El Pirata (26, à suivre)

Imprimer

El Pirata, Hank Vogel.jpgCassure, fracture, rupture, séparation, divorce, changement de cap... Quand le mur tombe, toutes les fenêtres s’ouvrent. La vue est belle. Les espaces sont immenses. On galope déjà vers l’avenir.

Il suffit parfois qu’une seule de nos cellules cérébrales, sage ou rebelle, se mette à vibrer autrement que ses consœurs pour que notre cerveau se libère aussitôt de la lourdeur de son passé.

Une cellule seulement! Telle une étoile nouvelle, flamboyante, jamais observée dans le firmament.

Tout se passe en un laps de temps et ne dure qu’une fraction de seconde. L’illumination! Ou un moment infime de silence, de vide et d’éternité.

Je regarde Madame Carla Amélia de Carvalho et Monsieur Adolf Hiller. Je regarde Carla et Adolf. Je regarde ma concierge et mon nouvel ami le flic. Je regarde une femme et un homme. Mon regard n’est jamais le même, il est multiple. Il est influencé par mon jugement qui, lui aussi, varie selon mon humeur, mon humour ou mes préjugés du moment.

Rien n’est stable dans la cervelle, tout vacille. Telles des barques sur un océan agité, nos pensées s’orientent vers une mer d’huile. En vain!

Dieu est-il cruel? La réaction est très personnelle. Malheureusement préméditée, souvent conditionnée depuis l’enfance.

Malgré son inhumanité voulue, selon moi, comme seul et parfait remède, le Seigneur des seigneurs et des vauriens, nous a pourtant permis d’espérer. L’espérance! Source de toute croyance, toute religion quand nous manquons de rames. Soit d’idées créatrices.

Je souris et, tel un voyeur assouvi et rassuré de ne pas s’être fait repéré, je referme la fenêtre en marmonnant:

- Que la culpabilité ne vous anéantisse pas trop, petits voyous.

Retour au texte que j’ai recopié. Je le relis très attentivement, puis, les yeux dans le vague, je déchire la feuille en me disant:

C’est bien joli tout ça, très envoûtant mais mon ADN ne m’autorise pas tout...

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Hank j,e Vous remercie quel délice que de Vous lire On se croirait presque entrain de naviguer sur une barque céleste
    A force d'essayer de nous instrumentaliser à coups de nouveaux termes ou de nouvelles manières pour ceci ou cela
    autant Vous lire
    Déjà que seul/e on a tendance à trop réfléchir pour des nèfles alors autant laisser nos yeux découvrir Vos mille et une manières de philosopher sur ce monde complètement irrationnel auquel certains rêvent de nous emprisonner
    Quand aux douceurs si on ne peut en manger on peut toujours en faire pour gâter les autres 7rire
    Toute belle journée pour Vous Cher Hanl

  • Mille mercis pour le compliment!

    Écrire, c'est donner à lire. C'est comme offrir son meilleur repas. Nul n'est obligé de l'accepter.
    On va toujours se ressourcer où bon nous semble.

    Belle soirée, chère Lovejoie.

  • Bien le bonjour Cher Hank ,je Vous remercie Ô combien avez Vous raison
    Hier c'était mon coup de cœur c'est survie pour quelqu'un qui se meurt faute de contacts humains depuis 1948 je devrais y être habituée mais rien n'y fait
    Et puis il faut bien remplacer le biscuit au chocolat !!!!!!!!!!!!!!!
    Quand on voit le monde actuel qui n'a rien à envier la planète mars on se dit que ceux rêvant du monde extraterrestre n'ont aucun souci à se faire ils sont ont en plein dedans
    Galoper vers l'avenir est une phrase qui devrait stimuler ces jeunes qui regardent trop de films pornos et qui ont une libido mourante ,ah il est beau ce monde
    Il est aussi vrai que la génération de femmes stimulantes comme la nôtre n'est plus n'est il point vrai /rire
    Très belle journée pour Vous Cher Hank

  • Dieu est mon berger, je veux bien. Mais je fuse de suivre son troupeau... Écrire m'empêche de vivre comme un mouton.

    Belle soirée, chère Lovejoie.

Les commentaires sont fermés.