Mes voisines concubines (40, à suivre) (26/04/2018)

Mes voisines concubines, Hank Vogel.jpgLes révolutions vont et viennent. Les victimes deviennent des bourreaux et les bourreaux des victimes. Seules les créatures malignes échappent à tout remue-ménage.

On modifie parfois et superficiellement les règles telle que la transformation de la première classe en business class. Quelle supercherie intellectuelle! Mais les privilèges restent toujours aux riches et les désavantages aux pauvres.

La démocratie n’est finalement qu’un jeu de société où les gagnants sont souvent désignés à l’avance.

Cinq années s’écoulent paisiblement.

Mai 68 n’est plus qu’une légende malgré une cicatrice gravée à jamais sur ma tempe droite à cause d’un inattendu et sordide coup de matraque.

Je m’installe sur la terrasse d’un café et qui vois-je?...

23:32 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (12) |  Imprimer |  Facebook | | | |