Sven (13, à suivre)

Imprimer

Sven, Hank Vogel.jpgTrois mois plus tard, je reçois un coup de fil de l’étranger.

- Ça va? me demande Sven, d’une voix fluette, inhabituelle venant de sa part.

- Couci-couça, je lui réponds tout étonné.

- J’ai passé à l’hôtel pour te rendre l’argent mais tu n’étais plus là.

- Quel argent?

- Ton fric!

- ...

- Celui que tu m’as prêté.

- Tu te trompes, je ne t’ai jamais rien prêté...

- Comment ça? Et les 3000 bahts alors?

- C’était ton salaire.

- Mon salaire pourquoi, de quoi?

- De... de... d’accompagnatrice touristique.

- C’est comme ça que tu me vois?...

- Tu es chez qui?

- Une amie.

- Une amie ou un... un accompagné?...

- Je pense beaucoup à toi, tu sais. Et toi?

- Ça m’arrive.

- Il faut que je te laisse. A bientôt...

Et elle raccroche rapidement.

- A bientôt? je murmure. Elle garde encore espoir, la pauvrette.

Et forcément, une mer d’idées préconçues et de pensées malsaines inonde ma petite cervelle de bourge et de fils de bourge.

Sûrement, elle m’a appelé pendant que son connard de client était sous la douche, me dis-je entre autres...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.