Les pommes et l'arbalète (28, à suivre) (27/12/2015)

Hank Vogel, les pommes et l'arbalète .jpgLe lendemain matin, dans mon laboratoire d’analyses phytologiques et bactériologiques des eaux, des terres et des airs, où aucun élément perturbateur n’échappe à mon contrôle grâce mon performant microscope, que j’ai acheté avec mes propres économies lors d’un voyage d’étude aux États-Unis et baptisé «l'œil irrémissible de Dieu», je découvre à ma plus grande stupéfaction une minuscule larve proche de celle du Carpocapse. Cydia pomonella, pour les scientifiques. Aussitôt, j’informe mon patron et lui dis avec un profond sérieux:

- Je crois que ça va papillonner sec dans les plantations.

Terrifié, tel Thoutmôsis III, le plus probable des pharaons de l’Exode, face aux sauterelles, Vogelstein me demande:

- Toutes, toutes et toutes?

- C’est-à-dire?

- Les miennes, celles de ma femme et les quelques-unes de mon futur gendre... Alors?

- Alors quoi?

- C’est grave docteur?

- Plus que grave, surtout que vous avez fait confiance à vos amis chimistes.

- Les salauds!

Je me gratouille le ciboulot.

08:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |