Mes voisines concubines (17, à suivre) (09/03/2018)

Mes voisines concubines, Hank Vogel.jpgHeureusement pour moi, je n’ai nullement besoin de marie-jeanne ou l’une de ses sœurs pour voyager dans les sphères de l’imaginaire, deux ou trois pages vierges d’un cahier d’écolier et une cartouche d’encre me suffisent largement pour me shooter.

L’imagination est une arme qui combat toutes les influences. Elle est juge et bourreau à la fois.

- Tu fumes? m’interroge sèchement l’aînée de ces deux taxones, tel un médecin militaire anti-tabac.

- Très peu, je réponds un peu refroidi. La pipe de temps à autre, après une satisfaisante inspiration.

- Tu écris alors?

- Tous les jours.

- Tu es journaliste? Tu travailles pour un journal? Lequel? Tu fais donc partie de cette bande de rigolos qui préfèrent la fesse à la confesse...

- Spot! Repos! Cesse de me mitrailler avec de fausses accusations! Je ne suis qu’un indépendant stylophile.

- Un quoi?

- Quelqu’un qui s’exprime librement avec son stylo... Le journalisme, surtout d’investigation, est probablement l’activité la plus salvatrice au monde pour notre société. Car, sans elle, nous serions tous sous la botte d’une confrérie de dictateurs. Divulguer une information, avec précision et rationalité, toute crue, sans la moindre amputation ni critique, c’est préserver le public de toute fausse interprétation et lui permettre ainsi de prendre sainement conscience de la réalité des faits. Mal...

- Mal?

- Malheureusement, vu mon profil, je ne mérite pas pareille mission. Je plane quand il faut nager et je nage quand il faut planer.

- En somme, tu es un éternel naufragé qui hésite entre deux rives?

- Quelles rives?...

14:55 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |