Brouillard (5, à suivre) (16/05/2017)

Hank Vogel, Brouillard.jpgAprès une incalculable heure de marche, difficile de la définir autrement faute de montre sur moi et d’horloge dans les parages, tantôt Simon devant et forcément moi derrière, tantôt l’inverse, nous nous arrêtons brusquement. Quasi simultanément. Quasi aussi comme deux robots reliés à la même télécommande.

Je demande alors à mon compagnon d' infortune, non sans une pointe d’hésitation:

- Crois-tu que Dieu s’amuse avec nous.

- De quel dieu s’agit-il? me répond-il, tout énervé. Tout a été exploré et rien n’a été trouvé. N’es-tu pas fatigué de te poser continuellement des questions sans queue ni tête?... Sens la vie! Comme tu humes une bonne pomme, une belle rose ou une grosse merde. De vache, de préférence. Laisse venir les choses! Cesse de creuser le fond de ta caverne! La lumière n’apparaîtra jamais au bout du tunnel. Car la galerie est interminable.

- En somme, tu me conseilles de me comporter comme un parfait petit branleur de drapeau.

- Mais tu ne penses qu’à ça!

-  A ça? C’est quoi ce ça?

- La branlette, pardi! Tête de nœud!...

- J’ai dit branleur de drapeau et non pas branleur tout court. Il y a tout de même une sacrée différence entre une quéquette et le passage, entre autres, de la papamobile, par analogie. Non? Et puis, qu’est-ce que tu as contre la masturbation? Serais-tu toi aussi un adepte, soi-disant inconditionnel, du refoulement tous azimuts?

- Pourquoi toi aussi?

- Parce que, dans ma vie, j’ai eu affaire à un tas de prétentieux bonhommes qui, aux yeux de tout le monde, semblaient prôner l’égalité, la fraternité, la liberté, l’amour du prochain et tout le tralala... mais en réalité, dans leur privée, se comportaient comme de vrais salauds. De patentés goujats... sadiques... autocrates... potentats... tyrans... despotes... esclavagistes... führer...

- Ça va, ça va! J’ai compris... Donc, selon toi, je serais un parfait hypocrite. Es is nicht war?

- Pour l’amour du ciel, ne me rappelle pas ma triste adolescence!

- Laquelle?

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |