Staline et le dinosaure (15, à suivre)

Imprimer

Staline et le dinosaure, Hank Vogel.jpgJørgen Blikra, le municipal chargé des affaires culturelles me convoque à la mairie. Je m’y rends tout décontracté, sans trop tarder par respect. C’est-à-dire: ni en traînant des pieds comme un Texan après avoir trait une dizaine de vaches, ni en balançant les jambes comme un Parisien après une longue journée collé à son bureau.

C’est-à-dire également: la tête soulagée, vide, libérée de toute préoccupation et de tout engagement.

Mis à part le Bon Dieu quand il fricote avec le diable, je ne crains personne. La vie est un éternel combat et j’adore ça. Oui, j’adore me battre tel un gorille, la gueule et la poitrine en avant.

Vous avez lu la presse locale hier? me demande l’élu du peuple. La grande hystérique qui chausse du quarante-cinq nous a carrément salis.

- Je ne suis pas au courant, je lui réponds... Vous avez l’article?

- Impossible, il est déjà aux archives.

- Ce n’est pas grave alors. C’est de l’histoire ancienne...

- Comment ça? C’est très grave!

- De nos jours, ce sont les réseaux sociaux qui font la pluie et le beau temps.

- Si j’ai bien compris, vous ne lisez pas les journaux...

- Non...

- Mais vous faites appel à eux lorsque vous avez sérieusement besoin d’aide, n’est-ce pas?

- Oui.

- Vous trouvez que c’est correct de votre part?

- Pas du tout. Mais... mais...

- Mais?...

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Hank je vous remercie Oh que j'aime le sport mental .synonyme de malade imaginaire
    Qu'en est il pour les suédois adeptes du célébres faites comme on vous dit mais pas comme nous? rire
    En effet une ville Suédoise située sur une mine doit 'être déplacée ou détruite afin que la profondeur n'engouffre pas ses habitants
    Qu'on les aime tous ces moralisateurs !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Très belle journée pour Vous Cher Hank
    EPici nous avons un avant gout de la chaleur printanière Le cosmos s'y entend à merveille pour nous faire croire que le soleil va continuer de briller pour mieux nous arroser ensuite
    La parole pour le meilleur et le pire était sans doute réservée à la météo !!!!!!!!!

  • Le Bon Dieu a entendu mes prières! L'hiver a passé comme une lettre à la poste ou plutôt comme un mail via internet... pas encore, soyons tout de même méfiant. Les caprices du ciel ne sont guère différents de ceux de Swisscom.

    Belle soirée, chère Lovejoie.

Les commentaires sont fermés.