Mariage blanc (9, à suivre) (18/05/2018)

Mariage blanc, Hank Vogel.jpgElle va, elle revient. Un verre de cognac à la main et un gros cigare au bec.

Elle s’approche de moi en ondulant ses hanches.

Quel spectacle! On se croirait dans un film trop américain. Ou dans une pub anti puritaine. Un curé verrait le diable incarné.

Tous les regards sont dirigés vers elle. Vers moi inévitablement.

Qui est-il? se demandent la plupart des clients.

Pourtant, il ne ressemble à personne, pensent les plus éclairés. Vraiment à personne. Il ne casse rien. Aucune femme ne se suiciderait pour lui. Même pas une infirme.

Elle pose le verre sur la table, lèche sensuellement le cigare, l’allume, tire une bonne bouffée, me souffle brièvement de la fumée sur le visage, puis m’introduit gentiment le havane humecté par sa salive dans la bouche. Fin de l’exhibition.

La salle toute entière applaudit.

Pris pour cible, je crache aussitôt le cohiba cubain, vu sa bague, me lève et crie:...

05:29 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |