Un fabricant d'histoires (5, à suivre) (04/06/2015)

 Changement de café. Là les tables sont plus discrètes. Mais les êtres plus bizarres. Qu’est-ce qui me fait dire ça? Leurs regards probablement. Ou leurs démarches. Ou leurs habits. Trop colorés. Trop chargés d’artifices. Artifices? Encore une question de ma concierge. Toujours elle! Qu’est-ce qu’elle vient foutre dans ma tête? En ce début de mois. De décembre. Décembre, décembre, ramassis de joies enfantines et de tristesses morbides. La famille se retrouve comme elle peut. Unie ou toute déchiquetée. Que vais-je inventer aujourd’hui? Une histoire qui tient debout? Qui dit debout dit  déjà vue. Malheureusement. À moins que... Je rentre chez moi. Minuit. Je me déshabille. Je me glisse dans mon lit. Je contemple le plafond. Blanc. Parfait. Ou plutôt pur. Ou mieux encore immaculé. La vie est un somnifère. Pourquoi cette phrase me vient-elle à l’esprit? Question de  sommeil? Je n’en sais rien. Je suis mal dans ma peau. Mal dans mon esprit. Je ferme les yeux et je m’endors.

 Où suis-je? Forcément dans le monde du rêve. La question en est la preuve. Car je sais que je me suis endormi et je doute que je vais me réveiller. Est-ce bien pensé?...

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |