Pondichéry un jour d'automne (21, fin)

Imprimer

Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgUn minute de silence. Pas un geste, pas un soupir et aucune mouche n’ose voler. J’entends battre mon cœur tel un chronomètre à perte de vitesse. Étrange et troublante sensation.

Affolé, je clame:

- Mais où est donc cette fameuse surprise que vous m’avez promise?

- Ils sont en route, ils arrivent, m’expliquent calmement Krishna.

- Qui ça?

- Il et elle.

- Qui exactement, bon sang?

- Patience, mon ami! Au royaume de la méditation et de la sagesse, les dieux ne sont jamais pressés mais tiennent toujours leurs promesses. Les Indiens également...

- Foutaise tout ça!

Mais à ce moment précis, une porte s'ouvre et que vois-je, qui vois-je en face de moi? Adolf et Carla en chair et en os.

- Ça alors! Pour une surprise, c’est une surprise! je m’exclame.

Le couple fonce sur moi et me saute au coup.

Une pieuvre gluante ne ferait pas mieux, me dis-je, instinctivement. Mes parents, trop proches des calvinistes sans doute, ne m’ont guère habitué à de tels signes d’affection.

- Le gendarme et la concierge comme les mirettes et les lèvres de la même bobine, dis-je. J’ai toujours pensé qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Complices à jamais pour maintenir l’ordre dans la tour de Babel... Mais que faites-vous à Pondichéry, dans ce trou perdu? Cannes ou Gstaad vous conviendrait mieux. Les vedettes du cinoche et les têtes couronnées donnent parfois des ailes aux jeunes mariés.

- Mais où vas-tu chercher de pareilles inepties, El? réplique Carla, l’air un peu fâché. Adolf et moi sommes frère et sœur. N’est-ce pas Dolfi?...

- Depuis quand?

- Depuis que nous avons effectué un test ADN. Chacun de son côté, bien entendu.

- C’est une blague?

- Non, c’est la vérité.

- C’est certainement Mickael Macdonald qui vous a poussés à le faire. Vous n’êtes pas juifs aussi, par hasard?

La fratrie retrouvée tombe des nues.

- Il m’a également conseillé de subir cette épreuve inquiétante à cause de mon nez légèrement crochu, le vilain chimiste, j’explique... Et toi, Adolf, c’est forcément à cause de tes oreilles décollées, n’est-ce pas?... Pourtant Jésus était parfait comme un Dieu. Bref! Quel bon vent vous amène, mes très chers je-ne-sais-quoi?

- Tout est de ma faute, m’avoue Adolf. C’est moi le responsable de cette mésaventure. C’est moi le seul coupable...

- Mais de quoi parles-tu, ancien flic de mes deux? je lui dis. Quand Krishna m’a envoyé son premier ou deuxième mail, je n’ai pas eu beaucoup de peine à te soupçonner mais...

- Désolé! Mais c’était pour une bonne cause. J’ai connu Madame Hirapati, ici présente, sur les réseaux sociaux et, de fil en aiguille, j’ai finalement adhéré à son association d’assistance et de bienfaisance. Ensuite, j’ai entraîné Carla dans cet honorable mouvement et nous avons songé à toi... Un orphelinat au nez et à la barbe de tes concitoyens, c’était gagné d’office.

- Comment ça?

- Ton ordinateur est un cœur ouvert, un trésor à l’air libre pour un hacker de mon espèce, formé à la police au frais du contribuable... Tu devrais davantage te protéger avec les VPN que tu a choisis. Tu vois, l’œil de Moscou a pris un sacré coup de vieux... D’après toi, la vengeance n’est-elle pas un bon vin que l’on laisse vieillir au fond de sa cave jusqu’au jour où son dernier ennemi casse sa pipe?

- Ma patrie ne m’a jamais rien offert mais le pays de mon enfance m’a tout donné...

- Les blessures de l’âme ne s’effacent jamais. Pareilles aux nuages, elles vont et viennent au gré des évènements. Et encore: au gré du vent, de la pluie, du froid ou du chaud!

- Je constate que tu as retenu ma leçon, drôle de pirate!

Et Carla crie de joie:

- L'amour est une putain de porte à double vantail!

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Hank ,je Vous remercie Entendre son cœur battre come un chronomètre en espérant qu'il ne s'arrête pas voilà ce que je vis depuis deux mois
    Ma souris refusant de courir sur l'écran j'ai de suite pensé que mon ordi allait lui aussi rende l'âme
    Et miracle l'ancienne souris conservée m'a sauvé la mise
    Quelle chance avez Vous de connaitre si bien les membres de Votre famille Les fantômes eux n'incitent pas à la joie mais sachons la conserver malgré tout/rire
    Toute belle journée pour Vous Cher Hank

  • Jeune, je tirais au cul. Vieux, comme je suis un peu plus poli, je tire au flan. Moralité: les discours s'adoucissent parfois mais les mentalités demeurent.

    Belle soirée, chère Lovejoie.

  • Bien le bonjour Cher Hank je Vous remercie Les mentalités demeurent écrivez Vous en effet quand on sait les nombreux suicides des agriculteurs on se dit qu'on est plus très loin de leur éradication du monde des vivants comme ce fut pour les chefs Inuits qui pour satisfaire aux exigences de Greenpeace et de Bardot ont préféré mouirir afin que leur descendance survive
    Ils avaient reçu l'interdiction de tuer des phoques pour survivre alors que maintenant il y a pléthore de ces animaux et que leur chasse est toujours réglementée par des benêts d'écolos et je suis encore gentille !!!!!!!!!!¨
    Les mêmes sans doute qui refusent de voir des arbres abattus pour empêcher des rivières inonder des communes
    Car il y a des oiseaux et l'on sait que ces derniers reconstruiront leur nid ailleurs ,
    On l'a vu avec les corneilles qui suite aux abattages d'arbres en ont colonisé d'autres
    Par contre tous ces environnementaux qui préfèrent sacrifier des humains au nom de l'animal oublient que les eaux ayant inondé sont polluées ,les garages et autres ainsi que les voitures ne sont pas exemptes de matières toxiques et ou vont elles finir leur course ?
    Dans les nappes phréatiques et qui accusera t'on '? bien évidemment les agriculteurs
    C'est mon cri du cœur celui là même qui m'avait fait suivre le scandale des Chefs Inuits
    Mais au fait mes diurétiques ainsi que tous les médicaments avalés par d'autres afin de `survivre à ce monde de perfectionnistes ou vont ils ?? rire
    Voilà maintenant je pourrai suivre les aventures de Sven
    Tout bon premier dimanche de l'Avent pour Vous Cher Hank

  • Si tout le monde commence à mettre un grain de sel à tout bout de champ, l'humanité toute entière finira par souffrir d'hypertension.

    C'est probablement pour cela que j'ai choisi la voie du récit romanesque où les critiques tous azimuts s'infiltrent à petites doses...

    Bien que je ne force personne à lire mes textes comme à l'école!

    Bon appétit et bel après-midi dominical, chère Lovejoie.

Les commentaires sont fermés.