Brouillard (1, à suivre) (11/05/2017)

Hank Vogel, Brouillard.jpgSubitement, je me retrouve en plein milieu d’un bois, vêtu d’une robe de moine bouddhiste de couleur bordeaux et chaussé de sandalettes comme quand j’avais deux ou trois ans.

Qu’est-ce que je fous là dans un pareil accoutrement? me dis-je... Bizarre! Je n’ai ni chaud, ni froid, ni peur, ni faim, ni soif, ni envie de pisser, ni quoi que ce soit d’autre. Je pourrais même crier haut et fort que je me sens bien et con à la fois.

Mais voilà, j’ai l’impression que les arbres m’observent. Dieu sait ce qu’ils doivent penser de moi. Encore un guignol qui croit aux vertus et à la magie de la forêt! Certainement.

- Cesse de trop imaginer et avance! me chuchote une voix à l’oreille.

Que faire d’autre que d’obéir comme un soldat, un chien ou un mouton face à l’incroyable et à l’incertain.

Je marche, je marche en évitant d’écraser toute plante à peine naissante par respect de la nature.

Ma conscience me semble encore raisonnable. Quasi identique à celle d’un collégien studieux sortant tout droit d’un cours de botanique.

Paradoxalement, je me souviens de l’herbier de mon père et de ses collections de timbres et de papillons.

- Quel massacre inutile au nom de l’éducation! je murmure en grimaçant haineusement.

A cet instant même, je sens le poids d’une lourde main sur mon épaule gauche. Je me retourne donc aussitôt.

Et que vois-je à ma plus grande stupéfaction:...

07:28 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |