Les pommes et l'arbalète (18, à suivre) (13/12/2015)

Les pommes et l'arbalète de Hank Vogel.jpgJ’approuve en hochant la tête mais je précise:

- À condition que ce dernier ait le sens du partage... Le ploutocrate ne me dérange pas spécialement car je sais par expérience qu’il est plus facile de s'habituer au luxe qu’à la misère mais... mais...

- Mais?

Que de mais interrogatifs dans la vie d’un homme! Que de parce que douteux! Que de termes qui nous empoisonnent l’existence! Que de vocales qui nous propulsent hors de nous-mêmes! Se taire et laisser braire nous ouvrirait peut-être les portes du sublime. Mais nous sommes condamnés à répondre. Lourdement condamnés à la réponse. Prisonniers de notre éducation maladive et ancestrale.

- Mais? bêle curieusement cette fois-ci Vogelstein.

Et illoco presto, je pointe l’arbalète en direction de la bibliothèque et je chante:

- Pomme verte! Pomme jaune! Pomme rouge! Quelle que soit ta couleur, ma flèche te coupera en deux! Moitié pour maman, moitié pour papa et les pépins pour moi! Et une fois dispensé de mon arc libérateur, je planterai tes graines dans des terres lointaines pour les enfants de demain.

Un merde alors s’échappe de la bouche de Roby.

- Où as-tu appris à chanter? me demande-t-il.

- Au catéchisme.

- Tu te fous de moi?

- Alors à l’école buissonnière.

- Ce qui prouve que vous étiez destiné à l'agronomie, me dit mon patron... Magnifique chanson! C’était exactement ce que j’attendais de vous. Désormais, vous appartenez au cercle des initiés et vous pouvez m'appeler Alf.

- Mais... Zut! Encore un...

- Plaît-il?

- Non, rien, je voulais dire: oui avec plaisir.

- Et moi? miaule Roby. Je n’ai pas droit aux mêmes prestations?...

- À chacun son heure, répond Alfred... Suivez-moi les garçons, il est temps maintenant de passer à l’apéro.

Bizarre! Le mot garçon me rappelle la belle rousse du bar...

14:16 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |