Soyons Net - Page 3

  • Pondichéry un jour d'automne (17, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpg- Mais où est-il? s’inquiète la belle Indienne, pâle comme un linge jauni.

    - Il a dû partir d’urgence, lui explique le fauve métamorphosé.

    - Où ça?

    - L’enregistreur est tombé en panne. A son atelier.

    Je tire une grimace pas possible.

    - C’est-à-dire? elle s’adresse à moi.

    Je ne réponds pas.

    - J’ai une surprise pour vous, m’avoue-t-elle en souriant.

    - Encore une? je lui dis.

    - Comment ça?

    - Le coup de la presse, ce n’en était pas une?

    - Je croyais vous faire plaisir.

    - C’est un jeux très exaltant pour la libido mais nullement rassurant pour le cœur. Heureusement qu’ici je suis un parfait inconnu.

    - On fait quoi alors?

    - On se met à quatre pattes et on fait semblant de prier.

    Elle éclate de rire. Puis en sanglots. Puis de rire à nouveau.

    Et, il y va de soi que face à un tel spectacle, Singam et moi, nous ne pouvons pas échapper à la contagion...

    Lien permanent 8 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (16, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgEt me voici, pour la première fois de ma vie, un cas intéressant pour les médias sonores. Grâce à mon fric, forcément!

    Le nagra tourne. La bande magnétique n’a encore agonisé par ici, me semble-t-il.

    Le journaliste me pose la même question:

    - Pourquoi ici et pas ailleurs, Monsieur El?

    Je me frotte les mains et je lui propose:

    - Avant de répondre à cette question, puis-je formuler un désir profond?

    Un oui à l’indienne, soit un balancement de sa tête de droite à gauche, et je me lance:

    - La plupart des gens ont tendance à n’écouter que d’une oreille et de ne lire que d’un œil. C’est pourquoi, je vous prie, chers auditeurs et chères auditrices, de m’écouter attentivement. Car ce que j’ai à vous dire ne plaira pas à tous et à toutes. Je le sais. J’en suis conscient. Mais je n’en suis pas désolé pour autant. Car j’ai choisi mon camp et je campe sur mes positions. Si j’ai accepté de soutenir le projet d’un orphelinat à Pondichéry, c’est comme si j’avais décidé de participer au nettoyage de la chambre la plus crasseuse et désordonnée d’une grande et belle maison qui s’appelle la société, la terre ou le monde. Ma bonne brosse toujours la cuvette des chiottes avant de lustrer les robinets du lavabo...

    - Spot! crie l’ingénieur du son... La bande a dérayé. Elle est toute froissée. Il faut que j’aille à mon atelier.

    Et, ni une ni deux, il disparaît de notre vue.

    Le Tamoul plus noir qu’un Africain me regarde pantois.

    - C’était un moyen très subtile pour censurer, je lui dis. Votre collègue a préféré saboter le génie de Stefan Kudelski avant je salisse davantage l’image de votre pays. Non? Je le comprends mais ce n’est pas du tout professionnel...

    - C’est qui ce Stefan? s’étonne-t-il.

    - L’inventeur de l’enregistreur Nagra, une merveille technologique...

    - Bien sûr, bien sûr! J’ignorais son prénom.

    - Comme tous ces journalistes qui planent au-dessus des sujets.

    Une minute de silence. On se croirait à un enterrement.

    Arrive Krishna, toute essoufflée.

    - Bonjour, désolée du retard, s’excuse-t-elle... Où est Ram, Singam?

    Si ma mémoire est encore bonne, singam signifie lion en tamoul, me dis-je. Donc je ne me suis pas trompé.

    - Singam et Ram, les deux rescapés d’un naufrage, j’ironise. L’un chante et l’autre rame...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pondichéry un jour d'automne (15, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgD’habitude, quand on frappe ou que l’on sonne à ma porte, je m’attends toujours à une surprise. Forcément bonne ou mauvaise.

    Au mieux: l’apparition d’un ange.

    Au pire: la visite d’un banquier, depuis que je suis riche.

    Avant, dans la pauvreté, c’était le pointage d’un couple de gendarmes suite aux réclamations systématiques d’un voisin jaloux soi-disant allergique aux gémissements de mes copines.

    Mais aujourd’hui, dans l’état bizarre dans lequel je me trouve, je n’espère découvrir que la face cachée de moi-même.

    J’ouvre, politesse oblige!

    - Pourquoi ici et pas ailleurs, cher Monsieur El? me demande à ma plus grande stupéfaction un Tamoul plus noir qu’un Africain, un micro à la main.

    - A cause d’une petite rousse perdue au milieu de nulle part, je lui réponds.

    - Je ne vous suis pas.

    - Moi non plus.

    - Je suis journaliste, je travaille pour une radio locale...

    - Votre sennheiser sans fil, c’est pour bluffer uniquement?

    - Vous vous y connaissez?

    - Un peu.

    - Non... je ne l’ai pas encore enclenché.

    - C’est ce que je pensais.

    - M... nous venons de la part de Krishna...

    - J’étais preneur de son dans ma triste jeunesse, occasionnellement. Où est votre chef op?

    - Il nous attend à l’abri du vent et des curieux.

    - Allons donc le rejoindre!...

    Lien permanent 6 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (14, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgJe me gratte la tête et je poursuis la lecture:

    Parfum d’Asie

    Un visage d’enfant
    Elle pince mon sexe
    Des larmes coulent de mes yeux

    Méo, me dit-elle
    Ou presque
    Et je caresse son squelette

    Chemisettes blanches, pantalons noirs
    Légères, légers comme le vent
    La nudité flotte comme un drapeau

    Le bol vide
    Elle m’offre
    Tous ses grains de beauté

    Vierges encore
    Elles dévorent des œufs
    Fécondés

    Sexe
    Après un repas piquant
    Il refuse de faire la sieste

    Je me couche
    Elle se glisse dans mes draps
    Comme un serpent

    Je me lève à peine
    Accroupie déjà
    Elle me verse du thé

    Les ruines d’un temple
    Peut-être
    Elle écarte ses jambes et pisse

    Rouge de colère
    Un bouddha me sourit
    Blanc

    Femme voilée
    Elle traverse le village
    Comme un ange de la mort

    Cimetière abandonné
    Un mort entre en voiture
    Un ange sort en courant

    Femme pudique
    Dans une église désaffectée
    Elle me montre ses cuisses
    toutes bleues

    Bouddha, en peluche
    Shiva, en pluche
    Un touriste se perd dans le dictionnaire

    Brahma, Vishnou, Shiva
    Créer, conserver, détruire
    Ils traversent l’Himalaya, pieds nus

    Moralité
    Il cherche une page blanche
    Dans un livre noir de préjugés

    On frappe à la porte, j’éteins aussitôt mon ordinateur, tel un collégien qui se sent coupable de regarder en cachette des images pornographiques, et je crie:

    - J’arrive, une minute, il faut que je m’habille!

    La culpabilité engendre inévitablement le mensonge, je réalise. Quand deviendrons-nous des hommes?...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pondichéry un jour d'automne (13, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgDe retour dans ma chambre d’hôtel, je plonge sur le lit, comme j’ai souvent l’habitude de faire, et je m’endors tout habillé presque aussitôt.

    Quatorze heures plus tard, peut-être plus, je me réveille la gueule enfarinée.

    Je me lève comme un zombie, me dirige vers la salle de bain en zigzaguant, pisse de justesse dans le lavabo, tire machinalement la chasse d’eau et j’allume la lumière pour m’assurer que je n’ai causé aucun dégât en m’écartant des principes d’hygiène si ancrés dans ma cervelle.

    - El Pirata! je m’exclame en m’apercevant dans le miroir. Tu ne changeras jamais. Avec ou sans fric, tu resteras toujours le même voyou... Heureusement, tout semble parfait, tu n’as rien cassé mais tu as certainement l’intention de piquer quelque chose, non?

    Je me secoue la tête.

    - Que m’arrive-t-il? je murmure. Ai-je insulté malgré moi une divinité ultra sensible dans ce grandiose panthéon à la noix? Trop de dieux: trop de chemins contradictoires.

    J’allume mon macbook, j’ouvre un fichier PDF intitulé La petit’esclave et autres touch’ et je lis:

    Une petite fille
    Assise sur une grosse pierre
    Attend une montagne

    Un serpent vert
    Traverse la route
    Rouge

    Qui sommes-nous ?
    Où allons-nous ?
    Les loups se déguisent en brebis

    J’ai soif
    J’ai faim
    Lave-toi les mains!

    Le chemin de l’école
    Passe par une rue
    A sens unique

    Lèvres pincées
    Jambes serrées
    Une maîtresse enfante à nouveau

    Vieux livres
    Trop sacrés
    Ils sentent l’urine

    Des mots, des mots
    Congelés
    Un iceberg vient de naître

    Mains liées
    On lui raconte des histoires
    D’esclaves

    Elle a mal
    Aux mains surtout
    On lui caresse ses petits seins

    Malade au lit
    On lui raconte des histoires
    De théâtre

    Elle fuit
    Un prince la poursuit
    Les prisons se vident

    La nuit des noces
    Elle remplace sa vieille chandelle
    Par une lanterne, magique

    Nue
    Elle traverse la route
    Infestée de serpents

    Un livre ouvert
    Les poings fermés
    Elle relit son enfance

    Elle regarde
    Au loin une montagne
    Blanche comme une mariée

    ...

    Lien permanent 4 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (12, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgPlace au présent!

    Finalement, nous nous rendons à pied au restaurant, Le Club, en flânant par le bord de mer, le golf du Bengale plus exactement.

    Elle commande une salade de laitue, concombres et tomates. Et moi: un steak et des frites. Et, bien entendu, une grande bouteille d’eau plate pour les deux.

    Tout juste après mon dernier coup de fourchette désenchanté, vu la dureté de mon morceau de viande, elle me quémande presque, fébrilement:

    - Puis-je enfin parler de mon projet ou faut-il que j’aille me plaindre auprès du chef...

    - J’aurais dû la frire moi-même cette tranche de bidoche, je lui réponds.

    - Mais...

    - Non, je sais! Tout est de ma faute, je n’ai pas précisé la cuisson. Bien que bleu, saignant, à point et bien cuit, c’est de l’art abstrait dans de nombreuses régions loin de Paris. Je vous écoute.

    Elle se frotte la nuque puis elle se lance timidement:

    - Voilà! Il s’agit d’un établissement particulier, une sorte d’orphelinat pas comme les autres géré par des éducatrices, des éducateurs, des psychologues et des médecins spécialistes de la petite...

    - Combien voulez-vous? je lui demande sèchement en lui coupant la parole.

    Elle s’approche de moi, m’embrasse sur la joue gauche et me dévoile secrètement un chiffre exorbitant à l’oreille droite.

    Je bondis en arrière.

    - Autant que ça? Des dollars à perte de vue! je m’exclame tout affolé.

    - Non, des roupies, corrige-t-elle.

    Un ouf sort de ma bouche. Suivi d’un ça va mitigé.

    - C’est-à-dire?

    - Je vous fais confiance. J’accepte de financer votre aventure charitable.

    Elle saute au plafond. Elle est aux anges.

    - Elle ne se sent plus pisser, la pauvre! hurlerait Carla... Toi, c’est tout le contraire, tu jubiles quand tu donnes. On dirait presque que tu jouis.

    C’est vrai, depuis mioche, comme ma mère, je préfère donner que recevoir, offrir que me servir, distribuer qu’amasser, capitaliser... C’est plus une question de mentalité congénitale que d’éducation, à mon avis.

    - Et le reste? dit Krishna.

    - Quel reste? je m’étonne.

    - Pardon, la suite... le fond, le pourquoi d’une telle initiative...

    - Pas aujourd’hui, si vous le voulez bien, OK?

    - D'accord.

    - Excusez-moi mais j’ai un coup de barre, le décalage horaire sans doute. On se revoit demain pour concrétiser l’affaire...

    Lien permanent 2 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (11, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgBrusquement, je me lève et lui propose:

    - Venez, allons déjeuner quelque part... dans un restaurant français de préférence. Bien que j’adore les idli, j’en ai mare des chapatis et du dal.

    Elle se lève à son tour en s’apprêtant à me dire quelque chose mais je la devance:

    - Non, ce n’est pas la toute première fois que je séjourne dans ce sacré pays... Je vous raconterai tout après avoir entendu et approuvé votre projet... Tuk-tuk ou pousse-pousse?

    *

    Les voyages forment la jeunesse, dit-on. C’est pourquoi j’ai vieilli trop vite, murmurait souvent mon grand-père en allant se coucher.

    Ce Gaulois, libéré et distingué, avait traversé la Suisse à pied et l’Afrique en hydravion. Toujours en costume et en cravate. Un vrai dandy! C’était un homme très instruit et d’une intelligence hors du commun. Avant de mourir, il chuchota à l’oreille de mon père:

    - Si je dois revenir sur terre, je préfère renaître idiot.

    Qu’avait-il compris? Qu’avait-il découvert? La clé de l’existence?...

    Lien permanent 10 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (10, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpg- Tel père, tel fils?

    Et tel un bovidé sacré, je rumine un bref instant puis je lui crache à la figure ma divine vérité:

    - Les copier-coller, ils n’existent réellement qu’en informatique, pour le moment. Bien que cette science ou technologie est en train de nous métamorphoser en de sympathiques et crétins petits robots... Et, dans plus ou moins le même ordre des choses, j’ajouterais que je suis persuadé que l’Espagnol ou, encore plus explicite, l’Italien qui s’est fait naturaliser suisse ou javanais garde toujours des spaghettis au fond de sa gorge.

    Elle clignote des yeux.

    Je précise:

    - Nous sommes tous des fruits uniques. Avec beaucoup ou presque pas de pépins à la naissance. Tout au long de notre vie, nos parents, l’école, la société, nos amis et nos ennemis nous manipulent, nous modèlent, nous déforment, nous dénaturent ou, au pire, essayent de nous transformer en trognons... Mais! Nous restons toujours le fruit originel. Mon père, c’est mon père. Moi, je suis moi... Et maintenant?

    - Maintenant quoi? s’inquiète Krishna.

    - Quel est le brut mercantile de notre rencontre? Qui vous a communiqué mon adresse? Certainement cet abruti d’Adolf, ce fameux fouille-merde tous azimuts que la police n’a su garder, n’est-ce pas?

    Elle joint les mains et elle me supplie presque:

    - Pour l’amour du ciel, soyez plus clément, plus respectueux envers lui. Il vous aime comme un frère, vous le saviez?

    - Je ne sais pas ce que c’est d’avoir vraiment un frère, je lui réponds, tout désenchanté. J’en ai un effectivement mais c’est le roi des cons. Notre patriarche n’a pas su créer une fraternité au sein de notre famille. Toujours ailleurs pour son soi-disant boulot si captivant, si épuisant. La gueule de travers déjà au réveil... Non, mon vieux à échoué là où sa vieille aurait pu faire des miracles. Comme dans nombreux foyers de l'empire capitaliste sans doute... Combien voulez-vous? C’est sûrement pour un bonne cause qui, comme toutes les autres, ne servira à rien, que vous êtes là, non? Regardez ce qui se passe autour de vous, de nous, les conflits éclatent de plus en plus et les organisations dites humanitaires poussent comme des champignons. Les idéalistes, les songe-creux, les politiciens jubilent en plaisantant, se gargarisent au champagne et pètent un bon coup de joie après chaque conférence. Pendant que les sans-abri, sans cesse en augmentation, crèvent de froid, de faim et osent à peine espérer...

    Elle me coupe brutalement:

    - D’accord, d’accord! Mille fois d’accord avec vous! Mais qui ne tente rien n’a rien... Seriez-vous déjà devenu un vieil avare en si peu de temps? C’est le pingre qui déclare à tout quémandeur que s’il distribuait toute sa fortune aux pauvres cela ne ferait que d’en augmenter le nombre...

    - Vous ai-je dit cela?

    - Non... mais...

    - Mais vous, vous avez imaginé ça?

    - Oui.

    - Pas moi! Jamais cette malheureuse scène, phrase ne m’a traversé l’esprit. Car je suis un très mauvais comptable... La pensée est parfois plus dangereuse que l’action. Elle se projette dans l’avenir sans la moindre retenue.

    Elle sourit. Un sourire un peu forcé, crispé.

    Alors, pour la rassurer et améliorer mon image de petit prétentieux fortuné à la con comme dirait Carla, je lui avoue:

    - Cet aphorisme n’est pas de moi mais de mon meilleur professeur de philosophie qui selon lui je devrais vous aider coûte que coûte.

    Ses yeux se mettent aussitôt à briller...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pondichéry un jour d'automne (9, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgSuite à ma demande, le réceptionniste de l’hôtel nous propose un petit salon rarement occupé.

    Nous nous asseyons timidement l’un en face de l’autre. Elle, sur un canapé bleu. Moi, dans un fauteuil au tissu identique. Quasi comme deux ministres prêts à signer un traité de paix.

    Étrange et inattendue sensation, me dis-je. Le rationnel et l’irrationnel sont comme deux frères qui ne cessent pas de chamailler sur ce continent.

    - Ça va, tout va bien? me demande Krishna. Vous êtes tout pâle, vous ne supportez pas la chaleur?

    - C’est tout le contraire, c’est simplement un coup de fatigue, je lui réponds. J’ai trop mal dormi dans l’avion. La prochaine fois, si j’ai le courage ou un gros grain de folie dans le ciboulot, je prendrai une compagnie qui possède des lits.

    - Ça existe?

    - Bien sûr que cela existe! Mais je suis trop habitué à voyager en classe touriste. Ma richesse ne m’a pas encore totalement aveuglé.

    - Aveuglé?

    - Fait perdre la boule.

    - Je vois...

    - Bref! Ne soyons trop vaches avec les ploutocrates, approchons-nous plutôt de nos petits moutons.

    - Je ne comprends pas...

    - Désolé d’avoir évoqué en vain le nom d’un de vos Seigneurs!

    - Je ne vous comprends toujours pas.

    - La vache n’est-elle pas sacrée chez vous, pour vous?

    - Pas forcément.

    - Comment ça?

    - Bien que j’adhère au végétarisme par hygiène, je ne suis ni une brahmane, ni une goundar, ni une vaishya, ni une shudra, ni une dalit. Autrement formulé, pour moi, les castes des prêtres, des guerriers, des marchands, des serviteurs et des intouchables, c’est de l’histoire ancienne... J’ai eu la chance d’avoir été éduquée par des parents libérés de toute croyance et de toute discrimination.

    - Des adeptes de Krishnamurti?

    - Non des lecteurs et des participants aux conférences de ce cher monsieur. Pardon, de feu cette bonne personne.

    - J’en suis ravi... Un peu comme mes parents en somme, lorsqu’ils étaient fauchés. Aujourd’hui, ils préfèrent être présents aux séances des actionnaires... Pièces qui roulent n’amassent pas mousse. Proverbe transformé de mon père quand quelqu’un lui réclame de l’aide. Financière bien entendu.

    - Tel père, tel fils?...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pondichéry un jour d'automne (8, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgL’Inde! L’Inde? L’unique pays au monde où les vaches peuvent se promener librement sur les routes la nuit sans courir le risque de se faire écraser ou maltraiter pour ensuite être dévorées. Mais là aussi pourtant où l’enseignement de Siddhartha Gautama, dit le Bouddha, a échoué, n’a pas pu prendre racine face aux dieux de la trinité hindoue. Trop simple voire simpliste sans doute aux yeux de ses habitants, très habitués à la logique envoûtante de Brahma le créateur, de Vishnou le conservateur et de Shiva le destructeur. Et du charme incontestable de Ganesh, de Kali et de Rama, pour ne citer qu’elles parmi tant d’autres divinités. L’homme de la rue adore se compliquer la vie. Contrairement au sage, plus il y a de règles, plus il se sent en sécurité.

    Comme promis, j’attends à la réception de l’hôtel. En faisant les cents pas.

    Une jeune et belle indienne, habillée à l’occidentale, jeans bleu ciel, tee-shirt rose et baskets blanches, m’accoste en m’expliquant presque, les mains jointes religieusement et tout sourire:

    - Ici, il n’y a que des tigres en liberté, pas la peine d’imiter un lion en cage, personne ne prendra soin de vous.

    - C’est... vous... Krish... na? je bafouille.

    - Vous m’avez reconnue sans mon sari?

    - Les yeux sont les miroirs de l’âme et une belle âme ne passe jamais inaperçue... On s’installe quelque part?

    - Je vous suis...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pondichéry un jour d'automne (7, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgIl existe plusieurs types de riches. Mais pour simplifier les choses, je me contenterais de dire qu’il n’y en a que trois. Le généreux, l’égoïste et le nul. Le premier profite de sa richesse et la fait profiter aux autres. Le deuxième profite de sa richesse mais s’interdit de la faire profiter aux autres. Et le troisième ne pense qu’à s’enrichir davantage et tremble avant se sortir le moindre sous.

    Quant à moi, sans fausse modestie, j’aurais plutôt tendance à figurer parmi les moins admiratifs du taureau de Wall Street, contrairement à mes parents et à ma sœurette.

    Ceci dit, ceci gravé au fond de mon âme!

    Ainsi, je décide de partir pour Pondichéry. Là où la misère risque de devenir une sacrée bombe à retardement.

    Et j’expédie à Krishna:

    J’arrive dans trois jours. Rendez-vous à la réception de l’hôtel Le Dupleix, 5 rue de la Caserne, vers 11 heures. Bien à vous.

    Quand le fric est là, la frontière entre le rêve et la réalité ne mérite qu’un ridicule petit saut, même de travers, me dis-je...

    Lien permanent 2 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (6, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgÉtrangement, un matin, je reçois une lettre de Pondichéry.

    J’ai l’impression que les dieux du panthéon hindou communiquent plus rapidement entre eux que les cellules de mon cerveau entre elles, me dis-je.

    Je l’ouvre et je découvre le portrait d’une jeune et belle personne habillée d’un sari doré.

    Est-ce une femme ou un homme déguisé, une vraie ou une photo truquée? je me demande.

    Je lis sur le dos de cette photographie, douteuse à mes yeux:

    Je m’appelle Krishna Hirapati. Je parle le hindi, l’ourdou, le tamoul, l’anglais et le français. Mes parents furent de grands lecteurs et admirateurs de Jiddu Krishnamurti, dont votre père a certainement dû connaître. Donc imaginez la suite. J’ai une question à vous poser. Elle est toute simple. Croyez-vous sincèrement qu’une fortune qui dort est capable de réaliser de gigantesques rêves? Si oui, bonne chance! Si non, ayez au moins le courage de me contacter. Cordialement, Krishna.

    krishna-hirapati@gmail.com.

    Vers la fin de l'après-midi, je lui envoie le message suivant:

    Si vous êtes fou, allez vous faire frire un œuf. Si vous êtes folle, je suis prêt à vous rencontrer.

    Malgré les neuf heures et demie de décalage horaire, Krishna me répond aussitôt:

    Désolée d’avoir omis de préciser mon sexe. En effet, mon prénom est androgyne. Je vous attends donc prochainement.

    Mais qui donc a osé parler de moi à cette belle inconnue? trotte dans ma tête. Carla? Impossible, trop possessive. Adolf? Avec lui tous les possibles sont permis.

    Mais voilà, comme tout imbécile heureux, tu préfères languir dans l’ignorance que de jouir quelques secondes dans la connaissance, me dirait ma petite sœur. Il y a du masochisme intellectuel en toi...

    Lien permanent 4 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (5, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgJe visionne le mini-reportage. Il me paraît simpliste. Ou trop proche de la réalité, une réalité bien superficielle. Question de choix?

    Dans ce genre d’exercice, les choses cachées sont généralement commentées. En bien ou mal. Selon les avis du réalisateur et du producteur. Ce qui pousse souvent le bon cinéphile à douter de leur conjointe vérité, de l’objectivité de l’œuvre.

    La plupart des cinéastes n’hésitent pas à tricher avec la vie. La vraie vie! Dans leurs films, il n’y a jamais, ou presque jamais, le moindre désir de trahison entre deux actions héroïques. Tout doit... tout va trop vite pour envoûter le spectateur et sauver ainsi la morale établie. Le bon n’est que bon et le mauvais n’est que mauvais. Pas de juste milieu.

    Les histoires de pédés et de lesbiennes, interdites hier, se multiplient comme des petits pains aujourd’hui. Leurs auteurs, frileux face à la plus banale des censures, suivent comme des moutons les mouvements de l’actualité. Tout ce qui dans le vent est bon pour leurs poches.

    Selon le FBI, aux États-Unis, dans 40% des cas, les auteurs des meurtres ne sont pas arrêtés. Donc quasi un agent sur deux est nul ou incompétent. Et pourtant, on nous montre de plus en plus des flics doués voir surdoués au cinéma et à la télévision.

    Il y a beaucoup de faux-culs dans les milieux artistiques où le nerf de la guerre a tendance à ramollir tous les autres nerfs. Et aussi beaucoup d’individus qui carburent à l’héroïne, à la cocaïne ou à d’autres stupéfiants à la mode.

    Riche je le suis, dupe pas encore ou plutôt jamais. L’héritage de mon grand-père doit servir pour une bonne cause. Laquelle? Je l’ignore pour l’instant...

    Lien permanent 7 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (4, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgDedans on pense trop. Dehors, pas assez, on cherche surtout à ne pas écraser les crottes de chien.

    Heureusement, sur cette île paradisiaque, les indigènes sont des êtres totalement décomplexés qui n’ont pas besoin d’un animal de compagnie pour s’exprimer. Donc on peut marcher dans la rue tout décontracté et rêver les yeux braqués au ciel.

    Mais il faut que je dise la vérité! Au bout d’un certain temps, on finit par s’emmerder à cent sous l’heure.

    C’est pourquoi tous les matins, après avoir posé mon cul dans l’eau au bord de la plage et admiré mes couilles flotter, je me presse de rentrer chez moi pour allumer mon ordinateur.

    Les actualité en premier, youtube en deuxième...

    - Mince, une vidéo du couillon qui a osé écrire un roman sur moi! me m’exclame.

    Désolé pour ma trivialité!

    - Il a dû se lever du pied cloué au mur, le pauvre diable, vous dirait Carla.

    Je visionne le mini-reportage:

    Lien permanent 8 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (3, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgOn gagne, on perd, on gagne, on perd! Tout s’effrite au fil temps. Rien ne dure éternellement, si ce n’est que la cruauté humaine.

    La guerre par-ci, la guerre par-là!

    De peur de heurter leur misérable foi, certains médiocres individus n’osent pas compter et encore moins imaginer le nombre d’orphelins qu’il y a dus aux bombardements mais ils n’hésitent nullement à calculer, dans la jubilation la plus extrême, les bénéfices dus à la vente des fusils, des bombes, des canons et des avions de combat.

    Au nom de Dieu, de la patrie ou du fric, les généraux et leurs complices se gargarisent avec le sang des innocents. Maudits soient-ils!

    Et, à ma plus grande stupéfaction, je découvre dans la presse que les plus grands marchands d’armes dans le monde sont: la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie.

    Que puis-je faire, moi simple péquenaud fortuné, face à ce gigantesque bourbier?

    Le diable n’attendra pas pour me répondre...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pondichéry un jour d'automne (2, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgJe me gratterais la tête puis lui expliquerais en des termes simples, nullement sophistiqués:

    - Celui qui n’a rien et ne veut rien est plus riche que celui qui a tout et qui veut davantage. Être riche, c’est comme être libre. Je ne dois rien à personne et je n’attends rien de quiconque. Le vieillard en bonne santé qui touche une retraite confortable, c’est-à-dire suffisante pour se loger dignement, se nourrir convenablement et se payer de temps à autres un petit voyage pour se changer les idées, est plus riche que le plus riche des milliardaires cloué au lit... dans la plus somptueuse des chambres de la plus magistrale des cliniques. Finalement, tous ces plus ne valent guère plus que des clous. Car tout est dans le ciboulot avant de sombrer dans les poches. Et là encore rien n’est vraiment joué, terminé, classé.

    Et, en s’essuyant le front, elle réagirait:

    - Méfie-toi du soleil d’ici, on pète parfois les plombs en l’admirant!

    Mais, me connaissant trop bien, je contre-attaquerais:

    - A force de balayer, on finit souvent par vouloir tout nettoyer voire tout balancer.

    Subitement, je passe du conditionnel au présent.

    Les absents ont toujours tort, me dis-je. Ils comprennent tout de travers. Comme les politiciens entêtés... Je ferais mieux d’aller plonger...

    Lien permanent 6 commentaires
  • Pondichéry un jour d'automne (1, à suivre)

    Imprimer

    Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgLa vengeance est un plat qui se mange froid.

    Personnellement, j’aurais tendance à penser:

    La vengeance est un bon vin que l’on laisse vieillir au fond de sa cave jusqu’au jour où son dernier ennemi casse sa pipe.

    Les blessures de l’âme ne s’effacent jamais. Pareilles aux nuages, elles vont et viennent au gré des évènements. Et encore: au gré du vent, de la pluie, du froid ou du chaud!

    Mon stylo n’est guère différent que le scalpel d’un chirurgien. Pas forcément apprenti.

    Il, je... nous charcutons pour extraire le pire qu’il y a dans l’homme.

    Je m’appelle El Rath de Saint-Pie. Ce qui ont lu El Pirata de mon confrère Hank Vogel me connaissent déjà, les autres me découvriront au fil du temps, au fil des pages. Certainement mieux. Car les préjugés ne perdent jamais une seconde pour brouiller les cartes.

    Je suis content d’être riche et en bonne santé.

    - C’est quoi être riche et en bonne santé pour toi, tête de noeud? me demanderait Carla, mon ex concierge quand je n’étais pas loin de vouloir sauter du balcon.

    - C’est être soi-même, je lui répondrais.

    - C’est tout?

    - Oui, c’est tout.

    - Explicite, Bon Dieu!... Tu me prends pour une conne ou quoi?...

    Lien permanent 6 commentaires
  • El Pirata (33, fin)

    Imprimer

    El Pirata, Hank Vogel.jpgSix mois plus tard. L’héritage de mon Grand-père m’a terriblement transformé. Je ne suis plus le même homme. Je souris tous les matins en me levant et j’éclate de rire tous les soirs en me couchant. Jamais la moindre goutte d’alcool fort ou de trace de drogue dure dans mon sang!

    Mes parents et ma soeur Julie se sont installés à New York. Mon frère Georges, son épouse Annita et leur fille Astrid, récemment née en Suisse lors d’un séjour touristique, à Stockholm. Et moi, sur une des îles des Caraïbes. Laquelle? Désolé, toute précision mettrait ma sécurité en danger!

    J’écris, j’ai décidé de devenir écrivain.

    Quand tu est plein aux as, presque tous les éditeurs te trouvent intéressant, imaginatif ou intelligent excepté les bons qui n’osent à peine te regarder en face, m’a-t-on prévenu.

    Alors, après de troublantes constations et de vives réflexions, j’ai opté pour l’auto-édition. Donc: aucun contrat, aucun diktat, aucune pression, aucune préméditation... mais la liberté littéraire dans toute sa splendeur!

    Je suis sur le balcon de ma petite villa. J’admire la mer. A l’horizon: un voilier. Je m’imagine en pirate. Qui suis-je ou vais-je? Un récit est en gestation...

    Soudainement, mon téléphone mobile se met à vibrer.

    Je le sors de ma poche tel un pistolet de flibustier... et je réponds sans trop tarder:

    - Rath de Sainte-Pie le dernier vous écoute. Vous désirez?

    - C’est moi?

    - Vous qui?

    - Mickael Macdonald, votre ancien patron.

    - Micmac!

    - Pardon?

    - Non, rien... Vous êtes dans le coin?

    - Non, dans mon labo.

    - Que voulez-vous?

    - Puis-je vous poser une question? Malgré que nous nous sommes...

    - Posez, posez! Le passé est dernier nous...

    - Avez-vous fait le fameux test ADN?

    - Pas encore. Pourquoi?

    - Parce que j’aurais un petite Sarah à vous présenter.

    - Je vois. C’est sans aucun doute une fille juive dont les parents souhaitent qu’elle épouse un jeune homme juif, n’est-ce pas?

    - Vous avez tout compris.

    - Désolé, je préfère vivre comme un moine pour l’instant...

    - Vous n’avez l’intention de changer de bord? Avec tous les beaux négros qu’il y a sur votre île...

    - Comment savez-vous que je suis sur une île?

    - Votre ami vous a localisé grâce à votre portable...

    - Quel ami?

    - Adolf Hiller.

    - Comment le connaissez-vous?

    - Il travaille maintenant pour moi.

    - Mais c’est un flic pur sang!

    - Un ancien flic. Les guignoles l’on foutu dehors. Il était trop doué pour eux.

    - Cela ne m’étonne pas.

    - Il aimerait vous appeler mais il n’ose pas. Il se sens un peu coupable.

    - Dites-lui de ma part que c’est un con et que je suis prêt à lui envoyer un billet d’avion en gage d’amitié. Ainsi qu’à Carla.

    - Carla? Quelle Carla?

    - Madame Carla Amélia de Carvalho, sa copine, mon ex concierge...

    - Merde alors! Il se tape ma maîtresse.

    Et il met fin à la communication.

    On n’a pas besoin d’inventer des histoires, ce sont elles qui nous inventent, me dis-je.

    Lien permanent 16 commentaires
  • El Pirata (32, à suivre)

    Imprimer

    El Pirata, Hank Vogel.jpgMa mère s’interpose:

    - La vérité ne peut venir que d’une personne totalement neutre. C’est-à-dire: objective et pleinement attentive... El et Denise n’ont jamais rompu. C’est elle qui a changé de partenaire...

    - Elle ou El? glisse mon père, tout paumé.

    - Tu vois comme tes idées soi-disant originales peuvent nous foutre dans la merde? lui fait remarquer sa fidèle épouse mal récompensée.

    Elle suit sa lancée:

    - El, mon fils, je précise pour les esprits trop vagabonds, parle parfois la nuit. En tout cas quand il vivait encore sous ce toit. Et j’ai entendu beaucoup de choses.

    - Qu’est-ce que tu as entendu, Maman? je lui demande, un peu inquiet.

    - Rien de graves te concernant, mon mignon, me rassure-t-elle.

    Elle poursuit:

    - Le dad de Denise, un bourgeois conservateur à l’extrême, craignant que sa fille ne décide un jour d’épouser un jeune homme dont seul le nom déjà pourrait lui porter préjudice, a tout fait pour séparer les deux tourtereaux. A force de taper sur le clou, on finit par l’enfoncer. Proverbe québécois. D’après ce que j’ai conclu... Eh oui! Le paronyme Pirata porte finalement la poisse. La plupart des gens ne nous prennent pas au sérieux, malgré leur bonne volonté. Je l’ai souvent constaté.

    Mon père se tord dans tous les sens, tel un lombric qui sort de terre, et ronchonne:

    - Tous des bâtisseurs de murs en béton et de cathédrales en carton, ces bourges!

    - Pas forcément tous, je temporise. N’agissons pas comme eux, en mettant tous nos adversaires dans le même sac. Certains méritent notre respect. Le paternel de mon premier n’est pas le seul responsable de ce fiasco amoureux... J’aurais dû me battre jusqu’à la mort mais j’ai préféré baisser les bras... Tout était si embrouillé lors notre première et dernière grande dispute... S’aimer en cachette ne dure jamais longtemps, le sexe finit toujours étouffer les plus tendres sentiments. Plus poétiquement: à la longue, un amour sans espace n’est guère plus amusant qu’ un banal tour de passe-passe.

    - Mais tout ce chaos ne se serait peut-être pas arrivé si tu t’appelait Rockfeller ou tout simplement Rath de Saint-Pie comme ton grand-père, souligne tristement ma chère maternel.

    - L’homme blesse et se blesse, la femme panse toutes les plaies, déclare joyeusement le chasseur de poules à jarretières, en levant son couteau.

    Ma mère sourit étrangement et retourne à ses fourneaux, comme d’habitude.

    Le braconnier, repenti peut-être, en nous regardons droit dans les yeux, tantôt Julie tantôt moi, profite alors pour nous avouer:

    - Je retourne au bercail, comme tu l’as si bien pressenti et formulé, fiston. Pour deux raisons. La première: parce que j’aime votre mère du fond de mon âme. Je l’adore. C’est une sainte, une Madone en chair et en os. Moi je ne suis que le dernier des larrons, prêt pourtant a expier mes péchés... Je fais... non, je faisais partie de ces types instables qui font une crise tous les dix ans. Celle de la trentaine, celle de la quarante, celle de cinquantaine... je les ai toutes faites, toutes subies. J’espère que j’échapperai à celle le la soixantaine. La seconde:... j’ai décidé de donner un sacré coup de balaie dans le foutoir que j’ai crée à l’époque des années folles de ma jeunesse. C’était uniquement pour emmerder le Grand-Père dont je ne partageais nullement ses idées, trop nobles, trop aristocratiques ou trop statiques selon moi. Donc, mes chers enfants, nous allons redevenir des Rath de Sainte-Pie à part entière. Car aucune raison ne vient sans raison. Le vieux loup de Wall Street et de Zurich aurait caché aux Îles Caïmans une énorme caisse de lingots et de pièces d’or d’une fortune colossale. A nous les Pirata d’aller la déterrer...

    Julie saute plusieurs fois au plafond. Moi, je demeure perplexe.

    - En somme, dis-je ironiquement, rien ne changera jamais au royaume des singes. On doit toujours baisser son pantalon pour enfiler une nouvelle chemise. Ou inversement.

    - Exactement, approuve mon père. Identité, nationalité, passeport, patriotisme, partis politiques, religions, diplomatie... tous ça c’est du bidon. Du cocktail pour les crétins. Seul l’argent est puissant et efficace en ce bas monde. Ce sont les riches qui gouvernent notre société. Battons-les!...

    Lien permanent 2 commentaires
  • El Pirata (31, à suivre)

    Imprimer

    El Pirata, Hank Vogel.jpgDimanche! Jour du Seigneur pour les uns, jour de repos pour les autres. Dans une société chrétienne où l’on respecte la famille, bien entendu.

    Pour moi, qui stagne dans les sphères du doute et de la fainéantise, c’est ni plus ni moins vingt-quatre heures supplémentaires à devoir subir les gaz des voitures, les pets des passants et les mauvaises odeurs des égouts.

    Et ce depuis que j’ai cessé de fumer et entraîné mon nez à dénicher les meilleurs parfums au labo.

    Ah la belle et grande famille réunie! Si seulement! Il y a toujours une brebis galeuse qui refuse de suivre le troupeau. Pour une fois, ce n’est pas moi mais mon frère aîné Georges, Jorge officiellement, marié à Annita, une belle et blonde Suédoise enceinte de six mois. Il doit probablement faire la gueule à l’un de mes parents pour une histoire à la con. C’est son style. Il est rancunier comme un chameau.

    Nous nous installons à table.

    La Mamma a préparé des braciole di vitello al sugo et des macaronis au four. Deux parmi ses nombreuses spécialités culinaires que nous adorons tous.

    Ma mère me sert le premier. C’est normal, je suis son chouchou paraît-il.

    - Quel met succulent! je m’exclame. Si tu savais combien de fois j’ai regretté d’avoir quitté la maison...

    - La liberté coûte parfois très chère, lance mon père.

    - C’est ce qui t’as décidé à retourner auprès ton épouse? je lui demande sèchement.

    - Rien n’a été conclu jusqu’à maintenant, intervient Julie.

    Elle s’adresse particulièrement à moi:

    - Leur guerre et paix, ça ne regarde qu’eux. Ta zizanie, tu peux la garder pour la semer ailleurs.

    A notre Vieux, en posant sa main sur son bras:

    - Dis-nous ce que tu as à nous dire, Papa chéri! Ne fais pas attention à lui. El a beaucoup souffert, il n’est plus le même... surtout depuis qu’il a rompu avec Denise?

    - Pas possible! s’étonne le quinquagénaire. Ils étaient pourtant faits l’un pour l’autre... Qu’as-tu fait de si impardonnable pour en arriver-là, fiston?

    - Moi rien mais toi tout.

    - Comment ça? Je ne suis jamais mêlé de tes affaires...

    - Dis-nous ce que tu as à nous dire, Pa... répète Julie.

    - Cesse de vouloir tout banaliser, ma fille! crie-il... L’accusation est trop grave. J’ai droit à des explications.

    - Soit! Je vais te les donner ces explications, je lui dis.

    - Je veux des preuves!

    - Tu auras tout ce que tu voudras. A condition que tu me fasses confiance...

    - La vérité, toute la vérité, rien que la vérité...

    Ma mère s’interpose:...

    Lien permanent 0 commentaire