Mariage blanc (24, fin) (20/06/2018)

Mariage blanc, Hank Vogel.jpgLa douceur de sa voix et la beauté de ses sourires encouragent respect et obéissance.

Tout est une question de panache dans la vie.

Le couple se construit grâce à cela. Et celui qui perd ce peu est voué à l’échec.

Le sexe n’est que provisoire. Attirance, miroir aux alouettes au service de la conservation de l’espèce. Et le créateur, rusé comme personne, semble avoir un faible pour les automates.

Rares sont les mariages qui se terminent en apothéose. Les différences et les conflits ne font que commencer.

Ella revient toute décontractée, une bouteille de Veuve Clicquot dans une main et deux flûtes dans l’autre.

- Avant le repas? je m’exclame.

- C’est jour de relâche aujourd’hui, m’explique-t-elle en posant le tout sur la table. C’est noté sur la vitrine...

- Mais la porte était... est ouverte...

- Pour les fournisseurs uniquement.

Et d’une gestuelle très professionnelle, elle sabre le champagne.

Tel bouchon, tel amant? je me questionne bêtement.

- A notre amitié! dit-elle en levant son verre.

- A plus si le terrain est libre, je riposte en surélevant le mien.

Elle sourit légèrement.

Rictus ou sourire timide?

Nous buvons, nous parlons de tout et de rien, nous nous entendons comme deux larrons en foire et forcément nous nous tutoyons.

A un moment donné, Ella me demande avec une pointe de violence, dû sans doute à la boisson des dieux:

- Ça t’intéresse que j’éclaire ta lanterne ou tu souhaites végéter le restant de ton existence?

- Si cela a de l’importance pour toi, je veux bien t’écouter attentivement, je lui réponds.

- C’est important pour tous les deux.

- Je suis tout ouï.

- Marions-nous!

- Se marier?

- Épouse-moi, si tu préfères.

- Mais... mais...

- Je sais qui tu es. Les gens d’ici adorent les commérages, ce sont de parfaites pipelettes...

- Mais nous ne nous aimons pas.

- L’amour n’en est pas la raison.

- Quoi alors?

- C’est une simple question arrangement.

- Quel arrangement?

- Tu me rends service, je te rends service.

- Sois plus explicite!

- Mes parents rêvent de me voir mariée et mon père m’a promis de me céder la moitié de sa fortune le jour de mon mariage...

- D’où les qualificatifs que le flic t’a attribués...

- Qu’il aille au diable celui-là! Je le déteste ce pistonné des hautes sphères. Il ne pense qu’à mon argent.

- En es-tu certaine?

- Ça se voit, ça se sent... Et puis, je n’aime pas les hommes. Pour l’instant. Ni les femmes, d’ailleurs... Je veux surtout que ce con et mes vieux me foutent la paix une fois pour toutes... Tu ne peux pas t’imaginer à quel point ils me rendent malade.

- En somme, tu me proposes un mariage blanc.

- Dans ton intérêt aussi... Permis de séjour assuré, droit au travail, au chômage, aux assurances tous azimuts et la possibilité de te refaire des racines.

- J’accepte juste pour ce mot.

- Quel mot?

- Racine.

Et nous éclatons de rire.

Un mois tard, loin de la foule déchaînée, Ella me chuchote à l’oreille:

- Maintenant que tu m’as épousée illégalement, fais de moi ta maîtresse légale.

L’amour dans son indisciplinée sagesse peut éclore telle une rose sur un tas de fumier, me dis-je.


                                                                                                Nokolskoe (Altaï), le 20 juin 2018.

03:53 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |