El Pirata (23, à suivre)

Imprimer

El Pirata, Hank Vogel.jpgFions-nous de nouveau à notre chère montre, les amis! A elle seule. Car les aiguilles de notre horloge biologique ont souvent tendance à tourner dans le vide et à se prendre parfois pour celle d’une boussole capricieuse.

Me revoici donc sur les sentiers palpitants mais incertains qui devraient me mener au mariage. Que d’arrangements et de concessions m’attendent pourtant au bout du chemin!

Marié, je ne serai plus moi-même, un homme à part entière mais... une terre à moitié occupée. Que Dieu me préserve de l’esclavage matrimonial!

Après Joslyn, passons à la suivante. Qui ça? Kenzie, Leeloo ou Ella?

Ces temps-ci, je fantasme sur les rousses.

- Mais elles sont toutes rouquines tes femelles de prédilection! s’exclamerait Madame Carla Amélia de Carvalho, l’oeil de Moscou du quartier et la lorgnette de l’immeuble pour ceux qui ignorent tout de notre relation... Serais-tu en train de devenir amnésique, mon coquelet sauvage?

Elle aurait raison. Elle a toujours raison, la marginalisée, l’écartée de ma liste. Je commence à perdre la tête.

Qui sera ma prochaine douce victime?

Comme c’est le deuxième jour de pleine lune, bien que cet évènement ne dure qu’un bref instant, j’opte pour Leeloo.

- Leeloo... L... Lune, je murmure pour me rassurer de ma décision paranormale.

Coup de fil ou visite surprise? Non. J’ai une meilleure idée, une excellente idée, à l’opposé du plus sublime des textos que n’importe quel abruti surexcité peut composer et envoyer de nos jours, en tremblant comme une feuille: la missive amoureuse. Les fillettes ne rêvent que de ça. Les mots priment sur les actes. Et dans chaque femme, bien ou mal dans ses baskets, propres ou sales, il y a une petite fille qui sommeille.

Alors, alors, alors...

Ni une, ni deux, pressé comme un lavement, je m’installe confortablement à mon bureau en me dandinant comme un babouin sur la chaise, j’ouvre le tiroir à fournitures, j’arrache mon stylo préféré, un Montblanc acheté à un drogué pour trois fois rien, de son long isolement non mérité à cause mon prétentieux ordinateur, je le décalotte, je pointe son bec sur une feuille de papier vierge qui se trouve là par hasard, miraculeusement, et je crache le morceau:...

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Hank ,je Vous remercie Je n'arrive plus à suivre les prénoms de Vos gazelles y' 'en a trop /rire
    Avoir son harem quelle bénédiction non ? rire
    Depuis quelques jours je me disais bien que des molécules de délires mystiques flottaient dans l'air
    Et ce n'est pas étonnant quand on apprend que des enterrements pour glaciers ayant disparu sont organisés
    Non je ne m'énerverai plus promis juré !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Très bel après midi et soirée super agréable pour Vous Cher Hank

  • Le lion chasse les gazelles, l'homme les donzelles.

    Belle soirée, chère Lovejoie.

Les commentaires sont fermés.