Les pommes et l'arbalète (2, à suivre) (25/11/2015)

Hank Vogel, les pommes et l'arbalète .jpgFaute d’intégration, les Amerloques les Rosbifs finiront par se fossiliser avant les autres. Ce qui donnera raison, pour une fois ou une fois de plus, à la parole biblique: les derniers seront les premiers. Les pauvres! Les pauvres? Faut pas exagérer! Ce sont eux qui bouffent la part la plus cerisée du gâteau national. Bien qu’il n’ont que rarement profité de la charité sociale. Soit par orgueil. Soit par ignorance linguistique. D’après les statistiques fédérales dont le commun des mortels s’en fout comme de l’an quatorze. Non, pardon, quarante. Pourtant le premier chiffre énoncé serait plus crédible, plus évocateur actuellement que le suivant. Il nous rappelle la Grande Guerre, tandis que le second, rien du tout ou la fameuse quarantaine que plus aucun gouvernement n’utilise au profit des sanctions économiques... L’anglais suffit largement à satisfaire leurs fantasmes langagiers et de la langue, l’organe bien entendu, c’est pourquoi ces êtres adorables se rencontrent toujours entre eux dans des cercles fermés où dans des pubs où coulent à flots la bière et le whisky de chez eux. Eux, eux, rien qu’eux et personne d’autre!

Pour défier ces ennemis de la patrie, malgré eux, je décide de me rendre au Patrick Brothers and Sons, un bar bien connu de la ville, en compagnie de mon meilleur ami d’enfance, Robert Gutenberg dit Roby le Troubadour. Un ancien fromager qui a abandonné les petits suisses pour se consacrer davantage aux grands de ce monde...

06:39 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |