ni un cuisinier, je réagirais.

- Non?

- Non.

- Pauvre type! Tu divagues de plus en plus.

- C’est la vodka...

08:13 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (13) |  Imprimer |  Facebook | | | |