Pondichéry un jour d'automne (13, à suivre)

Imprimer

Pondichéry un jour d'automne, Hank Vogel.jpgDe retour dans ma chambre d’hôtel, je plonge sur le lit, comme j’ai souvent l’habitude de faire, et je m’endors tout habillé presque aussitôt.

Quatorze heures plus tard, peut-être plus, je me réveille la gueule enfarinée.

Je me lève comme un zombie, me dirige vers la salle de bain en zigzaguant, pisse de justesse dans le lavabo, tire machinalement la chasse d’eau et j’allume la lumière pour m’assurer que je n’ai causé aucun dégât en m’écartant des principes d’hygiène si ancrés dans ma cervelle.

- El Pirata! je m’exclame en m’apercevant dans le miroir. Tu ne changeras jamais. Avec ou sans fric, tu resteras toujours le même voyou... Heureusement, tout semble parfait, tu n’as rien cassé mais tu as certainement l’intention de piquer quelque chose, non?

Je me secoue la tête.

- Que m’arrive-t-il? je murmure. Ai-je insulté malgré moi une divinité ultra sensible dans ce grandiose panthéon à la noix? Trop de dieux: trop de chemins contradictoires.

J’allume mon macbook, j’ouvre un fichier PDF intitulé La petit’esclave et autres touch’ et je lis:

Une petite fille
Assise sur une grosse pierre
Attend une montagne

Un serpent vert
Traverse la route
Rouge

Qui sommes-nous ?
Où allons-nous ?
Les loups se déguisent en brebis

J’ai soif
J’ai faim
Lave-toi les mains!

Le chemin de l’école
Passe par une rue
A sens unique

Lèvres pincées
Jambes serrées
Une maîtresse enfante à nouveau

Vieux livres
Trop sacrés
Ils sentent l’urine

Des mots, des mots
Congelés
Un iceberg vient de naître

Mains liées
On lui raconte des histoires
D’esclaves

Elle a mal
Aux mains surtout
On lui caresse ses petits seins

Malade au lit
On lui raconte des histoires
De théâtre

Elle fuit
Un prince la poursuit
Les prisons se vident

La nuit des noces
Elle remplace sa vieille chandelle
Par une lanterne, magique

Nue
Elle traverse la route
Infestée de serpents

Un livre ouvert
Les poings fermés
Elle relit son enfance

Elle regarde
Au loin une montagne
Blanche comme une mariée

...

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Hank je Vous remercie
    dieu manque de cohérence et la situation actuelle ne reflète t'elle pas celle ci ?
    Confusion et incohérence ,quel beau tableau ) rire
    Le poème est empreint d'une telle sensibilité que je me suis dite .tiens je ne suis pas la seule à penser à la nuit de Cristal.nuit du 9 au 10 novembre
    Osons nous moquer de tous ces perfectionnistes qui pensent construire un monde digne du Créateur Ceci aide à mieux digérer nos maux
    Vous aviez pensé juste et Vous en remercie
    Toute belle fin de semaine pour Vous Cher Hank

  • Même le coeur blessé, fatigué ou usé, l'héroïne n'hérite jamais de se servir de son arc. Elle vise juste, là où il faut, quand il faut.

    Bon samdim, chère Lovejoie.

  • Bien le bonjour Cher Hank ,jr Vous remercie Que c'est bien dit
    ah la belle expression que celle de gueule enfarinée
    Celles là même qu'on avait à cœur de rencontrer le 2 janvier au petit matin alors qu'on allait prendre le tram
    Là au moins on était sûr de commencer l'année en riant
    Il est vrai qu'il fallait peu pour nous faire rire
    Se montrer indifférent aux regards d'autrui c'est rendre à notre maitre la possibilité de nous redonner notre liberté d'agir et de penser n'est il point vrai?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Très bon début de semaine pour Vous Cher Hank

  • Dans la vie, il n'y a ni de bons maîtres ni de mauvais élèves, il n'y a que des saltimbanques intellectuels souvent confus et maladroits.

    Bonne journée, chère Lovejoie.

Les commentaires sont fermés.