lapine des philippines

  • La lapine des Philippines

    Imprimer

    Pour l'année du lapin, j'offre à Monsieur Blocher et à tous ses copains le poème suivant:

    La lapine des Philippines
    Dans le Nord-Américain
    Un petit lapin
    Très coquin
    Attendait sous un sapin
    Sa petit copine
    Une lapine
    Des Philippines
    Quand subitement un malandrin
    Déguisé en pélerin
    Friant de lapin
    S'arrêta à quelques mains
    Du sapin
    Où le petit lapin
    Très coquin
    Attendait sa petite copine
    Des Philippines
    Le vilain
    Au visage zinzolin
    Posa sa bouteille de vin
    Et son vieux morceau de pain
    Puis son derrière de faux républicain
    Puis après avoir bu tout son vin
    Et mangé un petit morceau de pain
    Il se coucha la tête sur un bouquin
    A quelques mains
    Du petit lapin
    Qui attendait sa petit copine
    Des Philippines
    Quant le petit lapin
    Vit l'immense morceau de pain
    Il perdit son latin
    Mais aussitôt son instinct
    Lui dit de ne pas quitter son souterrain
    Et il fut contraint
    A ne pas bouger de son coin
    Jusqu'au petit matin
    Jusqu'à ce que le malandrin
    Voyageur libertin
    Opérant sur n'importe quel terrain
    S'en alla prendre le premier train
    Ouf ! cria le petit lapin
    Une fois que le monstrueux assassin
    Disparut dans le lointain
    Mais qu'il advint
    De la lapine
    Des Philippines?
    Pauvre petit lapin
    Il eut énormément de chagrin
    Lorsqu'il apprit que sa petite copine
    Des Philippines
    Avait croisé sur son chemin
    L'ignoble malandrin
    Moralité mes chers bambins
    Lorsque quelqu'un vient d'un autre pays, même voisin
    Pour ne pas mourir de faim
    Pour améliorer son gain
    Retrouver un cousin-germain
    Ou comme la lapine
    Des Philippines
    Son petit copain
    Sachez qu'il passe de rudes examens
    Face aux aigrefins
    Aux châtelains
    Et au dédain
    Des aériens
    Et des historiens
    Qu'il croise sur son chemin
    Et que l'on a tort de croire à ces politiciens
    Qui aboient comme des chiens
    Et qui disent que ces galériens
    Viennent nous voler notre pain quotidien
    Enfin mes chers copains
    Juifs, musulmans ou chrétiens
    Sachez aussi que le petit lapin
    Qui attendait sa petit copine
    Une lapine
    Des Philippines
    Sut se protéger du malandrin
    En restant dans son coin
    Sur son propre terrain
    Qu'il connaissait si bien
    Mais mourut de chagrin