El Pirata (32, à suivre)

Imprimer

El Pirata, Hank Vogel.jpgMa mère s’interpose:

- La vérité ne peut venir que d’une personne totalement neutre. C’est-à-dire: objective et pleinement attentive... El et Denise n’ont jamais rompu. C’est elle qui a changé de partenaire...

- Elle ou El? glisse mon père, tout paumé.

- Tu vois comme tes idées soi-disant originales peuvent nous foutre dans la merde? lui fait remarquer sa fidèle épouse mal récompensée.

Elle suit sa lancée:

- El, mon fils, je précise pour les esprits trop vagabonds, parle parfois la nuit. En tout cas quand il vivait encore sous ce toit. Et j’ai entendu beaucoup de choses.

- Qu’est-ce que tu as entendu, Maman? je lui demande, un peu inquiet.

- Rien de graves te concernant, mon mignon, me rassure-t-elle.

Elle poursuit:

- Le dad de Denise, un bourgeois conservateur à l’extrême, craignant que sa fille ne décide un jour d’épouser un jeune homme dont seul le nom déjà pourrait lui porter préjudice, a tout fait pour séparer les deux tourtereaux. A force de taper sur le clou, on finit par l’enfoncer. Proverbe québécois. D’après ce que j’ai conclu... Eh oui! Le paronyme Pirata porte finalement la poisse. La plupart des gens ne nous prennent pas au sérieux, malgré leur bonne volonté. Je l’ai souvent constaté.

Mon père se tord dans tous les sens, tel un lombric qui sort de terre, et ronchonne:

- Tous des bâtisseurs de murs en béton et de cathédrales en carton, ces bourges!

- Pas forcément tous, je temporise. N’agissons pas comme eux, en mettant tous nos adversaires dans le même sac. Certains méritent notre respect. Le paternel de mon premier n’est pas le seul responsable de ce fiasco amoureux... J’aurais dû me battre jusqu’à la mort mais j’ai préféré baisser les bras... Tout était si embrouillé lors notre première et dernière grande dispute... S’aimer en cachette ne dure jamais longtemps, le sexe finit toujours étouffer les plus tendres sentiments. Plus poétiquement: à la longue, un amour sans espace n’est guère plus amusant qu’ un banal tour de passe-passe.

- Mais tout ce chaos ne se serait peut-être pas arrivé si tu t’appelait Rockfeller ou tout simplement Rath de Saint-Pie comme ton grand-père, souligne tristement ma chère maternel.

- L’homme blesse et se blesse, la femme panse toutes les plaies, déclare joyeusement le chasseur de poules à jarretières, en levant son couteau.

Ma mère sourit étrangement et retourne à ses fourneaux, comme d’habitude.

Le braconnier, repenti peut-être, en nous regardons droit dans les yeux, tantôt Julie tantôt moi, profite alors pour nous avouer:

- Je retourne au bercail, comme tu l’as si bien pressenti et formulé, fiston. Pour deux raisons. La première: parce que j’aime votre mère du fond de mon âme. Je l’adore. C’est une sainte, une Madone en chair et en os. Moi je ne suis que le dernier des larrons, prêt pourtant a expier mes péchés... Je fais... non, je faisais partie de ces types instables qui font une crise tous les dix ans. Celle de la trentaine, celle de la quarante, celle de cinquantaine... je les ai toutes faites, toutes subies. J’espère que j’échapperai à celle le la soixantaine. La seconde:... j’ai décidé de donner un sacré coup de balaie dans le foutoir que j’ai crée à l’époque des années folles de ma jeunesse. C’était uniquement pour emmerder le Grand-Père dont je ne partageais nullement ses idées, trop nobles, trop aristocratiques ou trop statiques selon moi. Donc, mes chers enfants, nous allons redevenir des Rath de Sainte-Pie à part entière. Car aucune raison ne vient sans raison. Le vieux loup de Wall Street et de Zurich aurait caché aux Îles Caïmans une énorme caisse de lingots et de pièces d’or d’une fortune colossale. A nous les Pirata d’aller la déterrer...

Julie saute plusieurs fois au plafond. Moi, je demeure perplexe.

- En somme, dis-je ironiquement, rien ne changera jamais au royaume des singes. On doit toujours baisser son pantalon pour enfiler une nouvelle chemise. Ou inversement.

- Exactement, approuve mon père. Identité, nationalité, passeport, patriotisme, partis politiques, religions, diplomatie... tous ça c’est du bidon. Du cocktail pour les crétins. Seul l’argent est puissant et efficace en ce bas monde. Ce sont les riches qui gouvernent notre société. Battons-les!...

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Hank ,je Vous remercie Vos textes sentent si bon la réalité que je n'oserais point en rajouter!!!!!!!!
    Cependant je Vous remercie aussi pour m'avoir ramené à l'esprit ,le Roi de la Mandarine
    Ce titre de noblesse sied si bien à un de mes proches .il va être surpris /pour une fois
    Lui qui adore avoir raison , prend conscience de la réalité à l'instant précis ou il se trouve vraiment pris les deux pieds dans la moise comme de nombreux autres !!!!!!!!!!!
    Ah les y'aka /rire
    Très bon début de journée pour Vous Cher Hank

  • L'amitié comme l'amour, ça ne s'explique pas. Je ne partage nullement les idées de mon meilleur ami mais je préfère passer plus de temps avec lui qu'avec mes frères.

    Bonne journée, chère Lovejoie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel