Brouillard (14, à suivre) (25/05/2017)

JHank Vogel, Brouillard.jpge devine... je perçois... je distingue... je reconnais... je saisis:

- Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés et ne nous soumets pas à la tentation mais délivre-nous du mal. Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, amen!

Puis, bizarrement, des phonèmes, des lexèmes isolés se succédèrent sans auteur apparent:

- Gloire... puissance... règne... mal... tentation... offense... pardon... pain... ciel... terre... père...

Comme si la prière prononcée par la merveilleuse rouquine avait fait marche arrière sans elle.

Je murmurai alors de toutes mes forces:

- Les textes, les phrases sont en train de s’effacer.

- Courage! m’ordonna la vestale, d’un ton sévère mais terriblement innocent... Ayez espérance en Dieu! Quelle que soit votre religion.

- Je suis libre penseur, lui dis-je. Mais si j’étais forcé d’en choisir une, je choisirais le bouddhisme. C’est celle qui a fait le moins de dégâts jusqu’à maintenant...

- Stop! Pause! crie Simon, à ce moment Simon... Tu vas réveiller toute la faune avec tes histoires à la gomme.

La désobéissance serait un luxe dans de pareilles circonstances.

Et trois secondes plus tard: ça pète de partout.

On se croirait dans les Ardennes à l’époque quand le fumant Patton s’entraînait au tire-pipe.

Puis silence.

- Cette fois-ci, c’était bien réel, non? Tu as bien entendu ce que j’ai entendu? je demande à Simon...

17:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |