19/09/2017

Maneki-neko adore le porto (28, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise!

Elle sourit. Plus jaune que jaune forcément.

Puis son regard se perd à travers les flots du fleuve, boueux et chargé de détritus de toute sorte.

Cela doit lui rappeler le brouillard de son enfance, me dis-je... Non, ce n’est que le fruit de ma propre imagination. Macabre et rongée par l’injustice. Mais quelle injustice par rapport à la sienne?

- Tu penses à ton Mékong, je lui demande pour fuir en quelque sorte à ma nébuleuse mentale. J’espère qu’il est plus propre.

- Il est plus propre, me répond-t-elle sèchement... L’industrie et le tourisme ne l’ont pas encore meurtri, heureusement.

- Seul les ingrats crachent dans la soupe.

- Même quand elle est indigeste et truffée de grumeaux?

- Celui qui s’approche d’une fontaine a nécessairement l’intention de se désaltérer ou de jouer avec son eau.

- La vie nous oblige souvent à agir malgré nous, pour sauver notre peau et celle de ceux que nous estimons par-dessous tout, n’est-ce pas?

- ...

- Héros hier, lâche aujourd’hui. Héros aujourd’hui, lâche demain...

- Je sais, l’intégrité est un don du ciel...

- Et si on cessait de nous comporter comme deux intellos perdus sur un nuage rose antirouille, d'accord?

- Quand femme propose, femme voit loin!...

22:03 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

17/09/2017

Maneki-neko adore le porto (27, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- Ça existe?

- Quoi donc?

- Cette liste.

- Certainement. Comme des milliers d’autres...

- Mais tu n’as aucune preuve.

- Si! J’en ai une. J’étais sur une liste noire de la police fédérale de mon pays.

- Pour quelle raison?

- Pour appartenance à un mouvement politique dont les idées sont, ou l’étaient plutôt, à l’opposé des convictions de la majorité des partis au pouvoir...

- Un preuve ne justifie pas tout...

- Si dans une démocratie, plus ou moins au sommet de sa gloire, une telle bassesse a eu ou a encore lieu sous d’autres formes, alors de bien plus pires ignominies doivent se passer ailleurs. Fais donc attention à toi, ma chère!

- Je ne crains rien, mes papiers sont en ordre. Et je passe la frontière légalement.

- Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise!...

21:18 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

16/09/2017

Maneki-neko adore le porto (26, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgNous dégustons un poisson, de la taille d’un bras bien musclé, farci de gingembre, de citronnelle, de coriandre et Dieu sait quoi encore, cuit à la braise sous nos yeux, et nous buvons chacun deux canettes de Singha, l’excellente bière thaïlandaise.

Que dois-je faire maintenant? me dis-je en souriant, une fois le ventre plein. Roter un bon coup comme les Chinois ou lâcher un gros pet comme les Inuits?

- A qui tu souris? me demande Maneki-neko.

- A personne. Je pensais aux coutumes des uns et des autres...

- Et ça te fait sourire?

- Il y a de quoi. Même plus. Rire ou pleurer, souvent.

- Exemple?

- La circoncision. Ou l’excision.

- Tu es pour ou contre?

- Je préfère me taire.

- Pourquoi?

- Parce qu’il suffit qu’un touriste malintentionné passe par hasard par là... pour que mon nom figure aussitôt sur la liste des plus dangereux antisémites du globe.

- Ça existe?

- Quoi donc?

- Cette liste...

14:53 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

15/09/2017

Maneki-neko adore le porto (25, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgSoit elle exagère, soit elle fabule, me dis-je. La vérité toute crue est une assiette jamais proposée. Car, le passé dans le présent, on a plus tendance à le multiplier qu’à le soustraire.

- C’est vrai, articule-t-elle... J’ai l’impression que tu ne me crois pas. Et je te comprends. Car l’enfer... les atrocités que j’ai subies n’ont aucun sens pour toi. Un poète a écrit un jour: celui, qui n’a pas vécu dans le désespoir, ne peut pas connaître le désespoir. Il fantasme sur une justice d’enfants gâtés. Nous avons tous notre propre culture. La mienne est pareille à un domaine entièrement dévasté par la tempête, un terrain vague infesté de scorpions et de serpents, un champ miné où il est formellement déconseillé de s’y aventurer.

Je me tourne les pouces. Vraiment et non pas métaphoriquement. Bien que cela ne saurait tarder.

- Et si on allait manger du poison aux pieds du Seigneur des eaux, qu’en penses-tu? me propose-t-elle inopinément...

- Chez qui?

- Au bord du fleuve, le Chao Phraya.

- Tout va très bien madame la marquise, je fredonne en signe d’affirmation.

Et Maneki-neko poursuit en chantant:

- Mieux vaut ça que d'attraper la scarlatine, la chaude pisse ou les oreillons quand on est un gentil petit garçon, mon cher, mon très cher James...

06:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

13/09/2017

Maneki-neko adore le porto (24, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgElle secoue plusieurs fois la tête.

- Tu as mal quelque part? Tu veux que j’appelle un médecin? je lui demande, le visage rayonnant de bonnes intentions.

- Non merci, c’est très gentil de ta part, me répond-t-elle en me souriant.
- Tu es certaine?

- C’est ma façon à moi de chasser les fantômes du passé.

- Pas facile de vivre dans le présent.

- A qui le dis-tu!

- Puis-je te poser une question indiscrète?

- Cela concerne mon évanouissement?

- Oui et non.

- Toi avec tes oui et non!...

- Alors oui.

- Je souffre de malaises vagaux hors du commun.

- C’est-à-dire?

- Je tombe dans les pommes et je reste inconsciente plus longtemps que la normale.

- Et que disent d'autre les médecins?

- Que je suis un cas particulier.

- Comme toujours... Et l’origine de tout ça?

- D’après une amie doctoresse, c’est la conséquence de mes nombreux viols.

- On t’a violée? A plusieurs reprises?

- Violée et forcée à me prostituer.

- Qui et pourquoi?

- Qui et pourquoi! J’ai vraiment la sensation de me trouver dans un commissariat de police, en face d’un inspecteur abruti, comme il y en a tant... Je te l’ai déjà dit ou, du moins, essayé de le faire comprendre: mon père, mon frère, mes cousins et mes soi-disant amis européens et australiens...

- Comment est-ce possible?

- Tout est possible, même dans les meilleures familles...

16:58 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

12/09/2017

Maneki-neko adore le porto (23, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgMiraculeusement, Maneki-neko revient à elle.

Entre parenthèses, miraculeusement semble un peu excessif. Mais quand on a le trouillomètre à zéro, ce terme est le plus approprié.

- Je me suis terriblement inquiété, je lui avoue.

- Pour moi ou pour toi? me demande-t-elle.

- Comment tu te sens?

- Tu ne m’as pas répondu.

- C’est une question embarrassante.

- Enfin quelques paroles sincères!

- Suis-je vraiment un monstre à tes yeux?

- Vous l’êtes tous à un degré différent.

- Qui tous? Les étrangers?...

- Les hommes.

- Qui exactement?

- Mon père, mon frère, mes cousins et mes soi-disant amis européens et australiens. Surtout les Australiens, ces bâtards de nulle part...

 

07:26 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

09/09/2017

Maneki-neko adore le porto (22, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- Pas de mariage donc! je lance sérieusement.

Séance tenante, Maneki-neko se jette sur moi.

- Tu est un menteur, un sale farang! crie-t-elle en me frappant.

De petits coups quasi indolores, entre nous soit dit. À se demander si ce n’est pas de la comédie.

Il y a de fortes chances. Mais à quoi bon chercher plus loin? Le jeu ne vaut certainement pas la chandelle. A moins que...

Mais à cet instant précis, l’ex Indochinoise se redresse, tourne de l’œil et s’effondre comme un sac de patates mal ficelé.

- M... mer... merde! je bafouille... Du calme, du calme, du calme! Seigneur, que dois-je faire?

Si seulement j’étais médecin, infirmier, ambulancier, brancardier, secouriste ou boy-scout. Malheureusement, je suis à des années-lumières de ce monde-là. Je fais donc appel, consciemment ou inconsciemment, à ma culture cinématographique et télévisuelle.

Je la secoue, la gifle, la resecoue, la regifle... Tantôt avec énergie, tantôt avec douceur.

Maneki-neko ne respire pas, ne respire plus à mon avis. Mais je n’en suis pas certain.

- Un miroir vite! je murmure.

Je fouille son sac à main. Pas de psyché portable, que du fric et des bonbons à la menthe.

Dans les films, on trouve toujours une solution, me dis-je... Oui ou non? Dans les mauvaises œuvres de toute façon. Et c’en est une.

Je panique, je m’affole...

C’est la fête d’une folie particulière où le déconnage est invité à bras ouverts.

- Deus ex machina, à mon secours bébé! je hurle.

Que l’homme peut être con dans certaines situations!...

09:42 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |  Facebook | | | |

08/09/2017

Maneki-neko adore le porto (21, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- Mais je n’irai pas... C’est ton interjection qui m’a surpris et rien d’autre.

- Mon quoi?...

- Ton onomatopée, ton ouf!

Maneki-neko croise les bras et me sermonne, telle une mère moralisatrice à son fiston de voyou:

- Tu essaies de m’impressionner avec des mots savants et des promesses bidons mais ça ne marche pas avec moi. Tu n’es qu’un beau parleur, pareil à ces politiciens sans scrupule et ces faux scientifiques. Capables de promettre la lune avec une telle conviction que même les plus réticents, les plus incrédules finissent par verser une larme... Certes, ils nous ont donné une certaine joie, de l’espoir, du rêve, ces gens-là mais une fois qu’ils ont ramassé à la pelle ce qu’ils n’espéraient pas autant amasser, ils ont disparu de la circulation... Adieu fossoyeurs de ma tendre et confiante jeunesse! Fossoyeurs de mes châteaux en Espagne et de mes chalets en Suisse. Adieu toutes les terres promises et tous les paradis du firmament! Ce ne sont que des mirages, de la fiction pour les crétins.

Petite pause. Elle expire et inspire profondément trois fois. Puis elle me réclame froidement:

- Cinq mille bahts! Oui, tu me dois ça ou l’équivalent en dollars pour t’avoir fait jouir comme un bœuf. J’ai une famille à nourrir. Normalement. A l’américaine, à l’européenne ou à l’australienne, appelles ça comme tu veux! Car mes parents, mes frères, mes sœurs, mes tantes, mes oncles... ils en ont marre de bouffer, matin, midi et soir, des charançons, des fourmis, des grillons, des sauterelles et des vers à soie.

- Pas de mariage donc! je lance sérieusement...

06:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

06/09/2017

Maneki-neko adore le porto (20, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgLa belle Laotienne hale un tuk-tuk, j’accepte exceptionnellement et nous voilà embarqués pour de beaux draps.

A l’hôtel, nous passons en revue quasi toutes les figures du Kama Sutra. De la plus ridicule à la plus émouvante. De la plus tortue à la plus équilibrée. De la plus épuisante à la plus reposante. Et Dieu sait quelles autres qui ont dû échapper à Vatsyayana ou que le poète a volontairement rayées de son répertoire.

Que de positions extrêmes pour finir tout bêtement en levrette, comme un chien qui ne souhaite guère montrer sa face de rat à sa chienne!

Un ouf phénoménal sort de la bouche de Maneki-neko.

J’ai cru entendre la voix d’un homme.

- Serais-tu une... un transsexuel qui a franchi le pas? je lui demande tout effrayé.

Elle éclate de rire.

Puis en m’exposant son sexe, elle m’explique avec fierté et sérieux:

- Mon vagin et mon clitoris sont d’origine. Esthétiquement parfaits. Dessinés de la main de la plus féministe et féminine des divinités. Un chef-d’œuvre comme celui-ci, un trans d’ici ne pourra jamais se le payer.

- Pourquoi donc? je lui demande naïvement.

- Parce qu’ils se font tous sodomiser pour des cacahuètes.

- ...

- Si, toutefois, tu doutes encore sur la véracité de mes organes intimes, tu peux toujours aller voir chez ces gens-là, à des fins comparatives...

- Non, merci...

- Je ne t’en voudrais pas.

- Vraiment?

- Vraiment.

- Mais je n’irai pas... C’est ton interjection qui m’a surpris et rien d’autre.

- Mon quoi?...

10:48 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

04/09/2017

Maneki-neko adore le porto (19, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgEt qui vois-je à ce moment-là devant moi? Maneki-neko, dans toute sa splendeur forcément.

- Sawadi kha, monsieur le fabulateur! me lance-t-elle, toute souriante, en s’approchant de moi.

- Sawadi khap, Maneki-neko! je réponds en esquissant un rictus approbateur.

- Je constate que tu progresses au fil du temps.

- On dirait que tu me connais depuis des siècles.

- Des siècles non mais des années peut-être.

- C’est impossible.

- Je t’ai aperçu l’année passé à la même période et l’année d’avant...

- Travaillerais-tu pour les services secrets américains?

- Pourquoi américains et non pas suédois?

- C’est Wen qui t‘a dévoilé à la méthode yankee ma supposée identité?

- Je ne comprends rien à ton charabia. Et c’est qui cette Wen? Encore une de tes nombreuses conquêtes, je suppose...

- N’importe quoi!...

- Actuelle ou passée?

- Ma chère, je crois que tu dois me confondre avec un de tes princes arabes.

Abruptement, Maneki-neko me foudroie du regard, me crache au visage et hurle comme une hystérique:

- Jamais de la vie! Plus jamais eux! Ce sont les plus grands hypocrites et les plus dangereux obscènes de la planète.

Les gens se retournent. Je crains le pire. Un scandale en pleine rue, le déclenchement d’une émeute ou la fin des haricots de toute relation entre une poulette jaune d’œuf et un blanc-bec blanc.

Malgré l’angoisse et la terreur, l’humour et la dérision n’ont jamais déserté mon encéphale.

Alors pour empêcher le diable de glisser sa sale queue au bon endroit, je hurle à mon tour, non pas comme un hystérique mais comme un robot pithiatique:

- Tu as raison, mon amour, plus jamais ça! Je suis là maintenant. Pour te chérir et te protéger. Contre vents et marées. Contre tempêtes et mauvais bédouins. Ton désert sera le mien... Veux-tu m’épouser?...

17:25 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |

03/09/2017

Maneki-neko adore le porto (18, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgJe marche, je flâne, je traîne, je guigne, je tue le temps à petits coups d’observation.

La curiosité est le seul remède contre l’ignorance. Mais faut-il pour cela ne pas être déjà rongé par l’ennui.

Dieu soit loué! Je ne le suis point.

Même extrêmement fatigués, totalement épuisés, au bord du plus crucial des précipices, tout mérite notre attention. Ne serait-ce qu’une fraction de seconde. Car tout a un sens, un humble présent à nous offrir. Parfois miraculeux.

Sous forme, comme ou soit:

Une odeur, un parfum, une image, un souvenir, de la tendresse, de l’apaisement, du courage, de l’espoir, une révélation, le pardon...

La vie est un gigantesque panier de fruits frais saupoudrés de surprises, pour celui qui a les yeux grand ouverts, me dis-je...

Et qui vois-je à ce moment-là devant moi? Maneki-neko, dans toute sa splendeur forcément.

16:29 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

02/09/2017

Maneki-neko adore le porto (17, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgWen sourit.

Le sourire est-ce un mur ou une ouverture? je me demande. Une insulte camouflée ou une invitation? Un point final ou un double point? Lequel des deux dois-je prendre en considération?

Dans le doute, abstiens-toi! disait Zarathoustra.

Dans le doute, ramasse tes baskets et change de salle de sport! disait également ma concierge.

Alors, subito presto, je remercie vivement la réceptionniste pour avoir éclairé ma lanterne et je prends congé d’elle.

Et en avant toutes donc pour la vadrouille, le zieutage et le shopping.

Bangkok, en particulier le quartier de Sukhumvit, est un bazar à ciel ouvert permanent. On y trouve tout ce que l’on a envie de trouver.

Du vrai comme du faux. La pêche est vraiment miraculeuse. C’est-à-dire?

On dégotte du faux plus vrai que le vrai et du vrai à se demander si ce n’est pas du faux.

Des montres suisses, des stylos et des sacs de marque par milliers. A faire bondir les gros culs des multinationales, spécialement les moyens intègres.

Inévitablement, pour purifier peut-être les esprits je-m'en-foutistes, les bouddhas sont omniprésents. Minuscules, moyens, grandioses, en or, en laiton, en bronze, en bois, en porcelaine... même en plastique transparent, rose, violet, bleu, vert ou jaune.

Étrangement, dans les rues et les magasins, surtout dans la rue, à l'inverse des pays arabes, la femme thaïe domine l’homme à tous les points de vue.

Elle organise, elle achète, elle vend, elle fait tout, elle est partout.

Mais où sont-ils donc les zèbres thaïlandais?

Dans l’administration, les bordels, au temple ou devant la télé. Ailleurs serait une absurdité...

10:52 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

01/09/2017

Maneki-neko adore le porto (16, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- Je n’en sais rien, allez le lui demander vous-même!... Tout ce que je sais c’est que ce fameux Nick est recherché, paraît-il.

- Recherché par qui?

- Par la police locale, les autorités de son pays, sa femme, sa maîtresse, le mari de celle-ci, sa mère ou sa sœur. Pour vol, viol, crime, désertion ou, tout simplement, pour ne pas avoir payé ses impôts. Ou sa note de gaz! De nos jours, n’importe quel bougre est recherché... même quand il n’a rien fait. Il faut bien que le système fonctionne et s’entraîne à le faire fonctionner, si je puis m’exprimer ainsi...

- Quel système?

- Celui du chat et de la souris.

- Du chat et de la souris?

- Ou du gendarme et du voleur, si vous préférez.

- Donc, d’après vous, qu’un côté, il y a les bons et les gentils et de l’autre, les mauvais et les méchants, n’est-ce pas?

- Non, je ne me représente pas la société ainsi.

- Alors comment?

- Il y a ceux qui ont choisi de suivre la voie du juste milieu, dans l’espoir de ne jamais trébucher et de ne faire trébucher personne, et il y a ceux qui passent leur temps à changer de trottoir au péril de leur vie sans jamais ou presque se soucier de celle des autres.

- Soit, plus simplement, les raisonnables et les semeurs de merde.

- Personnellement, je ne serais pas aussi catégorique. L’être humain est multiple et instable. Fragile, vulnérable, volatil... Un grain de sable, telle une montagne, sur sa route et le voilà obligé de modifier sa trajectoire...

- Tout ça c’est bien joli mais l’homo branlus ne s’améliora pas pour autant et restera toujours un gugusse pour moi.

Wen sourit...

07:40 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

30/08/2017

Maneki-neko adore le porto (15, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgPuis la belle Bangkokienne poursuit:

- Tous les bouddhas au nirvana seraient forcément ravis mais je n’aurais pas choisi la bonne voie. Et mes grands-parents me bouderaient jusqu’à la fin de leurs jours...

- Êtes-vous bouddhiste?

- Taoïste.

- Je comprends mieux le sens de la voie.

- Pour en comprendre le sens, il faut connaître la chose. Et cette chose-là vous échappe totalement.

- Qu’est-ce qui vous permet de penser ça de moi?

- Votre comportement.

- Mon comportement?

- Oui, votre comportement.

- Qu’a-t-il de si particulier?

- Justement, rien au contraire.

- C’est-à-dire?

- Raconter des histoires extravagantes ou des sottises est à la portée de n'importe qui.

- Par exemple?

- Par exemple que vous vous appelez Nick Byrd.

- C’est... c’est... c’est Maneki...

- Oui, c’est votre copine qui nous a rapporté ça...

- Ce n’est pas ma copine, bref! A nous qui?

- A moi et à l’attaché d’ambassade.

- Pourquoi aurait-elle fait ça?

- Parce qu’elle vous cherchait, pardi!

- A vous, je peux comprendre mais à l’excité d’amerloque pas du tout.

- Je n’en sais rien, allez le lui demander vous-même!... Tout ce que je sais c’est que ce fameux Nick est recherché, paraît-il.

- Recherché par qui?...

16:16 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |

29/08/2017

Maneki-neko adore le porto (14, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- J’ai l’impression que vous ne m’aimez pas.

- Pourquoi devrais-je vous aimer?

- Vous avez raison, je ne n’ai rien à vous offrir.

Elle me regarde avec insistance de la tête aux pieds.

Je sens alors une certaine chaleur me monter au visage. Rarissime à mon âge et pour un blasé de mon espèce.

Mais brusquement et heureusement, le regard suspendu dans les nuages, elle me sort toute souriante:

- Ils auraient les yeux moins bridés et le nez moins plat.

Que dois-je comprendre?

En conséquence une myriade de réponses, tels des chômeurs désespérés, accourent au portillon de ma raison et je me trouve forcément dans l’embarras. Car le tri, ce n’est pas mon fort, c’est au contraire ma bête noire.

Puis la belle Bangkokienne poursuit:...

10:25 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

27/08/2017

Maneki-neko adore le porto (13, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- C’est oui ou c’est non?

Elle hausse les épaules et me dit:

- Je m’appelle Wen et Wen en chinois signifie nuage. Soit mes parents, qui sont chinois, ont vu juste, soit mon prénom a eu et a une grande influence sur moi.

Je secoue la tête en signe d’incompréhension.

- Vous ne comprenez pas ou vous trouvez cela absurde? me demande-t-elle d’un air légèrement inquiet.

- C’est du chinois tout ça pour moi, je réponds machinalement

- Vous plaisantez ou vous êtes sérieux?

- Désolé, ce n’est pas ce que je voulais dire...

- Non, bien sûr. Ce n’est pas de votre faute. Vous êtes un Occidental. A l’image de vos chefs. Ils balancent des bombes sans délibérer puis ils réfléchissent, regrettent parfois et s’excusent à la vas te faire foutre. A l’avenir, pensez à votre langue.

- Quelle langue? Je suis polyglotte...

- A celle que vous avez dans votre bouche.

- ...

- Tournez-la au moins sept fois avant de zézayer.

- J’ai zézayé, moi?

- Oui, vous avez zézayé.

- C’est impossible.

- Vous avez prononcé sinoi au lieu de chinoi.

- Je pensais probablement à siamois. Ce n’était qu’un lapsus linguae...

- Probablement, en effet. Le contraire m’aurait étonné.

- Plaît-il?

- Non, rien. Ça concerne mon travail...

- J’ai l’impression que vous ne m’aimez pas.

- Pourquoi devrais-je vous aimer?...

23:37 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/08/2017

Maneki-neko adore le porto (12, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgHeureusement, le téléphone sonne et la réalité m’appelle ainsi à l’ordre.

- Pas de petit-déjeuner ni de massage pour l’instant? je réponds aussitôt au bigophone... Quoi?... Un attaché d’ambassade m’attend?... Il faut que je me dépêche?... J’arrive tout de suite.

- Il attendra ce planqué de mes deux, je murmure.

Et d’une lenteur similaire à celle d’un bradypus, paresseux pour monsieur et madame Tout-le-monde, je sors du lit, enfile vêtements et mocassins, me rase de près, m’hydrate la peau avec un gel à base d’aloe vera, me tapote les joues, deux fois la gauche, trois fois la droite, me coiffe, me décoiffe et me recoiffe d’une main exceptionnellement virtuose, m’admire vingt secondes à travers le miroir tel un politicien avant d’enter en scène, oui un politicard et non pas un théâtreux, ferme ma chambre à clé, m’assure à plusieurs reprises que la serrure est bien verrouillée et, au lieu de prendre l’ascenseur qui traîne par hasard à l’étage, j’emprunte l’escalier de service.

- Eh bien! Si c’est ça tout de suite chez vous? me lance la réceptionniste, mi-figue mi raisin.

- Il s’est envolé! je m’exclame avec satisfaction, n’apercevant personne, à part mon interlocutrice derrière son comptoir, bien entendu.

- Il est parti comme une flèche, il avait d’autres chats à fouetter d’après lui, m’explique-t-elle. Mais à mon avis, il a pris la tangente parce que c’est le genre de bonhomme qui déteste qu’on le fasse attendre.

- Et moi, j’ai horreur de me dépêcher pour ce type d’individu... Au fait... attaché de quelle ambassade?

- Des États-Unis.

- Des États-Unis d’Amérique?

- Oui d’Amérique, je n’en connais pas d’autres...

- Que voulait-il?

- Exactement, je l’ignore. Vous protéger peut-être.

- Mais je ne suis pas américain!

- Je sais, nous avons votre passeport.

- Il vous a parlé de moi?

- Oui et non.

- C’est oui ou c’est non?...

17:09 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

25/08/2017

Maneki-neko adore le porto (11, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgIllico presto, les conseils parfois troublants voire absurdes de mon ami Abdoul, marabout de ces dames, psychiatre et médecin-chef dans une clinique privée en Suisse, se mettent à sonner dans ma cervelle comme les cloches de la cathédrale Saint-Pierre de Genève, le jour du seigneur.

Bing, bong, banque! Bing, bong, banque!

Et j’entends avec précision, tel un discours prophétique:

- N’essaye jamais de rattraper une femelle en fuite, laisse cette guignolerie aux gendarmes, ils ont l’habitude de courir pour des prunes... Tout est caprice chez la femme. Les crises, les larmes, les reproches, les désirs, en particulier ceux de donner et de recevoir... des fleurs, des parfums, des bijoux, un cabanon sur une plage déserte, un chalet dans les Alpes... même celui d’enfanter. La soi-disant sacrée horloge biologique passe toujours avant toi. Ton fils aura certainement ta bouche, ton nez, ton visage! Et tes couilles, pour les plus détraquées d’entre elles. Ce ne sont que des paroles en l’air. De la poudre aux yeux. De la poésie purement féminine à tendance raciste. Des mots pièges. Des menottes pour te garder bien au chaud, bien à elle, à elle seule. Laisse-la filer, elle ne tardera pas à venir t’emmerder si elle tient vraiment à toi. Les possessives et les castratrices ne se lassent jamais de leur proie, au singulier comme au pluriel.

Je me gratte la tête.

Quel con, cet Abdoul! je pense. Et dire qu’il suivait à la lettre les diktats de Piaget lorsqu’il était étudiant. Et qu’il a fait du vélo avec lui, comme tout bon lèche-cul. Dans les rues grises et chewing-gumées de la cité de Calvin... Calvin! Encore un Français qui a su semer sa zizanie à Genève... Pauvre Miguel Serveto! Tu l’as payé cher ton séjour au pays des ayatollahs de la réforme, mon ami. Un max par rapport à tous les espingouins et les ritals qui se sont échappés de chez eux. Misère et tortures obligent! Mais voilà, toi tu as débarqué dans cette nouvelle Rome avec trop de science et des idées et non pas avec une simple pelle et une truelle. Et les bourges soumis n’aiment pas ça...

Heureusement, le téléphone sonne et la réalité m’appelle ainsi à l’ordre...

16:21 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

24/08/2017

Maneki-neko adore le porto (10, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpg- Quel foutoir! hurle-t-elle, tout à coup.

Je tombe presque du lit.

- Qu’est-ce que vous avez tous à vouloir secouer des soldats à moitié morts pour gagner une bataille perdue d’avance? poursuit-elle décemment... Qu’est-ce qu’elles t’ont fait tes copines occidentales pour que tu sois aussi débridé? On va aux fesses comme on va à confesse pour se libérer de ses péchés. Les mains jointes et le regard émerveillé. Et non pas le pistolet au poing et les yeux hagards. Vous êtes tous des nuls, les hommes. Trop souvent pressés pour une misérable récompense. Par contre, les femmes savent attendre pour recevoir au mieux le cadeau tant espéré du septième ciel. Finalement, faire l’amour avec une femme m’apporterait plus de satisfaction... Contemple la beauté des collines avant de t’envoler pour le sommet de la plus haute montagne! Regarde-moi! Caresse-moi! Apprécie la douceur de mes vallées! Prends tout ton temps avant de te laisser séduire par l’obscurité mystique de mes cavernes! Le jour où tu sauras faire ce peu, alors tu seras quelqu’un pour moi. Un vrai jules! Et je te respecterai. Mais pour l’instant, tu ne vaux guère plus que le prix d’une bouteille de porto.

Elle se lève brusquement, ramasse ses habits et quitte la chambre en toute hâte...

16:42 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

23/08/2017

Maneki-neko adore le porto (9, à suivre)

Maneki-neko adore le porto, Hank Vogel.jpgIl faut être crétin, fou ou déformé psychiquement par les conseils débiles du curé du village pour rester de marbre face à un corps fébrile prêt à se perdre dans les sphères de l’amour.

Et ni une, ni deux, ni Dieu, ni personne, je me jette sur Maneki-neko comme un démon assoiffé de chair et de sexe et j’abuse d’elle sans la moindre décence.

Elle se laisse faire. Tantôt souriante, tantôt à moitié absente, quasi inconsciente.

On dirait qu’elle se force à visualiser, à feuilleter mentalement son carnet de rendez-vous, me dis-je. C’est décourageant, frustrant, paralysant...

Courage! La jouissance avant tout.

Mes ex viennent alors à mon secours. Jane, Monique, Danielle, Marie, Mariette, Françoise, Francise, Florence, Stéphanie, Carole, Corinne, Denise...

Dans le désordre, forcément. La cervelle ressemblerait plus à une tirelire qu’à une étagère de documents rangés chronologiquement.

Et les autres! Les blondes anonymes, les brunes anonymes et les rousses anonymes.

Toutes: plus que des fantômes! Mais utiles en cas de... De quoi au fait?

- Quel foutoir! hurle-t-elle, tout à coup.

Je tombe presque du lit...

12:21 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |