El Pirata (31, à suivre)

Imprimer

El Pirata, Hank Vogel.jpgDimanche! Jour du Seigneur pour les uns, jour de repos pour les autres. Dans une société chrétienne où l’on respecte la famille, bien entendu.

Pour moi, qui stagne dans les sphères du doute et de la fainéantise, c’est ni plus ni moins vingt-quatre heures supplémentaires à devoir subir les gaz des voitures, les pets des passants et les mauvaises odeurs des égouts.

Et ce depuis que j’ai cessé de fumer et entraîné mon nez à dénicher les meilleurs parfums au labo.

Ah la belle et grande famille réunie! Si seulement! Il y a toujours une brebis galeuse qui refuse de suivre le troupeau. Pour une fois, ce n’est pas moi mais mon frère aîné Georges, Jorge officiellement, marié à Annita, une belle et blonde Suédoise enceinte de six mois. Il doit probablement faire la gueule à l’un de mes parents pour une histoire à la con. C’est son style. Il est rancunier comme un chameau.

Nous nous installons à table.

La Mamma a préparé des braciole di vitello al sugo et des macaronis au four. Deux parmi ses nombreuses spécialités culinaires que nous adorons tous.

Ma mère me sert le premier. C’est normal, je suis son chouchou paraît-il.

- Quel met succulent! je m’exclame. Si tu savais combien de fois j’ai regretté d’avoir quitté la maison...

- La liberté coûte parfois très chère, lance mon père.

- C’est ce qui t’as décidé à retourner auprès ton épouse? je lui demande sèchement.

- Rien n’a été conclu jusqu’à maintenant, intervient Julie.

Elle s’adresse particulièrement à moi:

- Leur guerre et paix, ça ne regarde qu’eux. Ta zizanie, tu peux la garder pour la semer ailleurs.

A notre Vieux, en posant sa main sur son bras:

- Dis-nous ce que tu as à nous dire, Papa chéri! Ne fais pas attention à lui. El a beaucoup souffert, il n’est plus le même... surtout depuis qu’il a rompu avec Denise?

- Pas possible! s’étonne le quinquagénaire. Ils étaient pourtant faits l’un pour l’autre... Qu’as-tu fait de si impardonnable pour en arriver-là, fiston?

- Moi rien mais toi tout.

- Comment ça? Je ne suis jamais mêlé de tes affaires...

- Dis-nous ce que tu as à nous dire, Pa... répète Julie.

- Cesse de vouloir tout banaliser, ma fille! crie-il... L’accusation est trop grave. J’ai droit à des explications.

- Soit! Je vais te les donner ces explications, je lui dis.

- Je veux des preuves!

- Tu auras tout ce que tu voudras. A condition que tu me fasses confiance...

- La vérité, toute la vérité, rien que la vérité...

Ma mère s’interpose:...

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel