Brouillard (3, à suivre) (13/05/2017)

Hank Vogel, Brouillard.jpgSimon se masse de nouveau la nuque puis il me dit:

- D’après la végétation et l’odeur de l’air, nous devons être quelque part entre Ossinniki et Stalinsk. Tu vois où c’est?

- Pas du tout, je lui réponds en me palpant le cou.

- Toi aussi tu as été forcé de poser pour les barbouilleurs des beaux arts? me demande-t-il avec inquiétude.

- Pas du tout. C’est par pur réflexe de compassion.

- Réflexe de compassion?

- D’apitoiement, d’attendrissement, de commisération ou de partage, si tu préfères.

- Je ne comprends toujours pas.

- C’est pourtant très simple. Exemples: tu clignes de l’œil, je me frotte les yeux; tu te mouches, je me gratte le nez; tu chantes, je siffle; tu pleurniches, je couine...

- Et ça va jusqu’où cette plaisanterie?...

- Tu hurles de douleur, je crie aux secours! Te faut-il plus d’exemples de réactions compassionnelles?

- Non merci, ça va comme ça. Trop de modèles finissent par détruire le modèle lui-même.

- Si l’on veut!

- Entre nous soit dit, avec l’habit que tu portes, te serais-tu échappé d’un asile psychiatrique par hasard?

- Désolé de devoir te contredire doublement, camarade Pétrus perdu au royaume des cumulus! Premièrement, le hasard est le pire ennemi de toute décision, surtout d’évasion. Deuxième: une robe de moine n’est nullement une camisole de force. Bien que... bien que...

- Continue! Ça m’intéresse.

- Plus tard! Je n’ai pas la tête à ça maintenant. Préoccupons-nous plutôt de notre situation géographique... Stalinsk, c’est en hommage à ce grand salopard de Joseph?

- Chut! Les arbres nous observent.

- Toi aussi, tu crois à ses conneries?

- Pas toi?

- Si. Mais je doute constamment.

- Bienvenu au club des paumés!...

10:17 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |