Staline et le dinosaure (14, à suivre)

Imprimer

Staline et le dinosaure, Hank Vogel.jpgJ’ai l’âge du Christ avant de se faire fusiller. Pardon, crucifier! Mais je donne l’impression d’avoir dix ans de moins. Question héréditaire, dirait la maman d’Ana qui adore les beaucoup plus jeunes qu’elle.

Quelle famille les Buhagiar! La fille se décolore les cheveux, la mère se teint les poils du pubis et le père, chauve comme un œuf, se lustrerait la tête tous les matins, avec de la cire d’abeille blanche, cent pour cent bio.

Eh bien! Quand on songe au loup, voilà qu’il sort du bois.

- Vous ici, à cette heure-ci? s’étonne ma concierge.

- Et vous alors? je réplique hautainement. J’attends le bus.

- Trop tard! Vous avez loupé le dernier de peu.

- Zut! J’aurais dû me méfier...

- Que voulez-vous, on n’est pas dans une ville comme New York où l’on peut compter sur le métro jour et nuit mais dans le trou du cul de nulle part.

- Vous vous exprimer comme votre fille.

- Qui ça?

- Ana... Pourquoi vous ne m’avez jamais parlé d’elle?

- Parce que ce n’est plus ma fille.

- Comment ça?

- Elle vit avec son père.

- Ce n’est pas une raison suffisante pour la renier et me cacher son existence.

- C’est une blague ou quoi? Nous n’avons couché qu’une fois ensemble et...

- Deux fois! Si ma mémoire est encore bonne.

- Elle l’est.

- Merci... Et?

- Et vous devriez tout savoir sur moi comme si nous étions mariés?

- Pourquoi pas?

- Alors pourquoi nous nous vouvoyons? C’est votre particule qui vous empêche de tutoyer celles et ceux que vous avez baisés? Je ne suis pas Simone et vous n’êtes pas Jean-Paul!

- A qui vous faites allusion exactement?

- Mais à Simone de Beauvoir et à Jean-Paul Sartre, bordel!

- Vous avez lu leurs livres?

- Ceux de Simone seulement. Et vous?

- Uniquement ceux de Sartre.

- Nous nous ressemblons alors?

- Il y a de fortes chances.

- Et ma fille?

- Elle est très belle.

- Ça je le sais déjà mais d’où vous la connaissez?

- Elle est venu me voir.

- Vous voir? Où ça?

- Chez moi.

- Merde alors!... Pour quoi faire?

- A vrai dire, je ne sais pas vraiment. C’est sans doute à cause ou grâce aux réseaux sociaux...

- Grâce ou à cause?

- Un peu des deux.

- Soyez clair!

- Impossible, elle m’a troublé, la petite.

- Vous n’allez vous la faire aussi, j’espère!

- Ne craignez rien, j’ai des principes. Chez les von Adler du Toggenburg, on ne séduit pas la mère ensuite la fille mais plutôt le contraire. Si mon père n’a pas changé les règles, bien entendu...

- Elle fait quoi dans la vie?

- Elle dessine, elle peint, elle filme... C’est une créatrice débutante, c’est pourquoi je suis ici. Je la cherche, à tout hasard.

- Dans ce quartier à putes?

- L’art n’a pas de frontière. Je me cherche également... à...

- A vous prostituer?

- D’après vos semblables, c’est déjà fait.

- Quels semblables?...

- Et vous alors, que faites-vous dans le quartier des artistes?

- Je lave le cul d’une vieille, je la pouponne et je la mets au lit.

- Ça paye au moins?

- C’est ma mère.

- Si tard?

- Telle petite-fille, telle grand-mère.

Je hâle un taxi et nous rentons à la maison. Chacun chez soi! Bien que jamais deux sans trois. Mais laissons pisser le mérinos!...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.